Communauté

EXPLOREUR - L'agenda

Exposition "Mon assiette, ma planète"

Publié par IRD Occitanie, le 15 mars 2022   210

Délicat de faire le tour de tous les enjeux liés à l’alimentation tant cette thématique touche à de multiples aspects politiques, sociologiques, sanitaires, écologiques, éthiques. Nourrie par les contributions d’une vingtaine de scientifiques1 de différentes disciplines, l’exposition « Mon assiette, ma planète. Alimentations pour un monde durable » relève le défi ! Son vernissage aura lieu le 1er avril à la Halle tropisme dans le cadre des quatre saisons de l’agroécologie et de l’alimentation durable organisées par Montpellier Méditerranée Métropole.

Si l’on en croit le gastronome français Brillat-Savarin « Dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es ». Sans tomber dans la psychanalyse, il faut bien admettre que notre rapport à la nourriture n’est pas anodin et que l’acte banal qui consiste à manger renvoie à de multiples dimensions…

En pays bassari, Sénégal, les enfants prennent leur repas souvent à l'écart des adultes. © IRD - Olivier Barrière

Une expo qui met l’eau à la bouche !

« En 15 panneaux très colorés où l’infographie 3D a toute sa place, l’exposition Mon assiette, ma planète. Alimentations pour un monde durable offre au grand public comme aux scolaires un voyage au cœur de l’alimentation », lance Julie Sansoulet, responsable communication à l'IRD Occitanie et coordinatrice du projet Planet@liment, qui comprend d’autres modules de médiation scientifique. De A comme agriculture à Z comme zinc, l’exposition traite aussi bien de l’influence de la publicité que des patrimoines culturels en passant par les aliments du futur. Le visiteur pourra picorer des informations essentielles ou plus légères pour se faire une idée des nombreuses dimensions auxquelles renvoie l’acte de se nourrir. Que l’on prenne un repas sur le pouce dans un « maquis » à Ouagadougou ou que l’on festoie dans un restaurant 3 étoiles à Paris, cette prise alimentaire, comme disent les nutritionnistes, ne serait pas possible sans tout un système mettant en jeu des produits, des processus et des acteurs variés.

Transformation de l'argan au Maroc. © IRD - Geneviève Michon

De la fourche à la fourchette : tout un circuit…

En effet, bien avant que le yaourt, la cuisse de poulet ou les carottes ne se retrouvent dans votre frigo, de nombreuses opérations successives ont eu lieu. « La nourriture que nous consommons est le résultat d’un ensemble de systèmes alimentaires, explique Eric Verger, nutritionniste à l’IRD (UMR MoISA) et codirecteur scientifique de l’expo. Ce qu’on appelle système alimentaire est avant tout un concept qui comprend bien évidemment les personnes et activités liées à la production, transformation, distribution et consommation des aliments, mais qui reconnait également l’importance du contexte géographique, socio-économique et politique et des impacts environnementaux au-delà de la seule santé des populations ». Pour préserver un futur durable et souhaitable, il est nécessaire d’examiner ces différentes étapes et de prendre conscience des impacts de l’alimentation au niveau local, régional, ou mondial. Se nourrir est un acte quotidien et essentiel à la survie. Nous sommes tous concernés et interdépendants. Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), une alimentation est durable « lorsqu'elle contribue à la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations tout en étant culturellement acceptable, économiquement équitable et accessible à tous, le tout avec un impact limité sur l'environnement ». Ainsi santé humaine et santé de la nature sont clairement liées. A partir d’exemples concrets, l’exposition montre ces liens et explore des solutions pour tenter de consommer de façon plus responsable.

Marché aux légumes au Vietnam. © IRD - Jacques Berger

Manger est-il devenu un acte politique ?

Le bon sens paysan recommandait de « ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier ». Appliqué à l’alimentation, cela pourrait se traduire par une injonction à la diversification. Diversifier les sources alimentaires, les types de produits, afin de contribuer à un bon équilibre nutritionnel individuel. Mais l’enjeu porte aussi sur la diversification agricole afin de minimiser notre empreinte écologique et faire face aux défis climatiques qui nous attendent, tout en veillant à ce que les producteurs soient correctement rétribués et travaillent dans de bonnes conditions. Pas facile de cocher toutes les bonnes cases…. « L’enjeu majeur est de relocaliser l’agriculture et l’alimentation, à travers une approche respectueuse des Hommes et de la nature, affranchie des dangers de la chimie. Si la solution passe avant tout par une réorientation massive des politiques publiques, les choix des consommateurs peuvent aussi contribuer. Mais ce n’est pas toujours facile pour eux de s’y retrouver », avance Eve Fouilleux, politiste au CNRS et au CIRAD (UMR MoISA), l’autre codirectrice de l’exposition. « Manger local » est un mot d’ordre largement répandu mais le terme « local » peut cacher des réalités bien différentes. Contrairement aux produits biologiques, les produits vendus comme locaux ne répondent à aucun cahier des charges formel en matière environnementale : ils peuvent provenir d’exploitations utilisant de grandes quantités de pesticides. Nul doute qu’après la visite de l’exposition, les citoyens-consommateurs seront mieux armés pour agir à leur niveau en choisissant leurs aliments de façon éclairée.


Evènements autour de la sortie de l'exposition :

En partenariat avec Les quatre saisons de l’agroécologie et de l’alimentation durable (1-9 avril 2022), Halle tropisme, Montpellier Méditerranée Métropole et l'Association Marchés Paysans :

  • 1er avril à 18h30 : Vernissage en présence d’Eve Fouilleux et d'Eric Verger, directrice et directeur scientifiques de l’exposition.
  • 2 avril à 15h30 : AfterPOP, projection-débat autour de capsules vidéos ePOP sur « L'alimentation du futur, un retour vers celle du passé ? », avec un chercheur, Alain Ghesquière (UMR DIADE), un médecin nutritionniste, Laurent Chevallier et un agriculteur, Dominique Soulié. 
  • 6 avril à 14h Atelier intergénérationnel « Nos assiettes d’hier, d’aujourd’hui et de demain », animé par l’association de médiation scientifique Kimiyo.
  • 6 avril à 18h30 : Table ronde « Une utopie alimentaire pour le monde d'après », animé par l’association de médiation scientifique Kimiyo, avec Nicolas Bricas (Chaire UNESCO Alimentations du monde) et Geneviève Michon (UMR SENScommunauté de savoirs Systèmes Alimentaires Durables, IRD).

Notes :
1
Chaire UNESCO Alimentation du monde, CIRAD, CNRRS, INRAe, Institut Agro Montpellier, IRD

Aller plus loin :


Contact science : Eric Verger, IRD, UMR MoISA ERIC.VERGER@IRD.FR
 Eve Fouilleux, CIRAD, UMR MoISA - Chaire UNESCO Alimentations du monde  EVE.FOUILLEUX@CIRAD.FR 

Contact communication : Fabienne Doumenge, Julie Sansoulet COMMUNICATION.OCCITANIE@IRD.FR


Source de l'article : https://www.ird.fr/vernissage-...