« Du côté d’chez...Fleurice Parat », enseignante-chercheure à Géosciences Montpellier

Publié par Echosciences Occitanie, le 8 mars 2018   310

Xl bandeau25

Portrait réalisé par le laboratoire Géosciences Montpellier dans le cadre de la diffusion de sa newsletter d'informations. Images : ©GéosciencesMontpellier


Originaire de la petite ville de La Mure en Isère, Fleurice a grandi sur le plateau matheysin, niché au cœur des Alpes dauphinoises, partagée entre le ski, la randonnée, et les minéraux dans un pays minier… Après un Bac D, elle se dirige vers l’université de Grenoble et un DEUG B (SVT). Entre biologie végétale et géologie, son cœur balance… elle a finalement choisi les Géosciences…
En maîtrise STU, elle fait son premier stage de recherche sous la direction d’Henriette Lapierre, étudiant les spilites du Trias dans le dôme de Remollon. L’année suivante, en stage de fin de DEA "Dynamique de la Lithosphère", elle travaille avec Christian Picard sur une problématique liée à la géochimie des basaltes obductés de Nouvelle-Calédonie. À la suite de son DEA en 1997, Fleurice passe différents concours et réussit notamment un concours pour devenir chef de projets à la DDE mais elle préfère quitter Grenoble et débuter une thèse au département des sciences de la Terre de Genève, sous l’encadrement de Mike Dungan. Elle s’intéresse spécifiquement à la différenciation des magmas andésitiques calco-alcalins du champ volcanique de San Juan au Colorado (USA) et fait une mission de terrain d’un mois avec Peter Lipman de Denver. Entre 2001 et 2005, dans le cadre d’un projet post-doctoral Marie-Curie et avec l’aide d’une bourse du Fond National Suisse, Fleurice rejoint l’Institut de minéralogie de Hanovre en Allemagne (tout au Nord) pour travailler avec François Holtz. Elle étudie à ce moment-là la solubilité et la distribution du soufre dans les apatites à partir d’approches expérimentales.

...La suite de ce portrait !

Le laboratoire : 

Géosciences Montpellier regroupe les moyens en recherche et en enseignement dans le domaine des Sciences de la Terre à Montpellier. La mission du laboratoire consiste à développer des connaissances nouvelles sur la dynamique terrestre et ses manifestations de surface, en prenant en compte les couplages entre différentes enveloppes (atmosphère, hydrosphère, croûte, manteau). L’objectif est d’améliorer la compréhension des processus géodynamiques aux différentes échelles de temps et d’espace, et de contribuer aux recherches sur la prévision des aléas naturels et la gestion des ressources. Le laboratoire revendique une large diversité de pôles d’intérêt et d’expertises.  

Source : ©GéosciencesMontpellier

Tutelles du laboratoire : 

Géosciences Montpellier est une unité mixte de recherche (UMR 5243), dépendant du CNRS, de l’Université de Montpellier et de l’Université des Antilles.

Elle est rattachée à l’Observatoire des Sciences de l’Univers - Observatoire de REcherche Méditerranéen de l’Environnement (OSU OREME)

En savoir plus :