Thierry Besche : de l’art-science pour une vision du monde toute en nuance

Publié par Marine Joulié, le 13 décembre 2020   200

Xl 120705409 1047268925708501 6346490283479649041 o

Article rédigé  par Marine Joulié, étudiante en Master 2 Communication et Culture Numérique, dans le cadre de la série Portraits de bénévoles.


Qui a dit que l’art et la science étaient des disciplines opposées ? Loin des clichés, Thierry Besche nous livre sa vision singulière d’une société transversale, où arts et sciences se répondent pour élargir notre vision du monde. Portrait de cet éternel curieux, président de l’association Passerelle Arts Sciences & Technologies.

Un parcours entre recherche et création

Qui est Thierry Besche ? Si je vous disais musicien spécialiste d’électro-acoustique, je crois que ce ne serait pas totalement vrai. Un chercheur en sciences alors ? Non, toujours pas. Un directeur ? Un formateur ? Peut-être… Artiste, coordinateur, une chose est sure : Thierry Besche est un grand curieux passionné par la nuance de notre monde, et engagé pour ses convictions. 

C’est d’abord la création artistique, fil rouge de son parcours, qui structure ses convictions. Adepte de musique électro-acoustique et issu d’une formation artistique, il se retrouve très jeune à la tête de la Maison des Jeunes (MJC) d’Albi où il instaure une politique culturelle et artistique dynamique. C’est notamment dans ce contexte qu’il fonde un atelier de musique électro-acoustique mettant en avant la musique contemporaine basée sur la technologie. 

Émulateur de nouveautés et de recherche musicale, l’atelier amateur prend de l’ampleur ; “J’ai démissionné de mon poste de directeur pour m’engager à 100% dans cet atelier de musique. Cet atelier de musique est devenu un Centre National de Création Musicale. Il y a 8 centres en France aujourd’hui.” Entre 1981 et 2015, Thierry Besche se consacre alors aux nouvelles façons de faire de la musique, à l’évolution de l’écriture musicale dans ce centre de recherche devenu le GMEA d’Albi. Un lien fort entre la création musicale, la création artistique et la recherche est né

En 2015, après son départ à la retraite, son engagement prend une nouvelle forme avec la création de l’association Passerelle Arts Sciences Technologies ; “Je ne voulais pas laisser tomber cette dynamique entre recherche et création qui me nourrit depuis des années. Avec Edwige Armand, une enseignante-chercheuse en arts numérique, et d’autres acteurs, nous avons monté une association qui s’appelle Passerelle Arts Sciences Technologies. Son nom indique son objectif : faire la passerelle entre ces trois composantes.

Et cet hyperactif ne s’arrête pas là ; également trésorier l’association Science en Tarn où il poursuit son rôle de coordinateur et fondateur de l’association J’écoute Sans Répit via laquelle il se consacre pleinement à son activité de musicien électro-acoustique, il s’intéresse aussi particulièrement à l’utilisation du son dans l’espace qui sont au cœur de ses écrits. Tout un programme !


Art, science et nouvelle approche des problématiques

Nous sommes à la moitié de notre entretien, et je me demande comment des points de vue à priori aussi opposés que l’art et la science peuvent cohabiter dans un monde où il est facile de tomber dans une approche tout blanc, tout noir. C’est bien là tout l’intérêt de l’association Passerelle pour Thierry Besche : apporter de la nuance au public, en faisant discuter l’art et la science. Une jolie mission que l’association s’engage à mettre en place autour de différents axes...

D’un côté, l’association fait collaborer et met en réseau scientifiques, artistes et techniciens autour de la production d’installations art-sciences. Ces installations reflètent à la fois une démarche scientifique, démarche qui sera aussi abordée sous un angle artistique. Ne lui dites pas qu’il s’agit là d’une façon de simplifier ou d’expliquer une problématique scientifique, il s’agit plutôt de croiser des visions du monde pour “donner les éléments au public pour qu’il soit en capacité de participer au débat, d’être apte à poser une réflexion.” D’autre part, Passerelles s'investit aussi dans la mise en place de rencontres, conférences, de séminaires organisés avec les Universités sur des thèmes liant l’art et la science. 

Au-delà de cette volonté de porter à la connaissance des publics, l’association a la volonté de faire émerger la discipline de l’art-science en Occitanie. Dans ce cadre, Thierry Besche et ses collaborateurs ont réalisé une étude à l’échelle de la région pour faire un état des lieux de la discipline à l’heure actuelle. Objectif ? Créer un réseau fort des différents acteurs de l’art-science dans la région pour faciliter la transversalité de ceux-ci : “Un des points que l’enquête a révélée, c’est qu’il y a une grande diversité d’acteurs qui auraient un désir d’être dans de la transversalité et dans des liens art-science, mais chacun tout seul n’a pas les moyens.

Pour Thierry Besche, l’art-science est donc un bon moyen d’ouvrir le champ des possibles et de la réflexion, au-delà du travail de médiation. C’est un courant nouveau que l’association se bat pour faire reconnaître à l’échelle nationale. Cette position prend la forme de la publication de documentations sur la discipline, ses objectifs, les processus de création… mais aussi la participation à des manifestes mettant en lumière des grandes problématiques actuelles à travers la transversalité des points de vue. Une association au planning bien chargé.

Entre art et sciences il n’y a donc qu’un pas de côté à faire pour prendre un peu de recul et trouver de nouvelles façons de voir le monde, si tant est qu’on cultive notre curiosité. Prêts à vous laisser embarquer ? 

Pour en savoir plus sur l’activité associative de Thierry Besche et les installations arts-sciences :