24h dans les coulisses d’un festival de culture scientifique : Le FReDD ( 1/2 )

Publié par Echosciences Occitanie, le 30 mars 2017   950

Xl img 2553

Le Festival International du film FReDD débute demain. Au programme, des films en compétition mais pas que. Table ronde, journée festive, performance artistique … sont aussi au rendez-vous. Qui de mieux que les organisateurs pour nous parler du festival ! Ni une, ni deux, nous sommes partis à la rencontre d’Yves Ardourel (Président) , Camille Cherques (Chargée de mission) et Iris Ahniotis (Service civique) afin qu’ils nous présentent plus en détails cette 7ème édition.

Pouvez-vous présenter le festival ?


Camille : FReDD est une association de culture scientifique qui valorise les différentes expressions audiovisuelles en lien avec le développement durable. Depuis 2011, l’association organise un festival du film afin de faire connaître au grand public les enjeux environnementaux et écologiques par le médium du cinéma. Ville durable, consommation et production, alimentation, énergie … nombreuses sont les thématiques abordées par le festival jusqu’alors. Pour sa 7ème édition qui aura lieu du 31 mars au 9 avril 2017, c’est la thématique " Mers et Océans ” qui a été retenue, il s’agit d’un sujet encore jamais abordé dans le festival. Il manquait un thème autour de l’océan même si nous ne sommes pas dans une ville côtière, nous mangeons du poisson, nous pratiquons des activités autour de la mer... Nous avons un lien de près ou de loin avec les océans.

Comment préparez-vous le festival ?

Yves : Le festival se prépare bien en amont. Pour cette édition, nous avons lancé dès juin 2016 l’appel à propositions de films en France et à l’international. Nous avons reçu une centaine de films, essentiellement des longs métrages et des documentaires et quelques films de fiction. Nous avons à cœur de diversifier les genres audiovisuels. Un de nos objectifs est de faire évoluer les modes d’expressions audiovisuels afin de ne pas cantonner le film scientifique dans des formats rigides qui peuvent faire fuir. Un autre de nos objectifs est de proposer des films avec une véritable recherche cinématographique. Nous prêtons attention aux images, au son, mais aussi à l’écriture du scénario. Malgré la diversité, il est primordial pour nous de garder une qualité dans la programmation. Notre rôle est de diffuser à grande échelle les films qui n’ont pas forcément la chance d’être découverts par le plus grand nombre.

Ouverture du festival FReDD-2015 au cinéma ABC à Toulouse. Crédit photo : Anais Dupuy

Camille : Concernant la sélection des films, nous mettons en place un comité de pilotage composé de salariés et de bénévoles qui désirent apporter leurs regards. Le comité de pilotage visionne les différents films en lice, les commente et en discute selon une grille de critères cinématographiques définie. Dans un second temps, un comité scientifique visionne et analyse les films selon des critères scientifiques. Le comité scientifique discute et apporte au jury un certain nombre de remarques et d’éléments complémentaires, cependant seul le jury reste souverain. Cette année, il y a 12 longs métrages et 5 courts métrages en compétition tout pays confondus. Il y a également des longs métrages hors compétition. Le meilleur long métrage sera choisi par un jury de professionnels. Les délibérations auront lieu à l’Institut Cervantes. Concernant les courts métrages, le jury sera constitué de lycéens venant de plusieurs établissements toulousains. Les projections auront lieu le 4, 5 et 6 avril à l’espace Diversités Laïcité. Plus d’informations >>ici<<

Le festival FReDD ce n’est pas qu’un festival du film, vous proposez également beaucoup d’activités pluridisciplinaires, pourquoi ce choix ?

Yves : Le cœur du Festival c’est l'audiovisuel et le développement durable, néanmoins nous avons toujours voulu associer d’autres formes d’expressions artistiques au festival. Nous pensons que les expressions artistiques ne sont pas indépendantes les unes des autres, c’est intéressant de les mettre en résonance. Nous avons une double casquette, nous sommes à la fois en lien avec des associations de culture scientifique et technique, d’éducation à l'environnement, mais aussi avec des associations audiovisuelles. Nous sommes un festival de culture au sens général. Pour nous, l’activité culturelle est une. Elle comprend la culture scientifique et technique et la culture dans son acception plus large.

Voici quelques-uns des événements que vous pourrez retrouver lors de cette édition :

  • Journée festive le 1er avril « Baleine d’avril » de 15h à 23h, salle San Subra, Ateliers DIY et écolos, spectacle, conte, concert de Gazoline
  • Soirée courts-métrages et pièce de théâtre, le mardi 4 avril à l’Espace diversités laïcité
  • Soirée Focus Tunisie au Cratère, le mercredi 5 avril à 19h
  • Exposition photographique à “La part du Hasard” sur le thème “Océans et Mers” du 29 mars au 21 avril. Vision de trois artistes : américain, espagnol, franco-brésilien.
  • Exposition photographique au “Bol Rouge” sur le thème “Océans et Mers” du 30 mars au 15 avril . Vision de deux artistes: français et portugais.

Pouvez nous parler de la journée #FilmerDemain ?

La journée #FilmerDemain se déroulera le 7 avril à l’espace Duranti. Il s’agit d’une journée consacrée aux initiatives portées par les acteurs locaux pour assurer la transition écologique dans la région ex-Midi-Pyrénées. Au programme de cette journée : débats, rencontres, tables rondes, projections, etc. Pour l’occasion, une série de documentaire réalisé par l’agence de production audiovisuelle Sapiens Sapiens sera projetée afin de mettre en lumière les initiatives écologiques en région. Nous avons voulu organiser #FilmerDemain afin de valoriser les actions locales, mais aussi pour permettre la mise en réseau entre les différents acteurs locaux. Entreprises, associations, intervenants et start-ups seront présents afin de réfléchir ensemble aux nouvelles alternatives pour assurer la transition écologique. Durant la journée, nous offrirons la possibilité aux porteurs de projet de réaliser une vidéo de 1m30s pour présenter leurs initiatives. Cette journée placée sous le signe de l’écologie et de l'audiovisuel est bien évidemment ouverte à tous.



Le Festival vu par... ses organisateurs

Yves Ardourel, président de l’association : “ L'intérêt du festival c’est l'expression audiovisuelle comme porteur de message concernant des enjeux sociétaux. C’est aussi l’occasion de croiser des points de vue différents et des moments de rencontre avec des publics différents. C’est important, car la question du développement durable, c’est l’affaire de tous ! Je suis heureux de voir que le festival est saisi par une nouvelle génération de bénévoles et d’organisateurs qui prennent la relève pour porter le projet. Je suis ravie de voir ses appropriations diverses, c’est très enrichissant ! “


Camille Cherques, chargée de mission : “ J'ai rejoint l’équipe il y a vraiment peu de temps. Ce festival me permet de concrétiser tout ce que j’ai appris durant plusieurs années de bénévolat, de stage et de service civique. J’ai toujours été intéressée par les thématiques autour du développement durable, de la culture, du patrimoine, des droits de l’homme… Forcément dans les films, ces questions sont soulevées. Le festival permet de mettre en lien des gens, des idées et des projets qui sont rarement mis en commun. Toutes les associations devraient parler de ces problématiques. Les gens séparent culture et développement durable. C’est une erreur, car ces deux aspects sont continuellement liés et restent interconnectés. C’est ça qui me plait, tous ces thèmes sont traités grâce au festival : cinéma, art, développement durable, dimension sociale, droit de l’homme. “


Iris Ahniotis, service civique : “ Je viens des lettres à la base, donc mon point de vue est plutôt du côté artistique, même si j’ai toujours été sensible au développement durable. Pour moi, le cinéma c’est une science. C’est intéressant de voir comment faire passer un message. Le cinéma permet la transmission d’idée tout en restant dans le beau et l’artistique. Cela permet même de galvaniser les gens. Ce que j’aime aussi, c’est que l’on aborde des sujets lourds sans être dans la tristesse ou la fatalité. La dimension festive reste prépondérante et je pense que c’est le meilleur vecteur pour faire passer des messages forts. “


Louisa, bénévole : “ C’est la première fois que je suis bénévole dans cette association. La thématique du festival FReDD m’était un peu inconnue. Du coup, découvrir ce sujet m’intéresse beaucoup. Cela me permet également de voir comment s’organise la gestion d’un festival. “


Découvrez très prochainement, un nouvel article consacré au déroulé de cette 7ème édition, nous partirons sur le terrain prendre des nouvelles des organisateurs du FReDD, mais aussi rencontrer le public et les réalisateurs !


Plus d’informations sur le Festival FReDD.