Décryptage des mécanismes moléculaires avec Reini Fernandez de Luco, chercheuse à l'Institut de Génétique Humaine

Publié par Echosciences Occitanie, le 8 février 2018   1.5k

Xl itemid119

Portrait réalisé dans le cadre des Talents du CNRS 2016.  Reini Fernandez de Luco, chargée de recherche CNRS travaillant à l’Institut de la Génétique Humaine, reçoit la Médaille de bronze mercredi 29 mars 2017. (Image bannière : ©IGH.cnrs.fr)


Les travaux de Reini Fernandez de Luco s’efforcent de décrypter les mécanismes moléculaires grâce auxquels les modifications d’histones(1) et de l’ADN parviennent à réguler l’épissage alternatif. Brillante scientifique, elle conduit des recherches de haut niveau sur les
mécanismes moléculaires à l’œuvre dans les cellules épithéliales, présentes dans tous les organes du corps humain, et dont la compréhension fine des mécanismes qui les régissent est au cœur de la lutte contre le cancer. Après une thèse à l’université de Barcelone, soutenue en 2007, elle effectue un post-doctorat de cinq ans au National Institutes of Health de Bethesda (États-Unis), où elle pose les jalons d’un domaine de recherche novateur.



 ©Nicolas Rascovan

Dans une étude publiée dans Science en 2010, elle montre en effet qu’une modification d’histone influence l’épissage(2) alternatif d’un ARN pré-messager en permettant la mobilisation de facteurs chromatiniens et d’épissage spécifiques. Recrutée en 2013 par l’Institut de génétique humaine (IGH), à Montpellier, pour superviser l’équipe « Composante épigénétique de l’épissage alternatif », Reini y poursuit ses investigations sur les mécanismes épigénétiques de régulation de l’épissage alternatif. De récents travaux menés par son équipe ont permis d’établir pour la première fois un lien entre ARN non codant, modification de la chromatine et régulation de l’épissage alternatif. Début 2016, Reina Fernandez de Luco a reçu le prix de la Fondation Schlumberger pour l’éducation et la recherche, saluant l’excellence de ses travaux dans le domaine biomédical.

Notes : 

(1)Les histones sont des protéines très riches en acides aminés basiques, que l'on trouve dans le noyau des cellules eucaryotes, elles sont les principaux constituants protéiques des chromosomes.

(2)Chez les eucaryotes, l’épissage est un processus par lequel les ARN transcrits à partir de l'ADN génomique peuvent subir des étapes de coupure et ligature qui conduisent à l'élimination de certaines régions dans l’ARN final.

Le laboratoire : 

 L’Institut de génétique humaine est une unité de recherche du CNRS et de l’université de Montpellier

Plus d'information : 

A découvrir : Hélène Bergès, le génome de sa vie