Environnement: Toulouse se mobilise contre le changement climatique

Publié par Catherine Quiroga, le 2 décembre 2018   970

La ville rose et Toulouse Métropole se mobilisent face au changement climatique. Retour sur les initiatives locales visant à réduire ses impacts et à sensibiliser les citoyens.

Le changement climatique est imminent nous rappelle le rapport du GIEC publié en octobre dernier. Dans celui-ci le groupe d’experts de l’ONU avance une perspective alarmante: la planète pourrait franchir le seuil de 1,5°C dès 2030.

“Limiter le réchauffement climatique à 1,5°C nécessiterait des changements rapides, majeurs et sans précédent, dans tous les aspects de la société" indique le rapport. Dirigeants politiques et citoyens ont donc un rôle majeur à assumer dans cette lutte.

Désormais, la métropole toulousaine s’engage depuis quelques temps sur cette voie. En juin dernier le Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET), projet porté par Toulouse Métropole, a été lancé. Cette réponse locale aux enjeux environnementaux se fixe comme objectifs principaux de réduire de 40% les émissions de gaz à effet de serre, ainsi que de doubler la part locale des énergies renouvelables. Aspirations ambitieuses qui devraient pouvoir être atteintes à travers les 80 actions prévues dans le cadre du Plan.


Parmi ces actions on retrouve le projet d’aménagement de l’Île du Ramier, aussi connu comme Grand Parc Garonne. Le but étant d’en faire d’ici 2035 un véritable “poumon vert de la métropole”. On compte aussi la volonté de consolider et de mettre en oeuvre une stratégie d'adaptation au changement climatique main dans la main avec des organismes de recherche locaux, Météo France ou encore le Centre National de Recherche en Météorologie. Enfin, se distingue le Plan Vélo, une des initiatives phares du Plan Climat. L’objectif est de renforcer la promotion de l’usage du vélo auprès des citoyens en poursuivant le développement des pistes cyclables et le déploiement de services vélos.

Le rapprochement sur le plan climatique entre la Métropole et les acteurs sociaux locaux est de plus en plus significatif. En effet plus de 40 000 euros en subventions ont été versés cette année à diverses  associations oeuvrant pour la transition énergétique.

Mais l’engagement pour l’environnement des citoyens n’est pas exclusivement lié aux projets déployés par les pouvoirs publics. Nombre d’initiatives d’envergures différentes portées par les habitants de la métropole fleurissent depuis quelques temps.

Le développement d’une branche locale du collectif Zéro Waste France depuis 2017 témoigne de la place de plus en plus importante que les toulousains accordent à la recherche de solutions au réchauffement climatique. L’association organise tout au long de l’année des campagnes de sensibilisation autour du gaspillage et de la réduction des déchets auprès des particuliers et des commerçants. En effet, les intéressés qui cherchent à se renseigner sur les possibilités d’action individuelle sont de plus en plus nombreux.

Toulouse zéro déchet
CC0 Creative Commons

L’antenne locale de l’association est également à l’initiative du groupe Facebook “Balance ta pub Toulouse”. Zero Waste Toulouse encourage les citoyens à partager des photos qui montrent la quantité excessive de matériel publicitaire déposé dans leurs boîtes aux lettres malgré la présence de l’autocollant Stop pub. “On a décidé de créer ce groupe Facebook pour interpeller les franchises qui ne respectent pas les règles du Stop pub” témoignait récemment Joséphine Labadie, membre de l’association, au média local Actu Toulouse. En effet, selon une étude menée par Toulouse Métropole, le nombre moyen d’imprimés non sollicités reçus par un habitant de l’agglomération s’élève à 20 kg par an. Une quantité extravagante si l’on considère que la métropole compte 746 919 habitants (chiffres 2014).

Toujours dans l’esprit d’encourager les citoyens à réduire leur surconsommation et leur production de déchets s’inscrivent les “repairs cafés”. Il s’agit de lieux ou d’associations proposant des ateliers de réparation d’objets ménagers pour les particuliers. Ceux-ci peuvent donc apprendre quelques techniques de bricolage pour réparer leurs meubles ou appareils électroménagers et éviter donc de les jeter ou de les remplacer systématiquement par un produit neuf. Au delà de transmettre des savoirs pratiques, ces initiatives s’engagent également dans un travail de sensibilisation qui va au delà de l’atelier. Parmi une diversité d’acteurs ont compte l’association Cafés - Bricol’ qui organise régulièrement des rencontres dans divers quartiers de la ville. Ou encore, Le Repair Café Colomiers, un projet associatif subventionné par les services de la mairie depuis mars 2017.

Plus récemment, les commerçants de la rue de la Colombette se sont mobilisés en proposant une alternative au Black Friday, journée devenu symbole de la surconsommation. Le “Vert Vendredi de La Colombette” a rassemblé plus de 20 commerçants “indépendants et responsables” de la rue. Leur but étant de valoriser les commerces de ce type, mais aussi de promouvoir une économie circulaire et zéro déchet. Pour un premier achat dans un de ces commerces, les clients se sont vu attribuer un bon à utiliser dans l’un des commerces partenaires.

Vert Vendredi Rue Colombette Toulouse
cc L'association des artisans et commerçants de la Colombette-Saint Aubin

“Devenir une éco-métropole” est le slogan porté par le maire toulousain et président de Toulouse Métropole Jean Luc Moudenc. Un objectif certes ambitieux, mais qui ne semble pas inatteignable, grâce notamment à un travail sur le plan public soutenu et renforcé par une communauté citoyenne engagée.


Photos par CC0 Creative Commons