Célébrer les femmes en mathématiques

Publié par Houria Lafrance, le 17 mai 2020   1.1k

Xl capture d e cran 2020 05 13 a  09.50.52

Le 12 mai est la  journée mondiale pour célébrer les femmes en mathématiques.

Pourquoi le 12 mai?

Maryam Mirzakhani, une mathématicienne iranienne a obtenu la Médaille Fields en 2014. Aujourd'hui  elle est la première, et unique, femme à avoir obtenu cette très haute récompense. 

Elle avait aussi reçu le Prix de recherche Clay de l'Institut américain Clay pour la diffusion de la culture mathématique.  Elle a déclaré  lors de la réception  du prix Clay  “ Faire les maths c'est comme gravir une montagne, sans chemin et sans perspective devant.

 Elle est décédée  le 14 juillet 2014. La veille de sa mort elle écrit « Plus je passe de temps à faire des maths, plus je suis heureuse » .

Depuis, son jour d'anniversaire , le 12 mai a été choisi  pour célébrer les femmes en mathématiques

Mais quelles sont les mathématiques de Maryam Mirzakhani?  Nous avons posé la question à Arnaud Chéritat, Mathématicien, directeur de recherche au CNRS, vice-président de l'association Les Maths En Scène.

" Maryam Mirzakhani était spécialiste de divers aspects des surfaces en mathématiques, et des liens entre ces aspects.

1. Ici les surfaces ne sont pas entendues comme la frontière d'une zone ou d'un objet, mais comme objet d'étude en soi. Les mathématiciens et les mathématiciennes étudient les surfaces abstraites; on ignore non seulement les objets qui les entourent mais également l'espace ambiant; la surface devient un univers en soi. Les experts disent qu'elles sont munies d'une certain type de structure quand, par exemple, il y a une notion de distance entre les points d'une surface, ou une façon de mesurer des angles entre deux courbes qui se croisent, ou encore quand on peut y mettre des systèmes de coordonnées particulières. Ces différentes structures, portent les noms de riemannienne, analytique, hyperbolique, algébrique, de translation, symplectique, etc.

Sur une surface où il y a une notion d'aller tout droit, on appelle géodésique les chemins qui vont tout droit. Mirzakhani a étudié les géodésiques qui se referment sur elle-mêmes sans se croiser. En particulier, elle a démontré une conjecture qui concerne leur nombre pour une longueur donnée.

2. Quand on a deux surfaces avec une structure du même type, on définit des notions d'équivalence : par exemple une planisphère et une mappemonde sont équivalentes car elles représentent la même chose : la surface de la Terre.

Quand on étudie toutes les structures possibles pour un certain type donné, équivalence près, on fait de la classification. Chez les experts, l'ensemble de toutes les possibilités s'appelle souvent espace de modules. Il se paramétrise par des nombres. Et là, il se passe quelque chose de très fécond : l'ensemble de toutes ces possibilités, cet espace de modules, porte naturellement des structures, et de plusieurs types.

Ces espace sont réputés difficiles à comprendre, ne serait-ce que parce qu'ils sont de dimension plus grande que 6, c'est à dire qu'il faut au moins 6 coordonnées, contrairement aux 3 coordonnées pour repérer un point dans l'espace dans lequel nous vivons, mais également parce qu'ils sont repliés sur eux-mêmes, un peu comme un donut, et parce qu'ils sont inhomogènes : ils sont plus fins à certains endroits et plus épais à d'autres. Mirzakhani a réalisé plusieurs progrès spectaculaires concernant la compréhension de plusieurs structures sur ces espaces, et jeté des ponts entre certaine d'entre elles. Ce genre de ponts est toujours source féconde de progrès dans notre compréhension de ces univers qui pourraient un jour nous aider à mieux comprendre le nôtre. "

Nous remercions Arnaud  de nous avoir expliqué la richesse des mathématiques travaillées par Maryam Mirzakhani.

J'ai décidé  de me souvenir  de cette grande mathématicienne en célébrant des femmes en maths. J'ai choisi cette année de mettre à l'honneur  toutes celles de l'association Les Maths En Scène,  celles rencontrées depuis sa création et qui permettent que nos projets soient une réussite.

Je suis Houria Lafrance, enseignante en mathématiques, la  fondatrice de l'association Les Maths En Scène. 

Je l'ai fondée pour  "partager et faire découvrir le plaisir des mathématiques ".   La diffusion de la culture des mathématiques et des sciences de l'informatique pour toutes et tous sont les objectifs de l'association. Cela nous permet de sensibiliser les jeunes filles  à la richesse et à l'accessibilité des mathématiques et des sciences de l'informatique, et cela dès la maternelle.

L'association propose et organise :

- Des événements dont le festival annuel "Les maths dans tous leurs états" où les scolaires, filles et garçons, ainsi que le grand public découvrent 40 ateliers. 

- Des projets scolaires dont le projet Regards de géomètre visant à faire découvrir la culture mathématique via le monde artistique et scientifique.

- Des concours dont le concours EloquenSciences.

Ces projets sont possibles grâce à des rencontres  de femmes et d'hommes et des partenariats.

Voici les femmes  que j'ai mises à l'honneur  le 12 mai pour la journée des femmes en mathématiques.

Gaelle Papineau, enseignante en mathématiques, a participé à la première édition du projet regards de géomètre

Bénédicte Courtel, enseignante en mathématiques, vient animer chaque année un atelier Bridge au festival Les maths dans tous leurs états.

Evelyne Prevotsresponsable communication CEMES, a proposé et animé un atelier à la 3ème édition du festival. Elle  a rencontré les élèves du projet Regards de géomètre ayant choisi cette année le thème Pixel art.

Isabelle Desenclos , Ingénieure, a soutenu l'association en intervenant lors d'un  CineMaths autour du film Proxima et en étant marraine de candidats au concours EloquenSciences.

Jasmin Rayssi, mathématicienne, Maître de Conférences  à l'université Paul Sabatier Toulouse,
a proposé une conférence lors de la 1ère édition du festival et est intervenu pour le projet Regards de géomètre. Elle est la marraine du concours EloquenSciences.

Debora Pereiroenseignante en mathématiques  en Galice (Espagne), fait de la diffusion mathématique sur l'outil Geogebra. Elle coordonne le projet Regards de géomètre  pour les enseignants de Galice.

Julie Batut,  chercheuse en biologie à l'université Paul Sabatier, aide à l'organisation du concours EloquenSciences et  est membre du jury du concours.

Claire Hoede, ingénieure de recherche de INRAE, a animé l'atelier "Assemblez un génome" lors de la 4ème édition du festival "les maths dans tous leurs états"

Frédérique Fournier, enseignante en mathématiques , membre de l'association Les Maths En Scène depuis les débuts, anime des ateliers lors du festival.

Bénédicte Artola, enseignante en mathématiques, membre de l'association Les Maths En Scène depuis les débuts, secrétaire de l'association, anime des ateliers et aide à l'organisation du festival.

Véronique Gaildrat , Professeure en informatique  de l'université Paul Sabatier, a réalisé le logo du projet Regards de Géomètre, a créé et animé un atelier pour le festival.

Emeline,  étudiante à l'université  Paul Sabatier, a participé au concours Eloquensciences et au festival. Elle souhaite soutenir l'association. Elle a accepté de parler des mathématiques à l'occasion de la journée du 12 mai.

Carole Terpereau, enseignante en mathématiques, membre de l'association Les Maths En Scène, coordonne le projet "Regards de géomètre" pour les classes de l'académie de Nice.

Alba MÁLAGA, Ingénieure de recherche de l'INRIA Paris Equipe Almanach, est venue animer un atelier "Imaginary" et a proposé une conférence lors de la 2ème édition du festival.

Wided Rezgui, enseignante en mathématiques en Tunisie, a participé à la 4ème édition du festival international " Les maths dans tous leurs états".

Monique Gironce, membre du groupe numérique de IRES Toulouse, anime chaque année un atelier au festival "Les maths dans tous leurs états".

Aurélie Marchaudon,  chercheuse à IRAP, a participé au festival "Les maths dans tous leurs états" pour le pôle "rencontre avec un.e scientifique".

Nadège Arnaud, de image des maths du CNRS,  a participé à la première édition du festival.  La remise des Prix du concours "bulles au carré" organisé par Nadège,  a eu lieu lors de la première soirée du festival .

Anne Cortella, maître de conférence à l'université de Montpellier, directrice de l'IREM de Montpellier, est partenaire au projet de la diffusion de la culture des mathématiques dans la région Occitanie.

Benedicte De Bonneval, Enseignant chercheur à l'Univeristé Paul Sabatier, directrice de l'IRES de Toulouse, est partenaire au projet de la diffusion de la culture des mathématiques dans la région Occitanie.

Laurence Huc, Chargée de recherche à l’INRA – Biologiste toxicologue, a participé à la première édition du festival dans le pôle "rencontre avec une scientifique que je pourrais être".

Florence Bannay, enseignante-chercheuse en informatique à l'Univeristé Paul Sabatier, a proposé un atelier autour de la programmation de robots legos lors de la première édition du festival.

Vanessa lleras, maître de conférence à l'Université de Montpellier, devait proposer une conférence cette année au festival lors de la journée au Lycée Polyvalent Jules Fil de Carcassonne. Cette journée a du être annulée à cause de la crise sanitaire, nous espérons la recevoir prochainement.

Ilaria Zappatore, doctorante au Laboratoire d'Informatique, Robotique et Microélectronique de Montpellier , devait proposer une conférence cette année au festival lors de la journée au Lycée Polyvalent Jules Fil de Carcassonne. Cette journée a du être annulée à cause de la crise sanitaire, nous espérons la recevoir prochainement.

Emie Ureau et Camille Boltana-Arriazu, médiatrices scientifiques, Sabine Boltana-Arriazu et Véronique Sauzede, coordinatrices, Jordane Bonnet, gestionnaire administrative, de l'association Fermat Science qui anime tous les ans un atelier au festival.

Claire Montiel, enseignante de lettres, aujourd'hui présidente de l'association Fermat Science.

Maryvonne Spiesser, mathématicienne de l'université Paul Sabatier  et vice-présidente de l'association Fermat Science.

Lisa Rougetet, enseignante-chercheure en Histoire des maths, Université de Bretagne Occidentale (Brest), a proposé une conférence "Les récréations mathématiques aux XVIe et XVIIe siècles " lors de la 3ème édition du festival.

Laetitia Zaleski, docteure en mathématiques,  a participé à la 4ème édition du festival autour de la conférence "Mathématiques et Biodiversité".

Valérie Gillot, mathématicienne, enseignante-chercheuse à l'Université de Toulon, intervient dans les classes de l'académie de Nice participant au projet "Regards de géomètre".

Marie Ohye, membre de l'association Les Maths En Scène, crée et  anime des ateliers  autour de l'origami  et intervient dans les classes participant au projet "Regards de géomètre".

Danièle Gerard, enseignante en mathématiques, membre de l'association, crée et anime des ateliers pour le festival et intervient dans les  classes de l'académie de Toulouse participant au projet "Regards de géomètre".

Sylvie Berkes-Brot, professeure agrégée à l'université Paul Sabatier, a été marraine de candidats au concours Eloquensciences ainsi que membre du jury du concours.

Lesly,  Liv et Lana, collégiennes du club Scientifiz du  collège  Henri Becquerel d'Avoine de l'académie d' Orléans-Tours, s'occupent de réaliser des vidéos des intervenants et participants du festival.

Martine Klugertz, mathématicienne de l'université Paul Sabatier, est intervenue dans les classes de l'académie de Toulouse participant au projet Regards de géomètre.

Brigitte Chaput, enseignante en mathématiques, membre de l'association Les Maths En Scène,  aide à l'organisation du festival et à l'animation des ateliers.

Anne HERMABESSIERE, secrétaire à l'université Paul Sabatier, a aidé à l'organisation des deux premiers festivals.

Hélène Galiegue, ingénieure de recherche en électromagnétisme et antennes pour l'aviation civile, a participé au festival dans le pôle "rencontre avec un.e scientifique " et a été marraine de candidats au concours EloquenSciences.

Elena Dimitriadis, doctorante en mathématiques à l'université Paul Sabatier, est intervenue dans les classes de l'académie de Toulouse pour le projet "Regards de géomètre"

Pascale Roesch, mathématicienne à l'université Paul Sabatier,  est intervenue dans les classes de l'académie de Toulouse  pour le  projet "Regards de géomètre".

Dominique Morello, Chercheuse CNRS en biologie, anime un atelier de l'association Femmes&sciences dans le pôle "rencontre avec un.e scientifique que je pourrais être" du festival. 

Lucile Fayon, doctorante Space Exploration Institute,  est marraine  de candidats au concours EloquenSciences.

Colette Denis, Enseignante-chercheuse à l'Institut des maladies métaboliques et cardiovasculaires, est marraine  de candidats au concours EloquenSciences.

Florence Alvinerie, membre de l'association Les Maths En Scène, participe à l'organisation du festival et anime les ateliers lors de la journée de la femme au Quai des savoirs.

Agnès Rigny,  mathématicienne et psychopédagogue, a proposé des ateliers au festival.

Véronique SLOVACEK-CHAUVEAU, mathématicienne, a été marraine de candidats au concours EloquenSciences.

 Lyudmyla Yushchenko, mathématicienne à l'université de Toulon, intervient auprès des classes du projet Regards de géomètre de l'académie de Nice.

Marina Gruet, spécialisée en Intelligence Artificielle appliquée à la météorologie de l' espace, a réalisé des conférences pour "En piste pour les maths" et "Apéromaths"

Manuela Casasoli,  enseignante en mathématiques en Italie, coordonne le projet Regards de géomètre pour les classes en Italie.

Thi Ly huong Nguyen, enseignante en mathématiques , coordonne le projet Regards de géomètre pour les classes de l'académie de Nantes.

Sonia Mahmoudi, ingénieure et aujourd'hui doctorante en mathématiques au Japon, membre de l'association Les Maths En Scène,  a créé un atelier " Maths et couture" et a proposé un défilé de sa première collection "4ème dimension" du concept 5922 au festival de 2019.

Sandrine Larrieu-Lacoste, enseignante en mathématiques, a participé au projet Regards de géomètre et  a permis qu'un atelier de la Dane de Toulouse puisse être présent au festival.

Jade Nardi, mathématicienne réalisant son postdoc à l'INRIA, a aidé à l'organisation du festival, a créé et animé un atelier "Maths et codage".

Anne Lapougemembre de l'association Les Maths En Scène, a découvert le festival cette année. souhaite

Claire Van Beek, enseignante en lettre classique, membre de l'association Les Maths En Scène propose des projets pluridisciplinaires à ses élèves  dont le projet Mathyrinthe dans le cadre de "regards de géomètre".

Sandra Turner, chercheuse en météorologie,  membre de l'association Les Maths En Scène, aide à l'organisation du festival et anime des ateliers dans le pôle "rencontre avec un.e scientifique que je pourrais être".

Claire lommé, enseignante en mathématiques, coordonne le projet "regards de géomètre" pour les classes de l'académie de Rouen.

Magali DupratDoctorante en sciences de l'éducation, Membre de l'association Les Maths En Scène,  anime des ateliers et présidente de l'association "All at School !" 

Elise Janvresse, mathématicienne de l'université Picardie Jules Verne au Laboratoire Mathématique Fondamentale et Appliquée, a été la marraine de la 3ème édition du festival les maths dans tous leurs états.

Dominique Fleur Chaillan, scénariste, est intervenue à la première édition du festival pour proposer l'atelier atelier CINE-MATH-Ograph.   Voici une des productions  de cet atelier par des élèves  de seconde.

Isabelle Néant, enseignante à l'université Paul Sabatier,  est marraine de candidats du concours Eloquensciences.

Natacha Halas, fondatrice de coding&Bricks, a proposé un atelier codage à la 3ème édition du festival.

Aurore Poret, doctorante en philosophie des sciences, nous lui avons proposé de nous aider sur les sujets proposés au concours EloquenSciences.

OBRY Cécile, Professeure des écoles, membre de l'association  Les Maths En Scène, va rejoindre l'équipe de coordination du projet "regards de géomètre" de l'académie de Nice.

Catherine Dufour, écrivaine et ingénieure en informatique, est invitée de participer à notre prochain événement pour présenter son livre "Ada ou la beauté des nombres"

Florence Sedes, Professeure en informatique de l'université Paul Sabatier, est intervenue au festival lors des soirées CineMaths.

Cecile Gachet, doctorante ENS au département de maths de Nice, est intervenue pour le projet Regards de géomètre auprès des classes de l'académie de Nice.

Christiane Rousseau, mathématicienne de l'université de Montréal, a permis que le "PI Day" soit journée mondiale des mathématiques auprès de l'Unesco. Elle a été marraine de la 4ème édition du festival.

Marie Lhuissier, mathématicienne et conteuse, a participé à la 4ème édition du festival.

Isabelle Dubois, ingénieure aujourd'hui enseignante en mathématiques, membre de l'association Les Maths En Scène, aide à l'organisation du festival et anime l'atelier" Maths et Cartoon" 

Olga Paris-Romaskevich, mathématicienne, travaille dans le domaine des systèmes dynamiques, impliquée dans la médiation. Elle sera la marraine de notre 5ème édition du festival "Les maths dans tous leurs états".



"Ne pas oublier toutes les pionnières  qui inspirent les filles et les femmes d'aujourd'hui!"

Houria Lafrance 

Présidente de l'association Les Maths En Scène

Enseignante en Mathématiques

lesmathsenscene.fr