NanoEnvi : participez à la recherche scientifique à Toulouse

Publié par Science Animation, le 6 avril 2018   1k

Xl nanoenvi

Rendez-vous les 14 & 15 avril au Quai des Savoirs pour rencontrer les scientifiques

Que deviennent les nanoparticules magnétiques émises par le trafic routier dans la ville de Toulouse ?  Pour répondre à cette question, des scientifiques toulousains lancent NanoEnvi, un projet de recherche transdisciplinaire proposant aux citoyens toulousains de participer à la récolte de données. Ils donneront rendez-vous au public les 14 et 15 avril au Quai des Savoirs pour présenter leur projet autour de différentes animations. Une expérience de sciences participatives que nous soutenons et accompagnons à Science Animation. 

Un projet de recherche transdisciplinaire

Nano Envi est un projet qui a été lancé en juillet 2017 par plusieurs chercheur.e.s de laboratoires toulousains. Il s’agit d’un projet transdisciplinaire qui implique différentes disciplines telles que la géophysique, l’aérologie, la physique et la sociologie. 

Mélina Macouin, chercheuse au laboratoire Géosciences Toulouse est à l'initiative du projet NanoEnvi. Découvrez son portrait réalisé pour l'occasion par Jacques Mitsch dans le cadre de la série de films des « Qui cherche...cherche ».


Pourquoi s'intéresser aux nanoparticules ?

Les émissions de gaz et de particules par le trafic routier seraient à l’origine de 48.000 décès par an rien qu’en France (i). Difficiles à détecter et à suivre en raison de leur taille, les nanoparticules sont susceptibles d’avoir un d’impact sur notre santé. Face aux alertes pollutions récurrentes, mieux connaître le devenir de ces particules est essentiel. Le projet vise donc suivre ces nanoparticules dans les rues de Toulouse, mais aussi dans les logements, et dans la Garonne. L’intérêt de cette méthode est de suivre les particules magnétiques les plus fines et par conséquent les plus nocives pour la santé.

Cette campagne sera couplée avec une étude sociologique visant à estimer la perception des habitants de Toulouse du risque lié à ces particules.

©Melina_Macouin_CNRS

La méthode

Les chercheur.e.s s’attache à quantifier, spatialiser et suivre les particules émises par le trafic routier en différents points, depuis la rue jusqu’à l’intérieur des habitats ou la Garonne. Le suivi s’effectue par mesure magnétique grâce à des « capteurs passifs » composés d’écorce des platanes, qui piègent les particules. Mis en place pour une durée de 6 mois à 1 an dans des logements et sur les façades des immeubles.

©NanoEnvi

Les habitants de Toulouse invités à participer

NanoEnvi organise donc une campagne de mesures en utilisant, pour la partie atmosphérique, des capteurs passifs composés d’écorces de platanes, mis en place sur des façades d’immeubles de Toulouse. Ce projet nécessite aussi l’aide des toulousain.e.s pour l’accueil des capteurs (discrets, biodégradables et non-polluants) dans les logement pour une durée de 6 mois à 1 an. Une bonne façon de participer à la recherche et d’en comprendre les enjeux !

>> Inscription pour participer au projet NanoEnvi << 

©NanoEnvi

Évènements et animations pour rencontrer les chercheur.e.s

Ce projet de sciences participatives sera lancé à l’occasion d’un évènement au Quai des savoirs les 14 et 15 avril 2018, un évènement que nous avons accompagné dans son organisation.  Les scientifiques seront présent.e.s pour expliquer leurs objectifs de recherche, les méthodes utilisées et surtout mobiliser les toulousain.e.s qui voudraient participer à la campagne de mesure. Ainsi, les personnes intéressées pourront repartir avec un capteur à placer dans leur logement et s’inscrire sur une base de données, permettant aux scientifiques de localiser les capteurs et de suivre le projet. 

Au programme : Des conférences et une expérience interactive de mesures magnétiques, autant de moments privilégiés à saisir au Quai des savoirs avec les scientifiques du projet NanoEnvi !

>> La programmation complète <<

NanoEnvi est un projet de recherche participatif, financé par le CNRS, porté par le laboratoire Géosciences environnement Toulouse (GET- CNRS/Université Toulouse III – Paul Sabatier/IRD/CNES) de l’Observatoire Midi-Pyrénées (OMP), associant des chercheur.e.s en magnétisme de l’environnement, en sociologie et en physique du Laboratoire d’aérologie (LA – CNRS/ Université Toulouse III – Paul Sabatier) et du Laboratoire de physique et chimie des nano-objets (LPCNO – CNRS/ Université Toulouse III – Paul Sabatier/INSA).

Plus d’information :

(i) Rapport annuel 2016 de Santé publique France