Full banni re ecs

Communauté

Mondes Sociaux

Peut-on vivre de la musique ?

Publié par Mondes Sociaux, le 23 octobre 2020   81

Xl musique 2

Article par Marc Perrenoud


Aujourd’hui, la musique est partout : grâce au streaming et au format numérique, elle rythme nos vies. Si elle a conduit à la chute des ventes de disques et à des changements majeurs dans l’industrie musicale, elle a aussi généré un intérêt accru pour les acteurs les plus visibles du secteur. Pourtant, à côté des stars mondiales et des major companies, les conditions de vie des musiciens et des musiciennes ordinaires restent encore largement méconnues.

Cette notion de « musicien ordinaire » qualifie ceux et celles qui peuplent les degrés inférieurs et médians de la pyramide professionnelle tout en étant ni riches ni célèbres. Très largement majoritaires parmi ceux et celles qui produisent quotidiennement de la musique sur scène ou ailleurs, ces musiciens ordinaires ne sont pas pour autant un objet privilégié pour les sciences sociales.

En effet, les recherches se sont souvent concentrées sur les acteurs les plus visibles ou sur les phénomènes les plus facilement repérables. Ça a été le cas de l’approche culturaliste sur l’histoire et l’influence des grands courants esthétiques, ou de l’approche économiciste sur le déficit du régime français des intermittents du spectacle, la « crise du disque » etc. Prenant nos distances avec ces deux approches, nous avons décidé de porter sur le terrain suisse le questionnement proprement sociologique à propos des musicien·ne·s ordinaires, leurs carrières, leur rapport au travail et à l’emploi et leurs différentes façons de « vivre de la musique ».     

Dans le cadre de l’enquête Musicians LIVES (2012-2016), nous avons développé une recherche collective impliquant jusqu’à sept personnes sur le terrain. Ensemble, nous avons mis en œuvre une approche « mixtes », associant l’enquête ethnographique par observations et entretiens à un travail d’échantillonnage par interconnaissances relativement expérimental. L’ensemble permet de récolter des données statistiques et de cartographier le réseau professionnel des musicien·ne·s romands.

>>  Lire la suite  <<