Communauté

Robotique

Rencontre avec la classe vainqueur du concours C.Génial

Publié par Echosciences Occitanie, le 13 juin 2016   3.8k

Le collège Forrain- François Verdier de Leguevin organisait jeudi 9 juin dernier le tout premier concours robotique inter-collège de la région : Roboteck.


Echosciences-Sud, partenaire de cette toute première édition était présent, l'occasion aussi de rencontrer la classe de troisième vainqueur du concours C.Génial et organisatrice du concours Roboteck. Jugées sur la technique, la création, le design et la performance du robot, 14 équipes venues de différents collèges de l'Académie se sont affrontées lors de ce concours.

Rencontre avec les élèves de la 3eC du Collège Leguevin :

Pour rappel, créé par Fondation C.Génial, en partenariat avec le dispositif de l’Éducation nationale "Sciences à l’Ecole", le concours "C.Génial Collège" a pour objectif de promouvoir l’enseignement des sciences et des techniques dans les collèges par la sélection de projets d’équipes réunissant les élèves, leurs enseignants et les entreprises.


Avec son projet "Play Snow Sport", la classe de 3eC du collège de Léguevin a remporté la finale nationale qui s'est tenue à Paris le 21 mai dernier devant la Ministre de l’Éducation nationale : Najat Belkacem. La classe aura le privilège de représenter la France dans le cadre de l'Exposcience au Luxembourg au printemps 2017.

Précision sur le projet


Comment avez-vous eu l'idée du projet "Play Snow Sport" ?

C'est le professeur, Mr Pujades, qui nous a proposé l'idée mais la réalisation a été complètement faite par la classe. Nous avons commencé la réalisation du projet en janvier 2016.

Quelles ont été les étapes ?

On a d'abord établi un cahier des charges et nous avons ensuite divisé les tâches en fonction des envies de chacun selon les différentes phases du projets. On a fait des groupes de 3 ou 4 mais plus le projet avançait, plus on s'est regroupé tous ensemble.

Le cahier des charges avait des contraintes spécifiques ?

Oui, on a fait un cahier des charges sous formes de cartes mentales. Et on a donc dressé toute la liste avant de commencer le projet, on a fait aussi un planning des horaires-temps avec les évolutions en fonction du temps, et après on a commencé le projet en janvier.

En tout ça aura duré 4 mois avec des étapes de validation à remplir.

Que retirez- vous de cette expérience ?

C'est trop bien ! A refaire ! Surtout que nous ne pensons pas avoir l'occasion de refaire la même chose au lycée. On a eu de la chance d'avoir eu notre professeur, sans lui on aurait pas pu faire ça. Et en plus on a gagné.

Ce qui a été bien aussi c'est que le projet était transversal avec d'autres matières comme les maths, les SVT, l'EPS, etc.

Et ça a pris de l'ampleur dans notre emploi du temps mais aussi entre nous, dans la classe, car si un des groupes ne réussissait pas sa tâche, ça pouvait avoir des répercussions sur tout le projet. Ça permet d'apprendre à travailler en équipe.

En plus, on a eu la chance de rencontrer la Ministre qui a testé le Snow, c'est une grande fierté.

Est-ce que ce projet a suscité chez certain d'entre vous des vocations ?

Pas forcément une vocation mais une bonne expérience. Mais pour certain ça a déterminé leur choix pour l'affectation au lycée.

Nous avons surtout une autre vision de la technologie. C'était plus complet et intéressant que les précédentes années et c'est ça qui a déterminé certain de nos choix.

En fait, grâce à ce projet, on a mis en pratique tout ce qu'on a fait depuis la 6ème.

On a été bien formé quand même par notre professeur !

Vous envisageriez un métier dans ces domaines-là ?

Pour certain oui. L'un d'entre nous veut devenir ingénieur informatique par exemple. Mais c'est vrai que dans notre classe beaucoup vont s'orienter vers des filières technologiques comme la filière Sciences de l'Ingénieur Création et Innovation Technologique .

Revenons maintenant au concours Roboteck inter-collège qui a été organisé au collège Forrain- François Verdier.

Comment envisageriez-vous votre futur avec les robots ?

Ce serait trop bien mais les robots ne doivent pas non plus prendre la place de tout, car sinon il n'y aura plus aucune responsabilité, on ne sera plus autonome...

On imagine les robots davantage dans notre quotidien. On en a déjà par exemple l'aspirateur, mais il ne faut pas que ça prenne trop d’ampleur. On a entendu dire que d'ici 2024, on aura tous des robots à la maison.

Il y aura de plus en plus de robots qui remplaceront les hommes comme les robots-chirurgiens. Et puis de vrais robots. Des robots humanoïdes. Mais il faudra faire attention à faire en sorte qu'ils ne remplacent pas totalement tout, sinon ça deviendrait compliqué.

Un dernier mot pour la fin ?

On dit un grand merci à Mr Pujades notre professeur de technologie.