Place to B Toulouse : le Fablab de l'info dédiée à la COP21

Publié par Morgane Bouterre, le 12 janvier 2016   1.1k

Xl 9ae7e4 c6d61c9b97814ccbbd52c14612d1ab76

Comment parler du climat autrement ?

C’est le défi que s’est lancé Place to B en créant une véritable Creative Factory à l’occasion de la COP21.


C’est la journaliste Anne Sophie Novel qui, après avoir assisté au négociations de Copenhague en 2009, a initié ce projet.


Cet événement Parisien a su faire résonance aux oreilles de Daniel Luchiani [Responsable de l’agence Icom] pour instituer une variante toulousaine.


C’est Cécile Varin [Journaliste, chef de projet éditorial et directrice d’une agence de contenus éditoriaux] qui a été l’entière confectionneuse de ce projet.


Attirer un public non initié aux questions liées aux changement climatique et surtout être porteur d’une information concrète de proximité, voici le défi que s’est lancé la version Made In Toulouse de Place to B, qui s’est déroulé dans les locaux d’EKITO du 30 novembre au 4 décembre dernier.


Pour ce faire, les organisateurs se sont soumis à de fortes exigences. Ils nous délivrent leur mode d’emploi pour construire et alimenter un média éphémère et collaboratif.


Vulgarisateur oui mais pas moralisateur !


Déjà, ne jamais s’écarter d’une démarche de vulgarisation. L’équipe se positionne en effet en tant que médiateurs entre le grand public et les sujets scientifiques liés aux changements climatiques. La démarche de Place to B se veut donc avant tout explicative. Professionnels de différents bords, scientifiques, start-upeurs, journalistes, artistes, étudiants, entrepreneurs, blogueurs, enfants ont défilés toute la semaine dans le but d’apporter témoignages, idées, projets, pour délivrer un regard bienveillant et optimiste sur les enjeux climatiques.


Place to B Toulouse


Technique de l’entonnoir renversé


Partir du concret de la vie quotidienne pour petit à petit proposer un questionnement plus global, telle est la technique employée pour parvenir à captiver un public non averti.


Pour ce faire, la parole est véritablement donnée à tout un chacun : recommandations d’enfants pour préserver l’environnement, témoignages de passants dans les rues de Toulouse, tutos d’idées et d’astuces, découvertes d’initiatives locales, etc.


Quels formats ?


Dans cette surabondance d’informations, comment un média éphémère peut-il être percutant ? Une réponse possible : Le social média !


Vidéos, posts sur les réseaux sociaux, GIF, Newsletters, JT, jeux vidéos, chansons, etc. sont autant de formats attractifs, susceptibles d’être perçus par la cible jeune que Place To B cherche à toucher. Ils permettent en effet de proposer une information “flash”, condensée, qui se propage plus facilement grâce à l’envergure numérique.

Place to B Toulouse


Adopter un ton à la fois “sexy” et pédagogue !


Le choix du ton à adopter est primordial pour toucher l’audience souhaitée. Il ne suffit plus d’avoir une information simplement intéressante, véridique et percutante, il faut bel et bien savoir séduire et séduire. Et tout ceci en ne s’écartant pas de la vocation pédagogique dont s’est vouée Place To B.


Une contribution collective et spontanée !


Place to B Toulouse aura su rallier à sa cause grand nombre de contributeurs provenant d’horizons différents.

Professionnels de la communication, scientifiques, étudiants, journalistes, graphistes, blogueurs ou simples curieux se sont agrégés de manière totalement spontanés pour collaborer de près comme de loin à la démarche de Place to B.

Au final, c’est grâce à la créativité et à la synergie d’une quarantaine de personne qu’une information si différente a pu être délivrée.

Une plate-forme de partage collaborative a été créer à cette occasion pour permettre à chacun de faire entendre sa voix.


Pari gagnant ?


Que ce soit en termes de format, de ton et de contenu, Place To B a su trouver écho à son envie première, rapprocher les questions liées aux changements climatiques des préoccupations quotidiennes de tout un chacun ! En croisant différents regards, différents modes d’expression et différentes compétences, ce “FabLab de l’info” certes éphémère aura été l’initiateur d’une nouvelle forme de média. Un média libre, collaboratif et social !


Retrouvez un bilan de ce beau projet ici ainsi que le blog spécialement créée.