Au pied des pyrénées Ariegéoises se dessine le collège du futur

Publié par Estelle Frayssinous, le 12 janvier 2016   1.7k

Xl dsc7605 1 sur 1 1

Et si on proposait à des élèves, des parents et des enseignants de concevoir eux-mêmes l’environnement de travail dans lequel ils aimeraient évoluer au quotidien ? Impossible me diriez-vous ?

... Pas avec une bonne dose de technique, d’accompagnement et de motivation !

Ces trois ingrédients réunis, deux collèges se sont récemment lancés dans l’aventure : le collège d’André Saint Paul dans le département de l’Ariège, en France, et le collège Virolai de Barcelone, en Espagne.

L’histoire commence dans le canton de l’Arize-Lèze dans le département de l’Ariège par une volonté politique au sein des deux communautés des communes de penser l'innovation territoriale de façon différente : ouverte, collaborative, transversale.

Les élus ont donc proposé au collège d’André Saint Paul de s'impliquer dans le projet européen Erasmus + « Collaborative Design for smart pupils ». L’enjeu était d’expérimenter de nouveaux formats pédagogiques, qui entrent en résonance avec un autre projet en cours : la construction du Pôle d'innovation collaborative des vallées de l'Arize et de la Lèze comprenant un atelier de fabrication numérique mutualisé (Fab Lab), un espace modulable de formation, plusieurs espaces de réunion, une salle de restauration, un espace de travail collaboratif ouvert et un espace fermé de résidences de projets .

Soutenu par la communauté de communes de la Lèze et le Centre de Culture scientifique Science Animation, ce projet débute donc sur les chapeaux de roues en septembre 2015 et doit se poursuivre sur deux ans.

L’ambition ? Impliquer le personnel du collège, les élèves et les parents pour imaginer et concevoir ensemble des espaces de travail centrés sur la collaboration et le partage.

L’aménagement de ces nouveaux lieux intégrera ainsi le point de vue de l’ensemble des usagers selon une véritable démarche d’innovation ouverte.


DSC7605 (1 sur 1)_1



ACCOMPAGNER, FORMER ET FAVORISER LES ÉCHANGES ENTRE ÉLÈVES, PERSONNELS ET PARENTS

Travailler ensemble, cela s’apprend ! Afin que le résultat obtenu soit en cohérence avec les attentes et les besoins de chaque partie prenante, il est indispensable de former les participants aux méthodes de travail collaboratif.

Au menu donc : initiation à des méthodes de créativité collective, formation aux outils de collaboration numérique et aux méthodes d’ingéniosité collective etc.

L’ensemble des participants est accompagné à la fois sur la méthodologie, la réflexion et la conception.

Un projet en 3 étapes :

La première étape du projet consiste à créer un socle commun de compréhension et de confiance. La première séance est donc destinée à bien exposer la démarche de travail qui va être adoptée, qui ne correspond pas forcément aux habitudes des élèves et des enseignants.

Les deux premières séances de travail ont ainsi été consacrées à la compréhension du projet et ses objectifs.

Pour cela, une méthode de créativité proposée par Lilian Ricaud : « Tous dans le même bateau ».


unnamed (2)_1

Méthode de créativité "Tous dans le même bateau"

Sur ce tableau participatif, le projet était symbolisé par un bateau. Le port représentait l’objectif du projet. Les participants étaient invités à noter les forces (« Vents favorables ») et les faiblesses (ancres retenant le bateau) de la vie au collège sur ce support. Cette représentation imagée du projet devait aider les participants à bien penser les solutions concrètes.

D’abord rempli en classes, les participants étaient ensuite invités à faire compléter ce document par des personnes n’ayant pas participé à l’atelier. Une démarche qui a permis aux élèves de se confronter aux impératifs et aux contraintes du travail en commun : problèmes de bruits, motivations, etc. Autant de réalités du travail en mode projet auxquelles ils se sont retrouvés confrontés et auxquelles ils ont dû s’adapter. Très formateur pour les élèves !


Le cadre de travail ainsi posé, on peut passer à la seconde étape du projet : la conception même de ces nouveaux espaces de travail, flexibles et ouverts.

Pour ce faire, les participants sont accompagnés dans leurs utilisations d’outils numériques tels que le logiciel de modélisation Sketchup. Ayant déjà une certaine maîtrise technique de ce type d’outils grâce aux enseignements de technologies dispensés par les professeurs de technologie, les élèves apprennent à les utiliser concrètement afin de réaliser des prototypes de lieux.

C’est une étape qui va durer jusqu’à la fin de l’année scolaire, le but étant d’aboutir à des maquettes qui seront présentées aux élus locaux en juin.

Enfin, la dernière étape du projet se traduira par la conception proprement dite d'un Serious Game qui rendra compte de manière ludique et interactive du processus de créativité qu’a impliqué le projet.



UNE COLLABORATION À GRANDE ÉCHELLE


Qui dit programme Européen dit échange et collaboration avec un pays étranger. Le projet inclut ainsi un partenariat avec des structures espagnoles, notamment avec le collège Virolai, la fondation EVERIS et la Generalitat de Catalunya - Service de la connaissance.


Les équipes encadrant le projet se sont donc rendues dans le collège Virolai situé à Barcelone, investi dans un programme participatif autour de la notion de territoires intelligents. Disposant de salles spécialement aménagées, cet établissement est déjà bien familier avec la démarche de travail collaboratif.

Cette visite s’est avérée très inspirante pour le personnel éducatif du collège André Saint Paul.


20151014_102003_1

Au collège Virollai de Barcelone


UNE DÉMARCHE ÉVALUÉE ET DOCUMENTÉE

Afin d’évaluer l’impact de ce projet sur l’ensemble de ses participants, une évaluation en continu est effectuée par la société Everis. Le but est de déterminer la façon dont les acteurs s’approprient le projet ainsi que les compétences transversales acquises ou consolidées (travail en mode projet, collaboration, utilisation de méthodes de créativité…).


erasmus1


Par ailleurs, l’ensemble des séances inclut un travail de documentation des méthodes utilisées par les participants. Car acquérir une expérience c’est bien, mais la partager c’est mieux ! Pour cela, les participants s’appuieront notamment sur les médias sociaux, afin de publier régulièrement sur leur démarche.