PETIT MATHEUX DEVIENDRA GRAND

Publié par Claire Adélaïde Montiel, le 29 avril 2019   220

Xl chasse aux formes  12

Il n’est jamais trop tôt pour apprendre. En fonction de cet axiome qui se vérifie chaque année, l’association Fermat Science réserve 2 semaines à l’arrivée du printemps pour offrir aux enfants de maternelle un terrain d’expérience dans le cadre de la Maison Fermat.

Les mathématiques, ce n’est pas forcément abstrait. Ce sont des formes à identifier, des couleurs à assembler, une logique à mettre en œuvre, mais c’est aussi, pour ce petit peuple de la maternelle, une occasion rêvée pour découvrir qu’on peut s’amuser en répondant à des consignes, pour faire l’expérience de  l’autonomie et constater qu’en équipe on est bien meilleur que tout seul.

 

Identifier les formes géométriques

Durant 15 jours, 234 enfants et leurs accompagnants ont investi  tous les lieux utilisables de la maison de Fermat. Si tout passe par le jeu, ce n’est pas pour autant que ce petit monde ne prend pas les choses au sérieux.

Pour la chasse aux formes, une variante moins gourmande mais tout aussi passionnante que la  célèbre chasse aux œufs, c’est Camille Boltana Arriazu et Emie Uzureau, alias Mme Carrée, qui font à tour de rôle l’office de meneuse de jeu. Les équipes, les  rouges, les bleus, les jaunes, les verts, ont été amenées à découvrir  les formes géométriques apparentées  à  leur couleur.  Cercles, triangles, carrés  se cachent partout autour de nous. A la fin de l’épreuve, chaque équipe après avoir trouvé toutes les formes, a eu droit à un bonus. Quelle surprise de découvrir  des formes plus complexes, celles de l’hexagone et l’octogone ! 

 

Un passage par le conte

L’atelier  Au rythme de la pluie a proposé une autre découverte, celle du climat.

M et Mme Rongetout ont l’intention de  marier leur fille mais ils veulent s’assurer que leur futur gendre soit le plus fort. Le premier prétendant, le tout puissant soleil, est  chassé par le  vent . C’est donc celui-ci qui est le plus fort mais le voilà qui recule lorsque  tombe la pluie…

L’histoire que raconte la meneuse de jeu est rythmée par les bruits produits par les jeunes  auditeurs.

Il s’agit de se montrer attentif, de réagir au bon moment de la manière adéquate lorsqu’avec la famille souriceau on teste les forces en présence dans la météorologie. On n’a pas le droit de se tromper, il en va de l’avenir de  Souricette.  Les petits esprits sont en éveil pour s’approprier l’information, en faire bon usage et de répondre quand il faut, comme il le faut. On ne se contente pas d’écouter une histoire, on devient  acteur.

Quant au troisième atelier, celui des jeux de construction, grâce à ses formes géantes et vivement colorées bien plus hautes que les petits bâtisseurs qui les manipulent, il offre avec l’aide de Louise Verstaevel, un espace où les formes géométriques et autres manipulations donnent naissance au plaisir.  


 

Pour cette plongée au pays des matermaths, l’équipe d’animation de Fermat Science propose  chaque année de nouveaux outils à mettre en œuvre pour répondre à la puissante capacité d’apprentissage des tout petits, pour les aider à s’approprier de l’information, à se familiariser avec  des notions qui leur demeureraient étrangères, à faire l’expérience du savoir.

Apprendre à raisonner, à créer, à inventer, à  imaginer, un régal pour ces jeunes esprits !