DES LYCEENS DE PEKIN AU PAYS DE FERMAT

Publié par Claire Adélaïde Montiel, le 20 février 2019   200

Xl lycee pekin   fermat

Chaque année, au moment des vacances d’hiver, les élèves du lycée N° 20 de Pékin se voient offrir la possibilité de voyager dans le monde en Afrique du sud dans le cadre des études de géographie et de biologie, en Italie pour l’histoire et l’art, en  France et en Espagne pour la littérature et les mathématiques.

A l’initiative de l’Association Aéorospatiale Franco-Chinoise basée à Toulouse qui accueille des jeunes chinois dans le but de créer des échanges culturels entre la Chine et l’Europe, ce sont 22 élèves de la classe de seconde du lycée accompagnés par deux de leurs professeurs enseignant les  mathématiques et le français, qui ont pu, pendant leurs vacances d’hiver, découvrir la France et l’Espagne. Les étapes de ce voyage de 10 jours incluant Paris, Toulouse, Carcassonne, Barcelone et Madrid ont été conçues pour leur montrer des lieux emblématiques. Les monuments des deux pays tels que la Tour Eiffel, le Louvre, la Sagrada Famílla leur ont permis de se familiariser avec l’architecture.
Mais l’intention de ce voyage d’études n’est pas uniquement touristique. Le riche programme de leurs déplacements inclue des  musées et des  lieux culturels tels que la Cité de l’espace et le musée de Dalí à Figueras, des entreprises comme Airbus mais aussi des demeures d’hommes illustres. Pour la littérature, ils ont pu visiter à Paris les maisons de Victor Hugo et de Balzac, à Madrid celle de Cervantès et, pour les mathématiques, avant de découvrir l’Institut de Mathématiques de Toulouse, la Maison de Pierre Fermat à Beaumont de Lomagne.

Lors de la visite guidée, la barrière de la langue n’a pas été un obstacle grâce à la traduction assurée par Yang JIAO, élève ingénieur à ISAE-SUPAERO. Les jeunes ayant bénéficié, dans le bus, d’un cours d’histoire des mathématiques ont été intéressés par la biographie de Pierre Fermat qui a apporté sa contribution aux recherches de son siècle et dont les travaux ont éclairé les mathématiciens jusqu’à nos jours. Ils ont de plus, découvert l’architecture du bel immeuble du XVI° siècle qui vit naitre le mathématicien et, du haut de la tour, la structure urbanistique de la  bastide de Beaumont créée au Moyen Age sur un plan géométrique.

Un bel exemple si besoin en était de l’importance de la sensation et du plaisir en matière d’acquisitions, de la richesse des échanges culturels avec d’autres pays et une confirmation de l’immense stature de notre mathématicien auquel la ville de Beaumont s’apprête à donner sa juste place dans le futur pôle économique, culturel et touristique qui ouvrira ses portes en 2021.