COVID-19 et fake news, un mélange détonant

Publié par Claire Adélaïde Montiel, le 11 avril 2020   380

Xl coronavirus paris a l heure du confinement 20200317 2130 b4bdb7 0 1x

La pandémie « a eu sur nos vies et la marche de nos sociétés l’effet d’une extraordinaire déflagration et d’un saut brutal dans l’inconnu. Comme si nous étions face à un nouveau monde. Confinement, fermeture des frontières, état d’urgence, nationalisation des entreprises : après des semaines de temporisation et d’incrédulité, le monde entier s’est lancé dans une guerre massive contre le coronavirus » écrit l’anthropologue Frédéric Keck.[1]

Ce que nous vivons dépasse tous les modèles que nous connaissons, comme une suspension de ce qui faisait jusqu’ici notre vie. La chercheuse Frédérique Leichter-Flack évoque un « basculement de l’ordinaire vers l’extraordinaire », « un état d’exception ». « Le ciel nous est tombé sur la tête »[2] écrit-elle pour définir cette situation inédite que plus de la moitié de la population mondiale est appelée à vivre.

Une situation qui suscite, de l’incompréhension à la révolte, une multitude de réactions dont la moins dangereuse n’est pas la désinformation systématique dont fait état l’éditorialiste Philippe Roux[3]: « La pandémie mondiale du Covid-19 montre en effet, combien ce virus qui frappe le monde entier s’accompagne aussi du virus de la désinformation, des manipulations, qu’elles viennent d’Etats, de hackers mercenaires, de religieux obtus et de tous ceux qui veulent sans vergogne tirer profit du malheur des uns. ».

Le choix des élucubrations suscitées par la situation actuelle est varié : expérience de laboratoire visant à prendre le pouvoir sur la planète, virus ayant échappé au contrôle de ceux qui l’ont fabriqué dans une intention malveillante, campagne de désinformation sciemment menée par les média d’une puissance mondiale. Interprétations erronées, grilles de lecture conspirationnistes, l’imagination est à l’œuvre et, de la boîte de Pandore largement ouverte, jaillissent les plus folles rumeurs.

 

Lutter contre la désinformation

Face à l’ampleur de la désinformation, Il est urgent de mettre en place des outils pour faire appel à l’esprit critique du public. En effet, selon le directeur de l’Observatoire du complotisme, Rudy Reichstad un français, sur quatre adhère à une théorie complotiste.

Ce n’est pas un hasard si la fête nationale de la science 2019 a fait une large place à une réflexion sur les fake news, si le colloque organisé le 27 janvier 2020 à Toulouse par le cercle zététique de l'Université Populaire de Philosophie de Toulouse s’intitulait : Menaces contre les fait objectifs et si le thème de la conférence du 5 mars 2020 dans le cadre des Découvrades de Science Animation était : La vitesse de propagation des rumeurs, légendes urbaines et Fake News

La situation actuelle montre que ces choix ne sont pas innocents .  À l’heure des réseaux sociaux et de l’information instantanée, il est important de proposer aux citoyens des outils pour leur apprendre à mieux comprendre la distinction entre croyance et connaissance. Une tâche essentielle pour éviter les violences et le refus des autres, à laquelle s’emploie depuis 2010 le CORTECS (Collectif de recherche transdisciplinaire esprit critique & sciences) qui a pour objectif central la transmission des divers aspects de l’esprit critique, de la pensée critique.

Le principe des fake news est bien connu. A partir de prémices justes, certains, par sottise ou le plus souvent par malignité, tirent des conclusions fausses qu’ils s’empressent de répandre de manière virale contaminant l’espace public. Pour lutter contre cette épidémie d’un autre genre, l’Assemblée nationale a voté, le 4 juillet 2018, une loi anti-fake new destinée à sanctionner « toute allégation ou imputation d’un fait dépourvue d’éléments vérifiables de nature à la rendre vraisemblable », car rien n’est plus facile par l’intermédiaire de ces informations volontairement trompeuses que de propager la paranoïa, la peur et la stigmatisation si faciles à provoquer en temps de crise.

Des raisons objectives

Cependant on ne peut nier que les peurs qui se manifestent actuellement soient dépourvues de raisons objectives.  Chaque fois qu’une catastrophe frappe l’humanité, le premier réflexe est de tenter de l’expliquer, voire de la justifier. L’idée de l’aléa est difficile à supporter. Il s’agit donc de comprendre les raisons et si on ne trouve pas d’explication valable, d’en inventer.

Or la science, dans ce cas, n’est pas d’un secours immédiat. L’incertitude que connaissent si bien les scientifiques n’est pas de nature à rassurer le public. Si l’on en croit le philosophe Edgar Morin, la science, c’est la controverse, la discussion, c’est-à-dire tout le contraire d’un catalogue de dogmes. il n’y a pas de vérité absolue en science. Or, par rapport au COVID-19, de nombreuses incertitudes demeurent : sur l’origine de l’épidémie, son degré de nocivité et ses conséquences même si  « de nombreux laboratoires dans le monde consacrent leurs efforts à comprendre les dynamiques épidémiologiques des nouvelles maladies infectieuses dont le Covid-19. »[4]

Symbole de la fuite que savent si bien pratiquer les humains, les fake news, en attribuant le développement de la pandémie à la malveillance, permettent de nier notre vulnérabilité, de refuser l’idée du caractère cyclique des épidémies pourtant soulignées par les scientifiques, et donc d’éviter de se poser les vraies questions.

Or l’explication de ce qui nous arrive est beaucoup plus simple et beaucoup plus terrifiant que la plus effrayante des fake news. Selon Frédecic Keck, depuis le début de l’histoire, « toutes les épidémies sont liées aux grandes phases de la mondialisation, à l’accélération et à la multiplication des échanges ».  Les solutions proposées : construire des murs, restreindre les voyages, limiter les échanges ne résolvent rien. Certes le confinement est nécessaire mais il faut refuser l’isolationnisme. Il s’agit de trouver les bonnes solutions.

 

Les solutions

La recherche à l’œuvre

Le magazine en ligne SLATE[5] , dans un article du jeudi 9 avril souligne que partout dans le monde, les épidémiologistes , les praticiens et praticiennnes , les ingénieurs et ingénieures exploitent le flot des données sur l’épidémie pour modéliser sa progression, prédire l’impact des interventions possibles, développer des solutions.

Penser en terme de coopération et non de ségrégation

Frédérique Leicher-Flack propose des réponses individuelles -quête de l’essentiel, des ressources qu’on peut mobiliser pour résister-  et collectives , notamment une mobilisation générale de toutes les ressources créatives, chacun à sa place, enseignants, associations créant de nouvelles modalités d’aide et de soutien aux plus vulnérables. Il s’agit de réinventer la solidarité, le travail, l’humour, le vivre ensemble. Puisqu’il Il est impossible de fuir l’épidémie, il faut choisir de vivre au mieux, là où on se trouve, cette vie empêchée.

Préparer la nouvelle épidémie

« Les pandémies qui nous frappent ne sont qu’une facette du changement planétaire… L’humanité est confrontée aux conséquences de ses destructions, résultant de ses choix économiques et politiques. D’autres choix sont nécessaires pour la survie de notre espèce autant que pour la préservation des milieux naturels »peut-on lire dans la tribune du magazine Libération[6] où il est fait état d’un organisme international l’IPBES (plate-forme intergouvernementale pour la biodiversité et les service écosystémique) « qui propose aux gouvernements un bilan de nos connaissances scientifiques et empiriques sur les défis  posés par la préservation de la biodiversité et sur les moyens d’y répondre »

Fréderic Keck encourage les êtres humains à préparer la prochaine pandémie au lieu de laisser faire comme ce fut le cas lors de trente dernières années. « Nous sommes aujourd’hui confinés dans nos logements comme des poulets dans des cages avec la crainte de mourir d’un virus qui vient d’autres animaux. C’est le signe qu’il faut rétablir le contrat de domestication qui nous lie à eux. » Revoir les failles de notre système écologique, c’est peut-être ce « que cette crise nous permettra, je l’espère, d’affronter et de changer »

 

Face au danger, la solution n’est pas d’enfouir sa tête dans le sable pour ne pas le voir. Il ne suffira pas de nier la réalité pour éviter la pandémie comme le fit le gouvernement chinois en sanctionnant, pour défaitisme, le médecin lanceur d’alerte lors de la première manifestation du COVID 19 dans la ville de Wuhan.

Pour préparer d’ores et déjà la prochaine pandémie dont les scientifiques nous avertissent qu’elle se produira inévitablement si nous ne changeons pas nos modes de vie, il s’agit de remettre en cause les choix de l’économie capitaliste qui pousse les humains à consommer toujours plus au mépris des autres êtres vivants et de la biosphère. C’est le choix que propose le Petit manuel de résistance contemporaine de Cyril Dion publié en 2018 par les éditions Actes Sud dont le sous-titre est éloquent : Récits et stratégies pour transformer le monde.

Une invitation à ne pas négliger en cette période où la pandémie nous invite, bon gré mal gré, à reconsidérer nos valeurs.

 

[1] Télérama 3663 du 25 mars 2020, Frédéric Keck

[2] Télérama 3663 du 25 mars 2020, Donner du sens est un des grands enjeux de cette pandémie

[3] La Dépêche du Midi,  5 avril 2020

[4] Libération : Tribune en date du 08/04/2020

[5] SLATE, magazine en ligne, édition du 9 avril 2020

[6] Libération : Tribune en date du 08/04/2020