Open Radiation : un projet participatif pour mieux connaître la radiologie ambiante.

Publié par Mathilde Peuvot, le 22 juin 2021   700

Xl photo mesure

Avez-vous déjà entendu parler du projet de sciences participatives OpenRadiation ? Porté par l’IRSN et ses partenaires, il invite à mesurer la radioactivité ambiante.

Renaud Martin, chargé de mission ouverture à la société à l’IRSN, nous en dit plus sur OpenRadiation. 

Dans quelles circonstances le projet a-t-il vu le jour ? 

OpenRadiation a été conçu dans le cadre du retour d’expérience de la catastrophe de Fukushima. Une partie de la population s’est dotée de capteurs de radioactivité pour évaluer elle-même son niveau d’exposition et échanger à propos de ces mesures par le biais de sites internet. C’est donc à partir de ce constat fait dans le cadre post-accidentel de Fukushima que OpenRadiation a été imaginé; car en cas d’accident nucléaire en France –ce que personne ne souhaite voir arriver!- le même phénomène se produirait sans doute. Dès lors, pourquoi ne pas donner la possibilité à celles et ceux qui le souhaitent de découvrir et mesurer la radioactivité de son environnement? 

En quoi consiste le projet OpenRadiation exactement ? 

C’est un capteur de type Geiger (qui permet de quantifier les rayonnements ionisants sans distinction), une application gratuite à télécharger, et une plateforme internet. Celle-ci recueille sans filtre les niveaux de radioactivité mesurés et les rend accessibles à tous sous forme cartographique ou de données téléchargeables. OpenRadiation c’est l’open data de la radioactivité! 

Pour y participer des capteurs disponibles sur le marché sont compatibles, nous proposons également un capteur "OpenRadiation" sous forme de kit à monter soi-même. Sa coque en en plexiglas permet d’observer les composants électroniques et le tube Geiger. 

 Le site internet propose aussi un forum de dialogue, un espace missions pour organiser ses campagnes de mesures.  Des rencontres avec la communauté OpenRadiation sont organisées chaque année. Du fait du contexte sanitaire; deux rencontres auront lieu en 2021: une à distance le 17 juin, et une en présence le 20 septembre. Ces rencontres s’articulent surtout autour de témoignages, retours d’expériences et de discussions sur le développement du projet: traitement des données recueillies, besoins de nouvelles fonctionnalités, amélioration du confort d’usage, et de la satisfaction de contribuer à un projet de science participative. 

Quelles sont les structures derrière le projet ? 

L’IRSN, expert public en matière de sûreté nucléaire et de radioprotection,. L’IFFORME, institut de formateurs aux risques majeurs, le FabLab de la Sorbonne université, l’association Planète Sciences, engagée dans l’animation scientifique. Et depuis l’automne dernier, l’ANCCLI, association nationale des commissions locales d’information, a rejoint le projet.

Pourquoi avoir choisi de monter un projet de science participative impliquant directement les citoyens ? 

OpenRadiation a vocation à compléter les connaissances en matière de mesures de la radioactivité dans l’environnement, à impliquer les citoyens dans l’observation, et -si par malheur il arrivait- dans la gestion du post-accident nucléaire. Car, bien évidemment, il existe déjà un réseau national de mesures avec des capteurs disséminés partout sur le territoire Français et des moyens d’intervention conséquents en cas de crise. Néanmoins, les contributeurs du projet viennent compléter les données officielles à un niveau plus local, et ont la possibilité de prendre part active à la surveillance de leur environnement.. 

En savez-vous un peu plus sur les usages et les raisons qui poussent les citoyens à participer ?

Nous n’avons pas fait d’étude sur le profil des contributeurs mais nous échangeons tout de même régulièrement eux. 

Certains des membres sont intéressés par la technologie, les mesures physiques, le fonctionnement et montage d’un capteur, codage, traitement des données etc. Ce sont des amateurs de sciences et technologies. Et puis il y a des personnes soucieuses de la qualité de l’environnement, qui se servent des capteurs pour répondre à des interrogations concernant leur milieu de vie. 

Bref, il n'y a que de bonnes raisons de rejoindre OpenRadiation ! 

 Que ressentez-vous en voyant l’évolution du projet ? 

On peut être satisfait bien sûr, mais tout en restant modeste ! A l’heure actuelle, OpenRadiation réunit plus de 200 000 mesures réparties sur l’ensemble de la planète (car nombres d’utilisateurs emportent leur capteur lors de leurs déplacements) Nous avons environ 200 utilisateurs, et une belle dynamique, en direction des CLI (commissions locales d’informations) attachées à chaque installation nucléaire, et en direction de citoyens européens via l’association Nuclear Transparency Watch. (NTW°). C’est un projet ouvert qui ne tient que par la dynamique que chacun y apporte.

Crédits de la photo: Site internet OpenRadiation

Plus d'informations sur : OpenRadiation-le site