Workshop Science & Société - Transition énergétique | Compte-Rendu

Publié par Echosciences Occitanie, le 10 avril 2024   410

Les Workshops Science & Société du réseau Science(s) en Occitanie sont des moments d'intelligence collective permettant de construire des outils de médiation scientifique autour des grands sujets des Défis Clés de la Région Occitanie. 

Le lundi 26 février, plus de 65 participants étaient au rendez-vous à Toulouse INP-ENSIACET pour travailler sur le thème de la transition énergétique.

Ce workshop était organisé par le réseau Science(s) en Occitanie en partenariat avec RHyO (Pôle de recherche et d’innovation sur l’hydrogène en Occitanie), Genhyo (Génération hydrogène Occitanie), PV-STAR (Photovoltaïque en conditions non-standard) et l'Université de Toulouse.

Sommaire de l'article

Pourquoi la thématique de la Transition énergétique ?

Place aux initiatives

1. Boîte à métiers - Hydrogène et énergies renouvelables - Instant Science

2. Débat Éoliennes Flottantes en Méditerranée – Kimiyo

3. Ressources du sous-sol de la transition énergétique en Occitanie : vers l'autonomie ? - Géosciences Environnement Toulouse - Université Paul Sabatier, Toulouse 3

4. Se déplacer vert – Délires d’encre

5. Livre-jeu : L'avenir dont vous êtes le héros - Energ'Ethiques 66

6. Le Programme SIM : le jeu sérieux sur les transitions citoyennes et énergétiques - Les Ateliers Ludosophiques

7. Tout est énergie - Eurêk'Alès

8. Hydrogèn'Game - RHyO - Université de Toulouse

9. Curieuses Visites Curieuses - En Quête de Patrimoine

10. Contrat de Performance Énergétique de la Ville de Sète (en partenariat avec DALKIA) – Kimiyo

11. Fresque de l'hydrogène - GenHyo - Université Montpellier

12. Hydrogèn'Oc : des activités scientifiques de sensibilisation autour de l'hydrogène vert - Planète Sciences Occitanie

13. Les Défis solaires - Planète Sciences Occitanie

Les ateliers

Atelier 1 : Comment faire découvrir les enjeux de la recherche sur le thème de la transition énergétique à un public scolaire ?

Atelier 2 : Comment présenter les métiers de demain indispensables à la transition énergétique ?

Atelier 3 : Comment vivre un débat sur le thème de la transition énergétique ?

Atelier 4 : Comment animer une visite de site expérimental ?

Atelier 5 : Comment aborder les notions périphériques aux questions d'énergie ?

Une journée se concluant sur la volonté se rencontrer

Pourquoi la thématique de la Transition énergétique ? 

La Région Occitanie investit énormément dans le secteur de la transition énergétique afin d'être une région à énergie positive d'ici 2050. C'est pour cette raison que cette thématique est au centre de nombreux projets de recherche en Occitanie. 

Au-delà des programmes de recherche, il est essentiel de maintenir un dialogue permanent entre les acteurs scientifiques et les citoyens. Ce lien leur permet de les informer sur les enjeux et les recherches en cours, répondre à leurs questionnements, voire les impliquer dans ces programmes de recherche. 

L'un des objectifs du workshop était donc de créer du lien entre les acteurs des Défis clés et les acteurs de la médiation scientifique. Lors de l'accueil café-thé, les participants ont pu jouer au bingo, un brise-glace, permettant à chacun d'aller à la rencontre des autres et d’apprendre à se connaître. Avant le lancement des activités du matin les badges “super-réseauteur” ont été distribués aux participants ayant cochés le plus de cases !

Puis la journée s’est poursuivie par une présentation de chaque Défi clé, permettant aux participants de mieux comprendre les enjeux de recherche.

La Région Occitanie a pris la parole pour rappeler les objectifs du réseau Science(s) en Occitanie. Ensuite les défis clé RHyO et PV-STAR, ainsi que le projet Genhyo ont présenté les thèmes et enjeux de leurs programmes.

Place aux initiatives 

Pas moins de 13 initiatives de médiation scientifique ou de recherche participative ont été présentées par leurs porteurs de projet lors du speed-meeting du matin. Installé en îlot, chacun avait 7 minutes pour présenter de manière concrète son projet, qu'il soit finalisé ou au stade de réflexion. L'objectif était de faire découvrir un panorama d’actions menées autour de la thématique de la transition énergétique. 

1. Boîte à métiers - Hydrogène et énergies renouvelables - Instant Science

Sur l'une des tables, une curieuse mallette attendait les participants. Son principe ? Sensibiliser à la diversité des métiers de ce domaine, mettre en pratique une démarche scientifique et un travail d’équipe.

Cette mallette cache un objet phare qui permet de présenter le fonctionnement de l’hydrogène, un quiz pour discuter de ces grands enjeux et un jeu de rôle pour faire découvrir 30 métiers liés à ce domaine.

2. Débat Éoliennes Flottantes en Méditerranée – Kimiyo

Des éoliennes flottantes ? Bien sûr ! C’est à Narbonne que cela se passe… Mais qu’en pensent les riverains ?  Pour informer et recueillir les avis la DREAL Occitanie a fait appel à l'association Kimiyo, membre du réseau CPIE Bassin de Thau, pour organiser ces moments de rencontre avec le public. Les participants ont pu se mettre dans leurs peaux pour réfléchir à ses nouvelles infrastructures. L’objectif étant de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de diversifier les sources énergétiques, de quoi réfléchir…

3. Ressources du sous-sol de la transition énergétique en Occitanie : vers l'autonomie ? - Géosciences Environnement Toulouse - Université Paul Sabatier, Toulouse 3

Quelles ressources se cachent sous nos pieds ? Comment alimenter notre transition énergétique vers l'autonomie ? Pas de panique, cette initiative propose justement d’y réfléchir. L'idée de cette démarche est de comprendre les impacts de notre mode de vie sur les ressources souterraines. C’est l’occasion d’imaginer différents scénarios et de mettre en débat les différents mix énergétiques envisagés. 

4. Se déplacer vert – Délires d’encre

Les voitures volantes comme dans Le Cinquième Élément étaient prévu pour 2025 mais il va falloir reporter un peu les plans de Luc Besson. En revanche, il est temps d'aborder la crise climatique auprès des jeunes. Cette initiative vise à discuter des solutions pouvant être mises en place dans le domaine des transports en se concentrant sur l'évolution de la mobilité du passé, du présent et du futur. Cet atelier comprend des jeux de réflexion et des manipulations de voitures à hydrogène.

5. Livre-jeu : L'avenir dont vous êtes le héros - Energ'Ethiques 66

Armé de fiches pédagogiques, un médiateur d’Energ'Ethiques 66 invitait les participants à jouer avec un livre interactif. Ce joue ici l'avenir de la planète rien que ça… Les participants ont été amenés à faire des choix pour découvrir une des 9 fins possibles du jeu.

Comme dans la vraie vie, chaque choix modifieront le déroulement de l'histoire qui lui est contée pour permettre de prendre conscience de l'évolution du monde et des impacts que nous avons sur celui-ci.

6. Le Programme SIM : le jeu sérieux sur les transitions citoyennes et énergétiques - Les Ateliers Ludosophiques

Bloquez votre prochain week-end car ce projet d’innovation pédagogique vous emmène dans un grand jeu sérieux de négociations politiques pendant 2/3 jours. Les participants ont pu découvrir ce programme immersif. Il participe activement à la vulgarisation scientifique dans le domaine des sciences sociales et politiques ainsi que des sciences de l'environnement. Chaque SIM met à l'honneur un sujet de société en lien avec les transitions.

7. Tout est énergie - Eurêk'Alès

Encerclés par les fresques, cette initiative a mis les participants directement dans le bain. Pour Eurêk'Alès l'énergie doit être placée comme constituant essentiel de la nature. Le visiteur est alors invité à réfléchir aux transformations environnementales que l'être humain doit opérer pour récupérer cette énergie et la convertir dans le but de l'utiliser pour répondre à ses propres besoins.

8. Hydrogèn'Game - Instant Science - RHyO - GenHyO

Mais que renferme cette boîte pleine de cadenas et de trappes ? Les participants ont pu découvrir ce qui se cachait derrière… 

Hydrogèn'Game est un jeu où les joueurs doivent résoudre des énigmes dont le thème porte sur les enjeux de la filière de l'hydrogène décarboné. Le jeu présente également les métiers impliqués dans cette filière. 

9. Curieuses Visites Curieuses - En Quête de Patrimoine

La curiosité n’est plus un vilain défaut. Au contraire, les Curieuses visites curieuses feront vivre une expérience qui intègre du contenu scientifique dans une visite guidée. Les visites dont on se souvient le plus sont celles où le guide y incorpore des anecdotes personnelles, et l'association En Quête de Patrimoine l’a bien compris. Les visites mélangent une part d'histoire, d'imaginaire, d'humour et de poésie avec les sciences. Le tout animé par de véritables passionnés !

10. Contrat de Performance Énergétique de la Ville de Sète (en partenariat avec DALKIA) – Kimiyo

A plusieurs, nous sommes meilleurs, c’est ainsi qu’est née la collaboration entre l'association Kimiyo, le CPIE Bassin de Thau et Dalkia (une filiale d'EDF). Dans le cadre du « Contrat Performance Énergétique » de la ville de Sète, des animations destinées aux scolaires de cycles 2 et 3 ont été élaborées. 

Les participants ont découvert ces animations qui abordent la thématique des enjeux énergétiques dans le but de désembrumer toutes les questions relatives à ce sujet. 

11. Fresque de l'hydrogène - GenHyo

Vous avez déjà fait une fresque ? Parce que les participants venus découvrir cet atelier l'ont fait et ont pu découvrir la chaîne de valeur de l’hydrogène et les enjeux liés au déploiement de l’hydrogène décarboné. Dans le cadre du projet GenHyo, l'Université de Montpellier a développé cette fresque dont l’objectif est de sensibiliser, acculturer et former un large public. 

12. Hydrogèn'Oc : des activités scientifiques de sensibilisation autour de l'hydrogène vert - Planète Sciences Occitanie

Accueilli par des mini-voitures du futur les participants ont découvert la tournée Hydrogèn'Oc proposant un ensemble d’animations scientifiques en lien avec l’hydrogène vert associé aux énergies renouvelables. D’où vient l’hydrogène ? Pourquoi « vert » ? Comment le stocke-t-on ? L’utilise-t-on déjà dans la région ? Quels en sont les métiers ?

Autant de questions abordées par la tournée Hydrogèn'Oc. Un projet en partenariat avec Instant Science, le C.I.S.T, la Région Occitanie et Planète Sciences Occitanie.

Les participants se sont laissés attirés par ce stand jonché de mini-voitures solaires. Plus qu’une course de voitures, elles permettent de sensibiliser les plus jeunes aux énergies renouvelables et d’aborder les notions de circuits électriques. Cela permet d’initier les participants à la conception et la réalisation d’un véhicule filoguidé ou radiocommandé utilisant exclusivement l’énergie solaire pour se déplacer et être piloté. 

Les ateliers

L’après-midi était consacrée aux ateliers. Ce temps de travail collectif invitait les participants à produire une ou plusieurs ressources concrètes à la suite de ce workshop. Répartis sur cinq ateliers, les participants ont pu réfléchir aux différents enjeux qu’impliquent la transition énergétique. 

ATELIER 1 : Comment faire découvrir les enjeux de la recherche sur le thème de la transition énergétique à un public scolaire ?

Atelier co-animé par Éric Couffin de Planète Science Occitanie et Baptiste Trajin du Défi clé RHyO et enseignant-chercheur LGP-ENIT.

Le groupe devait imaginer des actions de sensibilisation en mêlant démarche scientifique, sensibilisation et action. Pour cela, ils ont ciblé des élèves de cycles 3 et 4. Le groupe est parti sur 3 dispositifs pour « passer de la recherche à la médiation ». De ces 3 dispositifs, ils en ont extrait une version finale de la médiation envisagée.

Les objectifs de ces dispositifs étaient les suivants : 

  • Faire sortir la connaissance ;
  • Identifier les liens entre la recherche et l’utilisation (avec la notion d’acceptation).

Les propositions identifiaient 3 grandes idées : 

  • Les besoins sociétaux pour la transition énergétique ;
  • La transformation du mouvement en énergie ;
  • Les connaissances pour traiter un problème du quotidien.

Les participants ont proposé 3 types de médiation pour animer ces idées : 

  • Un jeu de rôle sous forme de conseil d’école dont la problématique serait la suivante : doit-on passer l’éclairage de l’école en bioluminescence ? L’exercice permettrait d’aborder les pour et les contres, la présentation technique et les avancés sur le sujet.
  • Un brainstorming où les participants pourront imaginer plusieurs dispositifs qui produisent de l’énergie avec du mouvement pour les associer dans le but d’arriver à éclairer une lampe.
  • Une mise en situation à l’échelle d’un quartier pour faire réfléchir à la gestion de l’éclairage public. Le groupe serait amené à réfléchir à tout ce qui rentre en compte, puis de répartir les rôles des structures qui doivent travailler en collaboration.

De ces 3 propositions le groupe en a ressorti les idées qui leur plaisaient le plus pour élaborer une proposition finale.

Dispositif de médiation : 

La médiation serait un jeu de rôle sous forme de conseil dont la problématique serait la suivante : doit-on passer l’éclairage de l’école en bioluminescence ? 

Dans un format interactif et collaboratif, l’idée est de parler de l’interdépendance des parties prenantes de la recherche. 

Le but de cet atelier serait de se questionner sur comment la recherche peut explorer les champs des possibles et du raisonnable. L’exercice permettrait d’aborder les pour et les contres, la présentation technique et les avancés sur le sujet.

ATELIER 2 : Comment présenter les métiers de demain indispensables à la transition énergétique ?

Atelier co-animé par Annabel Foucault et Lillian  Stanton de Carrefour des Sciences et des Arts, Rachel Kerlir du défi clé Genhyo / Université de Toulouse.

Le groupe avait pour objectif de réfléchir à un outil ou une activité pour présenter les métiers de demain liés à la transition énergétique. Le dispositif s’adresserait à des collégiens, de la 6ème à la 3ème . Le groupe a intitulé ce parcours « Métiers du futur liés à la transition énergétique ».

Pour mieux se connaître et entrer dans le vif du sujet, le groupe s’est prêté à un jeu de questions. Le participant devait se  déplacer en face de l’affichette qui lui correspondait le mieux parmi celles disposées sur les murs de la salle :

Comment avez-vous découvert l'existence de votre métier ? 

  • En classe ou en temps périscolaire 
  • Par une rencontre au hasard 
  • Par la famille 

Il n’a pas fallu  longtemps pour se rendre compte que personne ne savait de façon précise quel(s) métier(s) il voulait exercer lorsqu’il était au lycée et encore moins au collège !

Pour déterminer quels étaient les points clés à ne pas oublier dans cet outil, les participants ont également fait un tour de table en répondant aux questions suivantes : 

  • Qu'est-ce qui vous plaît dans votre métier ? 
  • Quel était votre métier de rêve quand vous étiez enfant ? 
  • Avez-vous fait une rencontre clé qui vous a fait choisir (ou éviter) un métier ?

Les participants ont identifié qu’en dehors du salaire, d’autres paramètres entrent en compte dans l’appréciation que l’on se fait d’un métier. Pour cela il est important de rencontrer des professionnels pour en discuter. 

Les objectifs du parcours « Métiers du futur liés à la transition énergétique » sont  : 

  • Accompagner les enseignants par un outil clé en mains, qui s’adresse aux élèves de collèges, pour présenter les métiers du futur dans le champ de la transition énergétique.
  • Aider les élèves à comprendre quelle est la place et le rôle d’un métier précis dans un projet très concret (donner du sens), et remettre en perspective le métier dans la société.

Les partenaires envisagés : Rectorat, Campus des Métiers et des qualifications, principaux, responsable du CDI, enseignants, Onisep, Carif Oref.

Le groupe a proposé de faire vivre aux élèves une journée sur la thématique des métiers du futur liés à la transition énergétique. Cette journée pourrait être proposée chaque année aux élèves, idéalement avec une évolution des métiers découverts année après année au cours de la scolarité.

Elle comprendrait 3 temps forts : 

1. La présentation d’une vidéo documentaire issue des portails existants : banques de vidéos grand public de France Hydrogène (métiers), Onisep, Région Occitanie et Arte. Cette vidéo doit être représentative et présenter très concrètement le métier et les gestes du professionnel (pas seulement une personne qui parle face caméra). L’idée est de présenter des métiers (des secteurs) moins connus, plus difficiles à imaginer, pour ouvrir les perspectives des élèves.

2. Une activité pour faciliter l’implication des participants, à choisir parmi : 

  • Réalité virtuelle, avec une formation des responsables de CDI à l’outil de réalité virtuelle et différents chapitres (visite de site, manipulation, découverte d’un poste de travail) ;
  • Animation « Boîte à métiers » (Instant Science) ;
  • Animation « Fresque des métiers » avec tous les outils pour se former ;
  • Ateliers de créativité « outils du futur, ton métier du futur » ;
  • Cartes « à la découverte des métiers » avec l’Onisep…

3. Des rencontres avec des intervenants pour « humaniser » les métiers évoqués et créer du lien. 

L’objectif est de faire se rencontrer des élèves et des professionnels, personnes passionnées, formées à l’exercice de la vulgarisation, qui utilisent un langage simple, qui peuvent donner du sens à la découverte des métiers. Ces rencontres, sous forme de conférences dans l’établissement, peuvent être suivies de concrétisation pour les élèves intéressés : Cordées de la réussite, mentorat…

Pour alimenter ces 3 points forts voici ce que le groupe a proposé : 

  • Aborder les sujets des transports du futur, de l’énergie du futur, de l’industrie du futur, du logement du futur, de la ville du futur, des robots (la relation homme-machine) et de l’évolution des métiers avec les machines ;
  • Mettre l’accent sur l’accès des filles aux métiers ;
  • Parler de la notion d’entreprise et de travail collaboratif. Un métier s’inscrit dans une équipe, avec d’autres métiers complémentaires. ;
  • Expliciter les métiers de la production : « je fais, j’agis » ;
  • Informer davantage sur l’alternance ;
  • Élargir la réflexion des élèves au-delà du seul critère de salaire, mais aussi au sens que l’on donne au métier 

ATELIER 3 : Comment vivre un débat sur le thème de la transition énergétique ?

Atelier animé par John Bandelier de chez Kimiyo.

L’objectif qui guidait ce groupe était d’imaginer une nouvelle forme de débat autour de la transition énergétique. Le groupe est parti sur l’idée d’un jeu de rôle et des débats à destination du grand public.

Ces ateliers ont pour but : 

  • Échanger des connaissances ;
  • Éclairer une problématique ;
  • Faire émerger des nouveaux enjeux et/ou controverses ;
  • Développer des connaissances ;
  • Favoriser l’implication pour que chacun puisse s’exprimer ;
  • Permettre à chacun d’entendre le point de vue des autres.

Après une discussion sur les objectifs d’un débat, le groupe a souhaité séparer les objectifs des outils pour le faciliter.

Ils ont ainsi identifié une liste d’outils nécessaire (liste non exhaustive) : 

  • Animateur ;
  • Organiser le temps de parole ;
  • Permettre à toutes les opinions de s’exprimer ;
  • Animer la réflexion ;
  • Apporter des connaissances ;
  • Identifier les affects

Le groupe a proposé une médiation d’environ 1h30 avec l’intervention d’un expert autour des transitions énergétiques. Pour permettre au public de se projeter dans d’autres argumentaires, ils ont envisagé un jeu de rôle.

Il a été identifié quelques sujets possibles faisant polémique :

  • Peut-on se passer du nucléaire en France ?
  • Le reste du monde doit-il nourrir notre soif d’énergie ?
  • Quel prix pour l’énergie ?
  • De quelle source d’énergie peut-on se passer ?
  • Prêt·es pour l’énergie en circuit court ?
  • Les voitures électriques pour tout le monde ?
  • Faut-il arrêter l’énergie nucléaire ?
  • L’IA une opportunité pour la transition énergétique ?
  • Quelle source d’énergie choisir pour la transition énergétique ?
  • L’avion à hydrogène, un avion vert ?

Après l’annonce du thème, un rôle sera attribué à une personne ou à un groupe de personnes.

Des questions se sont posées quant à l’annonce du rôle. Faut-il le faire de façon cachée ou visible ? L’intérêt de cacher les rôles est de rendre l’expérience plus immersive et ludique, mais les participants peuvent plus facilement sortir du jeu. Le parti-pris de laisser les rôles visibles apporte plus de facilité à animer, et rend l’outil plus accessible envers un large public. Cela permet aussi aux participants de davantage se concentrer sur les arguments.

Le groupe a identifié une liste de rôles possibles pour aider les participants à préparer leurs arguments : 

  • Élu ;
  • Riverain ;
  • Scientifique ;
  • Syndiqué ;
  • Agriculteur pêcheur·euse contrariée par l’éolien ;
  • Éco-terroriste ;
  • Polémiste ;
  • Expert autoproclamé ;
  • Réfugié climatique ;
  • Néo rural ;
  • Militant ;
  • Retraité désabusé ;
  • Complotiste ;
  • Étudiant éco-anxieu ;
  • Victime d’une maladie liée à l’énergie.

Pour conclure le jeu, l’animateur accordera un temps de paroles aux participants pour leur permettre à chacun de s’exprimer.

Ressource supplémentaire : Le débat (réglé ou argumenté)

ATELIER 4 : Comment animer une visite de site expérimental ?

Atelier co-animé par Laure Jacquet du défi clé PV-STAR, Javier Escudero du défi clé RhyO, Annabelle Arena et Audrey Bardon d’Instant Science. 

Le groupe avait pour objectif d’imaginer une visite d’un site de recherche orienté sur les énergies. 

Afin de partir de cas concrets, les participants ont pris comme lieu de référence un bâtiment fictif réunissant à la fois le laboratoire PROMES-CNRS basé au Four solaire d’Odeillo (66) associé au défi clé PV-STAR et ceux du Centre RAPSODEE, à l’IMT Mines Albi, impliqués dans le défi clé RhyO. Le but : imaginer une expérience de visite de ces laboratoires. 

Le groupe a débuté par une phase “d’inspiration” visant à se partager des idées de visite vues ou vécues. Plusieurs sources d’inspiration ont été évoquées : 

  • Les visites artistiques : visites contées, visites théâtrales, expositions arts-sciences…
  • Les visites faisant appel à divers sens (ou les mettant à mal) : visites dans le noir à la lampe torche, visites où il faut toucher (il n’y a rien de pire que des visites où il est interdit de toucher a précisé un participant), visites permettant de voir “l’invisible” avec par exemple des maquettes révélant les parties cachées d’instruments scientifiques...
  • Les visites ludiques : avec du jeu, des petites expériences à réaliser…

Tableau des inspirations de visites (laboratoires, musées, balades…) proposant des expériences différentes - Réalisé sur Padlet

Ils ont défini leur public cible, leur médiation s’adressera à des adultes non experts. 

Il a alors réfléchi aux “points d’accroche” permettant de le capter ses besoins primaires, ses centres d’intérêt, ses attentes :

  • La curiosité, le besoin de compréhension et d’apprentissage, l’envie de profiter d’une visite culturelle, mais en restant sur des visite courtes de vulgarisation ;
  • Le besoin de détente, de confort, et de sécurité (en étant vigilant sur le sentiment de sécurité face aux machines et à l’environnement des laboratoires) ;
  • L’accessibilité : accès du lieu, gratuité… ;
  • La recherche d’émerveillement, de divertissement, de découvrir un lieu beau/ étonnant ; 
  • La nourriture ; 
  • La recherche de sociabilité, d’interactions… et même d’amour !

Pour définir les objectifs de ses visites il a fallu réfléchir aux questions suivantes : 

  • Si je devais résumer ma visite en une grande question, quelle serait-elle ?
  • Si les participants ne devaient retenir qu'un message clé, quel serait-il ?
  • Quel est l’impact visé par cette visite : donner envie d’en savoir plus encore, de s’orienter vers un métier, de changer ses habitudes… ?
  • Quelles sont les connaissances clés à apporter ?
  • Comment les illustrer avec des exemples concrets pour le public, touchant à leur quotidien ?
  • Quelles actions attend-t-on des participants durant la visite (contempler, jouer, débattre, incarner, pratiquer…) ?

Le groupe s’est accordé sur deux fils conducteurs complémentaires : 

  • “Est-ce que c’est vrai ?” : il s’agit de proposer une visite venant déconstruire les idées reçues sur la recherche et l’énergie. Cette visite débuterait par une introduction sur la notion d’énergie, en déconstruisant les idées reçues sur celle-ci, et se poursuivrait sur le travail des scientifiques et l'importance qu'il a sur la vie quotidienne des citoyens. La recherche permet d'innover, de faire évoluer les sociétés et permet d'améliorer nos conditions de vie.
  • “Passé - Présent - Futur” : La visite débuterait par l’histoire de l’énergie, se poursuivrait sur les équipements de recherche actuels et ce qu’ils permettent, avec des échanges sur les alternatives et solutions en matière d’usage des énergies, et se conclurait sur les questions “Quelles découvertes seraient révolutionnaires ? Quelles énergies pour l’avenir ?”. En appuyant bien sur l’importance du mix énergétique et, la nécessité de baisser notre consommation. 

Le groupe a enfin brainstormé pour imaginer des formats originaux et mémorables à partir des éléments réfléchis précédemment : 

  • Visite “Retour vers le futur”. Les participants seraient accueillis par des comédiens (voire même des hologrammes) , incarnant des scientifiques venus du passé. En enquêtant, aidés de médiateurs et scientifiques, les participants devraient expliquer aux “scientifiques voyageurs du temps” comment fonctionnent nos technologies actuelles. Dans une première phase de la visite, les participants auraient pour mission d’expliquer le présent, sans risque de changer le cours de l’Histoire. Puis dans la seconde phase, ils imagineraient avec les scientifiques et faux scientifiques une nouvelle Histoire, changeant notre consommation énergétique actuelle. 
  • Visite “Mariés au premier labo”. Cette visite aurait pour but de faire venir un public non amateur de sciences, qui se déplacerait plus volontiers pour assister à une rencontre de célibataires. Les visiteurs participeraient à une speed dating à la fois avec d’autres célibataires, mais surtout avec des scientifiques afin de découvrir leurs travaux de recherche. Pour attirer de manière amusante les participants, les profils des scientifiques pourraient être créés sur une application de rencontres comme Tinder. 

D’autres idées tout aussi amusantes et pertinentes ont été soumises : 

  • Une visite escape game avec plusieurs scénarios possibles : s’échapper du laboratoire, incarner Sherlock Holmes dans le monde des énergies renouvelables, trouver pourquoi une expérience a mal tourné, ou encore trouver “le trésor solaire”. 
  • Une visite la nuit, avec une lampe torche : des fantômes guideraient les visiteurs dans le laboratoire, à la recherche d’un objet perdu. 
  • Une visite avec un “débat mouvant” : selon les échanges avec les scientifiques et le point de vue des participants, ces derniers devraient se positionner dans le laboratoire pour répondre à une question sur une idée reçue. 
  • Des collections à découvrir. Un cabinet de curiosités dans un laboratoire, avec des informations affichées via réalité virtuelle, et où il faudrait classer les objets par ordre de préférence. Ou encore des maquettes inspirées de celles de C’est pas sorcier ou de Lego. 
  • Un quiz “Mix & Match” : deviner les fonctions des objets et instruments du laboratoire. Certaines propositions seraient volontairement absurdes et permettraient de nous confronter aux idées reçues. Ou une visite débutant par un quiz du “bon chercheur en transition” permettant d’évaluer les idées reçues, et se concluant par un quiz similaire, afin d’évaluer si la visite a permis de faire évoluer le public. 
  • Un rallye entre laboratoires de recherche. Le but : retrouver et collectionner un ensemble de cartes “Idées reçues”, avec un trophée à la clé pour les plus rapides. Dans chaque laboratoire, une épreuve inspirée de celles du jeu télévisé Koh-Lanta serait proposée. 
  • Inviter le célèbre aventurier Mike Horn pour une visite-conférence sur “Comment l’énergie solaire a changé ma vie ?”. Cette visite serait couplée à un atelier-jeu “Survivalistes du futur” : les participants seraient coincés dans le laboratoire, bloqués par un environnement extérieur postapocalyptique, et devraient tout réinventer avec les scientifiques. 
  • Une exposition “street labo art” à visiter : des graffeurs viendraient taguer les murs, sols, instruments… pour représenter des idées reçues sur l’énergie. 
  • Le “concerto du labo” : les scientifiques donneraient des explications, qui seraient ensuite réinterprétées par des musiciens en improvisation. Une session rap pourrait être organisée pour les amateurs. 
  • Une visite avec une troupe d’improvisation théâtrale, qui se cacherait dans le public. Un acteur pourrait jouer une personne âgée, râlant que toutes ces technologies ne sont pas nouvelles, que ça a été fait il y a déjà 40 ans… et amener ainsi un échange avec les scientifiques et le public. 

ATELIER 5 : Comment aborder les notions périphériques aux questions d'énergie ?

Atelier animé par Hannah Daum et Théodore Assie de chez Kimiyo.

Dans cet atelier le groupe devait identifier les notions importantes qu’impliquent notre besoin d’énergie et son stockage, et d’initier une démarche pour les aborder.

Pour cela, ils ont proposé un “jeu de piste” adressé au grand public.

Les objectifs de ces ateliers seraient : 

  • Découvrir la notion de l’énergie ;
  • Comprendre les choix et les besoins liés à l’énergie ;
  • Analyser les ressources utilisées dans le cycle de vie de l’énergie ;
  • Développer l’esprit critique (fil rouge de l’animation).

Le groupe voulait amener les participants à s’interroger sur les notions relatives à l’énergie, à son utilisation, aux ressources utilisées pour la fabriquer, à son transport, à la manière de la consommer et à sa gestion. Mais aussi parler du mix énergétique.

Le groupe a proposé aux participants de vivre une série d’épreuves ludiques à l’image de l’émission télévisée Koh-Lanta. Chacune des épreuves sera matérialisées par un stand et les participants circuleront d’une activité à l’autre afin de vivre les différentes épreuves.

Plusieurs épreuves ont été imaginées : 

  • Des expériences simples pour comprendre ce qu’est l’énergie, le mix énergétique, la production de l’énergie, etc. ;
  • Une BD interactive dans un format exposition, à remplir par les participants ;
  • Un jeu de gestion de ressources avec des vases communicants remplis de sable ou d’eau pour imaginer le partage des ressources liées à l’énergie, notamment dans la production d’énergies renouvelables ;
  • Des casse-têtes ;
  • Des vidéos impliquant des acteurs de l’énergie, chercheurs, producteurs, afin de comprendre la production, la transformation et l’utilité de l’énergie et des ressources ;
  • Et bien d’autres épreuves peuvent être imaginées…

Au fil des épreuves, les participants pourraient gagner des choses, des pièces de puzzle par exemple, pour résoudre à la fin une dernière énigme qui donnerait sens à toutes les épreuves.

La médiation pourrait être filmée afin de mettre en valeur l’activité sous forme d’un teaser ou d’un film court. Ces vidéos seraient diffusées sur les réseaux pour donner envie à d'autres de participer.

Pour terminer la journée, chaque groupe est venu présenter leurs réflexions au reste des participants. Cela a permis de faire un tour d’horizon des idées et des projets réfléchis pendant l’après-midi.

Une journée se concluant sur la volonté se rencontrer

Montée en partenariat avec des acteurs stratégiques comme les Défis clés RHyO et PV-STAR, le projet Genhyo et Toulouse INP-ENSIACET, cette rencontre renforce le dialogue sciences et société.

Les Workshops sont des moments essentiels pour que les acteurs de la culture scientifique se rencontrent. Ce format offre l'opportunité de réfléchir collectivement à leurs pratiques, leurs actions et leurs futurs projets, tout en favorisant des échanges informels et conviviaux. Ce fut notamment le cas lors du déjeuner où les participants se sont réunis autour d'un buffet et de jeux disposés dans la salle de la cafétéria. Révélant l'esprit de compétition de certains joueurs !

Ce workshop a permis aussi aux participants de découvrir de nombreux projets du territoire en lien avec le thème de la transition énergétique en échangeant avec des acteurs variés. En effet, les Workshops du réseau Science(s) en Occitanie réunissent des chercheurs, des médiateurs, des étudiants, des entrepreneurs, ou encore, des industriels. Des acteurs qui n'ont parfois pas l'occasion de se croiser dans un contexte à la fois professionnel et convivial que propose ce format d'événement.