Comment travailler avec les vulgarisateurs du web ? Retour sur le 2ème MIAMS, rendez-vous du réseau Science(s) en Occitanie

Publié par Ariane Rudelle, le 27 septembre 2021   120

Xl miams2 live

Les MIAMS, Midis Inter Acteurs-Actrices de la Médiation Scientifique, sont les rendez-vous en ligne du réseau Science(s) en Occitanie. Le principe : échanger, partager, le temps d'une pause déjeuner et en toute convivialité, des expériences, bonnes pratiques et nouvelles idées pour renouveler ses actions de culture scientifique. Nous revenons dans cet article sur la 2ème édition du MIAMS dont le thème était : « Comment travailler avec les vulgarisateurs du web ? ».

Nous avons accueilli pour l’occasion 4 intervenants :

·         Tania Louis, médiatrice scientifique et conceptrice de contenus pédagogiques indépendante. Elle réalise des vidéos, vulgarise principalement sur Twitter et accompagne des chercheurs et des professionnels de la CSTI souhaitant produire des contenus destinés au web.

·         Thomas Saquet et Florent Poinsaut de la chaîne YouTube Qu'est-ce que tu GEEKes ? , qui ont participé au projet Les Connecteurs avec le Quai des Savoirs, ainsi qu'à des évènements grand public.  

·         Eléa de Robert de l'association Gulliver à l'origine, avec Play Azur, du projet des Vidéos EchoScientifiques faisant collaborer des vidéastes et des scientifiques.

 

1-  DES EXEMPLES VARIÉS DE COLLABORATIONS

Afin d’illustrer la rencontre virtuelle, plusieurs exemples de collaborations ont été évoqués, avec des formats différents dans la collaboration. N’hésitez pas à explorer via les liens pour en savoir plus .

-          L’anniversaire de Papi en temps de pandémie : un jeu incluant des supports très variés (vidéos, infographies, textes…). Tania Louis a été associée très en amont de ce projet, pour une réelle co-conception avec Genopolys ce qui permet une cohérence totale entre les attendus et les livrables. Sur d’autres projets, elle intervient en tant que prestataire.

-          Fiches pédagogiques en cours de conception dans le cadre du projet DIScERNE,  (Décrypter les Informations Scientifiques : Education par la Recherche aux Notions d’Esprit critique), qui est porté par le Cercle FSER.

-         Les Vidéos EchoScientifiques :  chaque vidéo est issue d'une co-écriture entre un vidéaste vulgarisateur (YouTubeur) et une équipe de recherche de la région PACA. Pour chaque saison, l’équipe d’Echosciences lance un appel à des YouTubeurs pour réaliser des vidéos à diffuser ensuite sur leur chaîne respective. Les vidéos sont ensuite relayées sur la chaîne YouTube d’Echosciences.

-          Les Connecteurs, un projet coordonné par l’AMCSTI et soutenu par la fondation Groupe EDF. Dans ce cadre, l’AMCSTI a lancé un appel à projet au niveau national puis les institutions locales (musées, CCSTI, associations,…)  ont lancé leurs propres appels à projets à des vidéastes. D’un point de vue des institutions CCSTI, ce format d’appel à projets permet de trouver des vidéastes pertinents pour un format donné, d’un point de vue des vulgarisateurs, cette mise en concurrence est difficile à appréhender, notamment au regard du temps passé à répondre à l’AAP et des budgets alloués.

o   Retrouvez Les Connecteurs version Quai des Savoirs ici ; 

o   Retrouvez  Les Connecteurs version Gulliver ici . 

2-  TRAVAILLER AVEC DES VULGARISATEURS DU WEB : POURQUOI, COMMENT ? 

Travailler en partenariat avec un vulgarisateur du web s’avère très enrichissant.  Coté institution/structure de CSTI, une collaboration permet de toucher des publics plus jeunes, renouveler sa programmation, se déployer en ligne, bénéficier de nouvelles compétences… Côté « vulgarisateur » : accéder à des scientifiques (et réduire le travail biblio), à du matériel parfois plus performant, à des lieux, à des financements, mais également toucher de nouveaux publics.

Au fil des échanges, nous pourrions résumer les 2 types de partenariat comme suit :

Le chemin 1 est de fait celui le plus répandu : en effet, les structures de CSTI n’ont pas forcément en tête un vulgarisateur en particulier dans l’optique d’un projet défini. Ce format leur permet potentiellement de faire émerger de nouveaux créateurs (n’est-ce pas aussi leur rôle ?), de composer avec un budget pré-établi généralement contraint, ainsi que d’avoir travaillé en interne en amont sur un projet. Côté vulgarisateur, la mise en concurrence peut s’avérer délicate, le travail de réponse à l’Appel à Projet conséquent et pour le sélectionné, le format est alors en partie imposé.

Le chemin 2 présuppose que la structure de CSTI connaît déjà un vulgarisateur compétent (l’équipe du Café des Sciences peut être mise à contribution sur le sujet). Le projet, voire le budget sont alors co-construits. Cette configuration favorise les vulgarisateurs « confirmés » mais permet une cohérence totale entre les objectifs et les livrables.

Dans tous les cas, un maître mot : LA CONFIANCE en la création du vulgarisateur !

3-      LES CONSEILS POUR SE LANCER DANS UNE COLLABORATION FRUCTUEUSE

Vous êtes une structure de médiation et vous envisagez une collaboration avec des pros du web ? Retrouvez ci-dessous les conseils des intervenant.e.s :

-          Ne pas se focaliser sur la création de vidéos. Les vulgarisateurs du web sont compétents dans bien des domaines : infographies, podcasts, conception pédagogique, community management, animation de conférences, formations, ... ;

-          Prévoir un budget adapté à la création du contenu attendu, ainsi qu’un temps de travail suffisant pour arriver au résultat espéré. Ne pas minimiser ce point : une vidéo, c’est 1 000 € minimum, et le coût dépend notamment de la durée, du format, de la complexité, de la cession des droits (à ne pas négliger) ;

-          Ne pas partir avec d’idées préconçues, oser laisser libre cours à la créativité en tant que structure/institution, faire confiance ;

-          Pensez à contacter le Café des Sciences si vous ne savez pas vers quel interlocuteur.trice vous tourner. Aucun annuaire des vulgarisateurs du web n’existe à ce jour, ne pas hésiter à se tenir au courant des envies et idées pouvant mener à des collaborations ;

-          Pourquoi pas construire des collaborations avec plusieurs vulgarisateurs ? Le contenu n’en sera que plus riche et le public touché d’autant plus important ;

 Encore merci à nos 4 intervenants et aux participants de ce MIAMS #2 pour les riches échanges sur le sujet.

Retrouvez notre article sur la première édition du MIAMS le 28 mai dernier avec sur le sujet des jeux d’énigmes en ligne