Communauté

Mondes Sociaux

Y a-t-il trop de médias ?

Publié par Mondes Sociaux, le 19 avril 2022   320

Vidéo Avides de recherche par Tania Louis

Presse écrite, télé, radio, internet : de nombreuses sources d’informations sont aujourd’hui accessibles. Mais cette multiplication des acteurs améliore-t-elle vraiment  la qualité des contenus?

Julia Cagé, économiste, s’est penchée sur cette question dans un article publié en 2020 dans le Journal of Economics.

Afin d’analyser les conséquences de l’arrivée d’un nouvel acteur médiatique dans un marché donné, Julia Cagé s’est intéressée à la presse quotidienne régionale, dont le poids représente 30% des revenus de l’ensemble des médias imprimés en France. Ainsi, le nombre de ventes par département ou de journalistes sont des données analysées pour plus de 280 journaux à l’échelle départementale entre 1944 et 2014.

Globalement, l’apparition d’un nouveau quotidien semble améliorer le nombre des ventes de journaux dans le département concerné. Cette hausse cache néanmoins une diminution des ventes des journaux préexistants. Ce qui occasionne une perte financière et conduit à une réduction des moyens.

En effet, si le nombre de journaux augmente, le nombre de journalistes reste lui identique, à l’échelle du département, ce qui amène à diminuer le nombre d’articles publiés dans chaque journal. Ce phénomène de compétition conduisant à des pertes de qualité a également pu être observé dans d’autres types de médias.

Finalement, Julia Cagé montre que cette compétition dépend d’un paramètre principal : l’hétérogénéité du lectorat. Lorsque le public est hétérogène, les journaux présents sur un même marché se différencient en proposant des contenus de qualités et de prix différents. En revanche, si le public est suffisamment homogène, les journaux entrent en compétition directe, ce qui les conduit à essayer de réduire leurs prix pour augmenter leurs ventes, au détriment des contenus proposés aux lecteurs.