Retour sur le 1er apéro des Brasseurs de sciences : Science et humour

Publié par Sarah Debaud, le 27 septembre 2017   4k

Xl 22016655 10212813387982374 828387804 n

Mardi 19 septembre, nous sommes une trentaine de curieux réunis au Bièrographe. Notre point commun : partager la science au plus grand nombre, et pour l'occasion, échanger ensemble sur nos méthodes. Petit retour sur cette belle soirée sous le signe de l'humour.


La soirée débute par un petit sondage dans la salle, histoire de détendre l'atmosphère.



Puis nous voici partis pour une heure d'échange sur le thème "science & humour", avec trois intervenants aussi passionnants que survoltés. Voici une petite synthèse des échanges.

Damien Jayat

Ancien chercheur, il est aujourd’hui comédien et médiateur scientifique. L'un de ses passe-temps : associer théâtre et sciences dans des comédies. Et parmi ses projets en cours : un projet de blog dédié à la vulgarisation en Sciences Humaines et Sociales, “Comme une quille dans un jeu de chiens”, ainsi qu'un nouveau spectacle, “9 mois plus tôt”, qui interroge sur pourquoi (ou pourquoi pas) on fait des enfants.

La différence entre un orateur et un passionné, c'est que, en poussant la caricature à l'extrême, le passionné est à fond mais le public s'ennuie, alors que même si l'orateur s'ennuie il arrive à faire en sorte que le public soit à fond."

Les enfants ne rigolent pas aux mêmes choses que les adultes. Mais si le spectacle fonctionne sur des enfants, c'est qu'il va fonctionner car il passionne.

A chaque fois que j’ai une idée de blague, je me pose cette question : est-ce que l'humour nourrit mon message ? Si non, je l’oublie.

"Mon spectacle a commencé à bien marcher lorsqu'une boîte de prod l'a pris en main. Pour ça, j'ai juste tapé “boîte de prod Toulouse” dans Google."


Adrien Guérard

Adrien s'est d'abord initié à la médiation scientifique pour valider son doctorat. Puis il s'est aventuré dans les concours de vulgarisation scientifique : Ma thèse en 180 secondes (MT180) et Famelab. Entrainé par un comédien qui les formait sur le concours, il s'est lancé avec lui dans le création du BrightClub, un comédie club scientifique, pour aller plus loin que le format restreint de MT180. Chacun de ses membres présente ses sketchs aux autres qui se conseillent entre eux. Aujourd'hui, le Bright Club, c'est 6 doctorants, 1 comédien (Matthieu Pouget), des formations proposées aux doctorants, et de nombreux stand ups lors d'évènements : Nuit européennes des chercheurs, Pint of Science, Fête de la science…

Ma mission, c'est de parler de la vraie science pour lutter contre ses attaques actuelles.

L'humour, c'est UNE des manières d'apporter l'émotion nécessaire à la médiation scientifique.”  

J'aime beaucoup cette phrase de Desproges : on peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui. Ou je dirais plutôt, on peut rire de tout, mais pas de la même façon avec chacun.


Marine Gasc

Marine nous partage son parcours semé d'embûches. Elle a d'abord cherché à s’engager dans une thèse d’Histoire du droit… sans succès. Après plusieurs péripéties, elle décide d’ouvrir un blog sur les conseils de ses amis qui ne supportent plus ses Histoires à rallonge.

Elle créée son blog “Raconte-moi l’Histoire Vulgarisée et souvent vulgaire”. Aujourd'hui, elle recueille 1000 à 2000 visites par jour, publie 2 articles par semaine et réussit à se faire financer grâce aux dons de ses lecteurs via la plateforme tipee (1000 euros par mois environ). Des illustrateurs volontaires participent régulièrement à son blog, avec un style libre, "plus ou moins vulgaire".


Je veux montrer que l’Histoire, c’est pas chiant !"

"Sur certains sujets, comme les guerres mondiales par exemple, j'ai tendance à me censurer. Je n'ose pas trop utiliser l'humour. Par contre, je vais utiliser un vocabulaire familier pour rester proche de mes lecteurs."

"J'ai déjà été censurée 3 fois sur Facebook !"


Et voici quelques conseils glanés :

  • Ne faites surtout pas d’humour si cela ne fait pas partie de votre personnalité.

  • Ne pas perdre l’objectif de vue : transmettre un message.

  • Si vous vous sentez pas de faire rire… ne le faites pas !

  • Vous pouvez créer votre propre personnage ou rester comme vous êtes.

  • Utilisez un vocabulaire léger. Par exemple "meuf" pour dire "femme"... mais conservez les termes importants.

  • Stripscience est un portail réunissant les blogs BD à tendance scientifique et comporte des illustrateurs.rices de BD et blogueur.se.s scientifiques. Pratique pour trouver un illustrateur BD !

  • L’humour ne doit pas dénaturer le propos scientifique.

  • Conservez une forme d’autocensure si vous êtes soumis à un contrat.

  • Au contraire, vous pouvez provoquer le buzz pour vous faire connaître, tout en sachant que cela risque aussi de générer une controverse détournée du propos scientifique.

  • Faire réfléchir, émouvoir et se questionner. C'est l'essentiel.

  • Quel sujet choisir ? Ce qui, à vos yeux, vaut la peine d’être débattu : les thèmes du quotidien, ce en quoi vous êtes expert…

Enfin, la soirée s'est conclue sur la présentation de projets de médiation/communication scientifique en cours.

Curieuses visites curieuses”  

Fabrice, un comédien, nous a présenté ce format original : il orchestre des visites de lieux scientifiques en duo avec un scientifique. Durant le parcours, il invente une histoire farfelue sur le lieu, tandis que le scientifique rétablit la vérité.


La chaîne des métazoaires

Guillaume Milleret, étudiant en L3 bio apprenti zététique et médiateur au Muséum d’Histoire Naturelle de Toulouse, lance sa première chaîne youtube sur la phylogénie pleine de passion et d’humour.


"Mais qu'est-ce qu'on fout là ? Bordel de merde."

Alban est musicien avec un bagage en étude de physique fondamentale et une longue expérience chez les Ptits Débrouillards.
Aujourd’hui intermittent du spectacle, il organise des clownférences avec son association Cosmo’Note.


Rendez-vous au prochain le 16 octobre 2017, à 19h à L'Estaminot.



Auteur.e.s : Nicolas Berton et Sarah Debaud

Illustrations : Sarah Debaud