Communauté

EXPLOREUR - L'agenda

Urbanisation accrue et risque d'épidémie : étude du virus du Nil occidental à Mérida au Mexique

Publié par IRD Occitanie, le 16 avril 2024   160

L'UMR INTERTRYP et ses partenaires ont évalué le risque d'épidémies du virus du Nil occidental à Mérida, Mexique. Leur étude met en avant les défis de l'urbanisation croissante, soulignant les changements dans la communauté des oiseaux hôtes. Publiés dans PLOS Neglected Tropical Diseases, ces résultats offrent des perspectives cruciales pour comprendre et atténuer les risques émergents, notamment liés à l'évolution urbaine.

« L’urbanisation favorise l’émergence de nouveaux agents pathogènes et augmente le fardeau des maladies infectieuses qui affligent déjà les populations humaines. »

Selon l'ONU, 66% de la population mondiale vivra dans les zones urbaines en 2050

Les défis de l'urbanisation sont au cœur d'une récente étude portant sur la propagation du virus du Nil occidental (VNO). Sa transmission à l'homme devrait être facilitée dans les environnements urbains car les moustiques transmettant le virus y sont favorisés. D'ici 2050, plus des deux tiers de la population mondiale résidera en zone urbaine, accentuant la nécessité de contrôler la transmission des maladies infectieuses dans ces environnements en pleine croissance. Menée à Mérida, ville en pleine expansion au Mexique, cette étude s’est intéressée aux impacts des changements dans la communauté des oiseaux hôtes du virus sur le risque d’épidémie chez l’Homme. Dans un  scénario où l’urbanisation entraînerait l’augmentation de l’abondance de Quiscalus mexicanus, espèce d'oiseau particulièrement bien adaptée aux environnements urbains, le risque d’épidémie augmenterait par exemple de 40 %. Dans ce scénario, l'étude souligne le besoin de la mise en place urgente d'une surveillance épidémiologique et de mesures préventives ciblant à la fois le moustique Culex quinquefasciatus et l’oiseau pour freiner les épidémies potentielles de VNO à Mérida. Selon l'augmentation de l'abondance de l'espèce Quiscalus mexicanus, une réduction de 13 % à 56 % de la population de moustiques est nécessaire.

Publication : Flores-Ferrer A, Suzán G, Waleckx E, Gourbière S. 2023. Assessing the risk of West Nile Virus seasonal outbreaks and its vector control in an urbanizing bird community: An integrative R0-modelling study in the city of Merida, Mexico. PLoS Negl Trop Dishttps://doi.org/10.1371/journal.pntd.0011340 

Contact communication : Adeline Guillet, Julie Sansoulet COMMUNICATION.OCCITANIE@IRD.FR 

Source : https://www.ird.fr/urbanisatio...