Communauté

EXPLOREUR - L'agenda

Formation Changement climatique, enjeux et perspectives - Édition 2024

Publié par IRD Occitanie, le 29 janvier 2024   420

Le 17 janvier 2024, une nouvelle session de la formation Changement climatique, enjeux et perspectives de l'académie de Montpellier est accueillie à l'IRD à Montpellier. Parmi les intervenants, Jean Albergel de l'UMR LISAH, Valéria Hernández de l'UMR CESSMA, Anne Coudrain et Yves Tramblay de l'UMR Espace-Dev. Un rendez-vous annuel avec les enseignants pour actualiser leurs connaissances sur les enjeux du changement climatique et les avancées de la recherche.

Un mois après la 28e Conférence des Parties sur le Climat de l'ONU (COP 28) à laquelle l'IRD a participé sur les thèmes « santé des sols », « crédit carbone bleu » et « extraction minière », les enjeux et perspectives du changement climatique rassemblent de nouveau des enseignants et des scientifiques à Montpellier. Une rencontre annuelle riche en échanges réciproques. Cette action répond à la cible Éducation et capacité d'action de l'ODD 13.

L'équipe d'enseignants formateurs

© IRD - Muriel Tapiau

Changement climatique, se former pour transmettre aux élèves

Illustration d'un partenariat autour des causes et des enjeux du changement climatique, l'IRD et le Rectorat de Montpellier coconstruisent le programme de la formation Changement climatique, enjeux et perspectives à destination des enseignants. L’objectif est d’apporter des connaissances sur la thématique et les avancées de la recherche, en complément aux ressources dispensées sur la plateforme éducative EDUSCOL. Cette formation interdisciplinaire est inscrite au Plan académique de formation dans le cadre de l'éducation au développement durable (EDD). Elle est pilotée par Aurélie Teychene, enseignante de physique-chimie au lycée Jean Moulin de Béziers, chargée de mission auprès de l'inspection de Physique-Chimie, formatrice EDD. Depuis l'an dernier, le programme propose l'intervention d'une anthropologue et la présentation de l'offre de ressources pédagogiques de l'IRD par le service éducatif de Montpellier.

Crue du fleuve Niger

© IRD - GauthierDobigny

Les scientifiques

  • Yves Tramblay, hydroclimatologue, directeur de recherche IRD UMR Espace-Dev
  • Jean Albergel, hydrologue, membre correspondant de l’Académie d’agriculture de France (AAF), directeur de recherche émérite IRD UMR LISAH
  • Anne Coudrain, sciences de l'eau et anthropocène, directrice de recherche honoraire IRD, UMR Espace-Dev
  • Valeria Hernández, anthropologue, IRD UMR CESSMA

Les conférences

  • Évolution des sécheresses en Méditerranée : Yves Tramblay, hydroclimatologue, directeur de recherche IRD UMR Espace-DevQuels sont les différents types de sécheresses ? Comment impactent-elles le territoire de l'Hérault depuis les 50 dernières années ? Quels sont les impacts attendus dans le futur en Méditerranée selon différents scénarios d'évolution du climat ?
  • Crise climatique et agriculture : des territoires et des filières en péril, les adaptations nécessaires : Jean Albergel, hydrologue, membre correspondant de l’Académie d’agriculture de France (AAF), directeur de recherche émérite IRD UMR LISAHLa crise climatique impacte profondément l'agriculture, menaçant les terres, les pratiques et les calendriers agricoles. Les sécheresses prolongées affectent les cultures, réduisent les rendements et perturbent l'élevage en privant le bétail d'eau et de nourriture. À l'inverse, les inondations endommagent les terres, détruisent les cultures, et ont des effets dévastateurs sur l'élevage en entraînant la perte d'animaux et de ressources alimentaires. L’augmentation du niveau marin menace lest terres fertiles dans les deltas et les estuaires.  De plus, les vagues de chaleur et les modifications saisonnières altèrent les calendriers agricoles, exposant les cultures à des risques accrus de gelées tardives. Les plantes en C3 et en C4, utilisant des mécanismes de photosynthèse différents, réagissent différemment au changement climatique, avec les plantes en C3 plus sensibles à la chaleur en fonction aussi de la disponibilité en eau.Les pratiques agroécologiques traditionnelles, telles que les bassins et lacs collinaires pour lutter contre la sécheresse et les systèmes d'expansion des crues pour tirer profit des inondations, offrent des solutions. Les oasis dans les déserts représentent également un exemple d'adaptation aux conditions chaudes, créant des microclimats propices à l'agriculture. La conservation des semences et la sélection animale, pratiquées traditionnellement, renforce la diversité génétique des cultures et du cheptel et leur résistance au climat. La collaboration entre connaissances traditionnelles et scientifiques est essentielle pour développer des pratiques agricoles résilientes.En associant savoirs traditionnels et recherches scientifiques, il est possible de créer des systèmes agricoles plus résilients face au changement climatique. Cette approche permettrait d'adopter des pratiques durables, de sensibiliser les agriculteurs et de promouvoir une agriculture adaptée aux conditions environnementales futures.
  • Anthropocène : l’identifier et comprendre sa mise en place pour mieux s’en sortir : Anne Coudrain, sciences de l'eau et anthropocène, directrice de recherche honoraire IRD, UMR Espace-DevL’Anthropocène est une époque de changements inédite d’une part parce que les causes de ces changements sont essentiellement associées aux activités d’humains et d’autre part parce que les bouleversements environnementaux en cours (climat, vivant, sols, océans …) sont très rapides. Tout particulièrement les jeunes sont inquiets. Ils manquent d’autant plus de repères que nous sommes tous - jeunes, adultes et anciens – des migrants dans une nouvelle ère en quête d’une civilité nouvelle. En d’autres termes et pour la première fois, nous sommes dans une culture préfigurative.
  • Adaptation au réchauffement climatique: écologie des savoirs pour faire face aux défis socio-environnementaux : Valeria Hernández, anthropologue, IRD UMR CESSMALe réchauffement climatique, du fait de sa multicausalité et de la gravité de ses impacts sur la vie sociale, constitue une problématique complexe qui nécessite une approche interdisciplinaire et l’engagement d’une multiplicité d’acteurs académiques et non académiques. La participation des parties prenantes est une voie pour élaborer des mécanismes d’adaptation ajustés aux diverses situations empiriques, aux capacités de réponse des secteurs/groupes exposés, aux outils d’anticipation mis à dispositions par les experts, etc. Les organismes internationaux de gouvernance climatique promeuvent diverses initiatives afin d’assurer une synergie entre la science, les décideurs et les acteurs sociaux (entreprises, ONGs, etc.). Ces initiatives impliquent des défis épistémologiques et méthodologiques spécifiques : comment conduire un dialogue entre des savoirs hétérogènes ? Sur quelles bases peut-on s'appuyer pour s'impliquer dans un processus de coproduction de services climatiques ? Quid des valeurs, des intérêts et des inégalités dans la gestion intégrale des risques ? Depuis une perspective anthropologique, on abordera ces questions à partir d’expériences de coproduction de services climatiques en interdiscipline et intersectorialité.

Contact pédagogie : Aurélie Teychene, académie de Montpellier AURELIE TEYCHENE@AC-MONTPELLIER.FR

Contacts science : Jean Albergel, IRD UMR LISAH JEAN.ALBERGEL@IRD.FR, Anne Coudrain, IRD UMR Espace-Dev ANNE.COUDRAIN@IRD.FR, Valeria Hernández, IRD UMR CESSMA VALERIA.HERNANDEZ@IRD.FR , Yves Tramblay, IRD UMR Espace-Dev YVES.TRAMBLAY@IRD.FR

Contact service éducatif : Muriel Naudin, Marie-Renée Pradal SERVICEDUCATIF.OCCITANIE@IRD.FR

Contacts communication : Muriel Tapiau, Julie Sansoulet COMMUNICATION.OCCITANIE@IRD.FR 

Source : https://www.ird.fr/formation-c...