Jouera ? Jouera pas ?

Publié par Claire Adélaïde Montiel, le 8 mars 2021   250

Xl img 20201029 163902

Œuvrer pour faire vivre la mémoire des savants qui ont fait avancer la science est une noble tâche, mais quand les évènements s’en mêlent…

En ces temps de pandémie, on peut s’estimer heureux lorsqu’on n’a pas eu à souffrir les affres de la maladie. Pourtant au titre des victimes collatérales du virus, on pourra compter la petite troupe de théâtre amateur de l’association Fermat Science basée dans la maison natale du célèbre Pierre Fermat, à Beaumont de Lomagne qui s’est donné pour objectif d’organiser la rencontre entre ce grand homme et le public.

Une rencontre exceptionnelle

A cet effet, le spectacle La dernière soirée chez Fermat a été conçu comme une déambulation historique dans l’hôtel particulier situé en plein cœur de la bastide qui vit naître le célèbre mathématicien.  Construite au XVI° siècle, cette demeure seigneuriale qui abrita la famille Fermat après que Dominique, riche bourgeois de Beaumont s’en soit porté acquéreur, a connu de nombreuses modifications au cours du temps.

Dès le deuxième semestre 2021, elle sera l’objet d’importants travaux de rénovation qui permettront d’intégrer dans le pôle culturel économique et touristique de la ville un espace d’expositions destiné à perpétuer la mémoire du plus célèbre enfant de Beaumont mais aussi à donner au tout public, tous âges confondus, le bonheur de découvrir que les mathématiques sont partout, et que, tout au long de notre vie nous faisons des maths comme M. Jourdain faisait de la prose, sans le savoir.

 

Un moment bien choisi

Juste avant la rénovation qui sera de nature à modifier en profondeur l’ordonnancement de cette demeure historique, le moment était bien choisi pour mettre en valeur l’hôtel Fermat dans sa forme actuelle au cours d’une représentation destinée à demeurer exceptionnelle. La promesse faite au public par la troupe de théâtre amateur était de lui offrir, l’espace d’une représentation, l’occasion d’une rencontre avec l’éminent personnage dans son contexte familial et historique lors d’un voyage dans le temps en compagnie de Dominique Fermat, de Louise Fermat et Marie de Garros, respectivement père, épouse et sœur du magistrat mathématicien,



et de René Descartes qui affronta notre savant lomagnol autour du problème de la réfraction.

 

Un arrimage raté.

Cette représentation, programmée une première fois en mai 2020 pour la Nuit des Musées fut reportée au 14 novembre en raison du premier confinement. Mauvaise pioche puisque, à cette date, un second confinement vint contrarier la représentation prévue !

Alors pour ne pas désespérer, la troupe a inventé des solutions. La guide et les acteurs ont endossé leurs costumes. Une bande son a été enregistrée, un teaser a permis de garder le public en situation d’attendre de pouvoir assister à la pièce.

https://www.youtube.com/watch?v=J3VQSz90BPE

Dès la fin du deuxième confinement, malgré les nouvelles contraintes et le couvre-feu, les répétitions reprennent de plus belle. L’élan revient. De nouveaux costumes enrichissent le vestiaire des dames Fermat, on affine les jeux de scène, on se met dans la peau des personnages.

On inscrit la représentation dans un projet plus vaste incluant la musique et la danse baroques qu’on partagera avec des jeunes tout au long d’activités programmées sur l’année 2021 dans le cadre d’un projet C’est mon patrimoine en partenariat avec la Direction des affaires culturelles. Et, surtout, on se refuse à envisager que la nouvelle représentation prévue pour le 10 avril 2021 puisse être une fois de plus repoussée.

 

Enfer et damnation !

Mais voilà que la date fatidique approche sans que rien ne laisse présager un assouplissement des restrictions imposées par la pandémie. Au contraire, au vu de l’évolution de la situation, il devient évident que la représentation pourrait être repoussée une fois de plus.  Or à partir du deuxième semestre, les travaux commenceront qui feront émerger de l’hôtel actuel la future Maison de Fermat rendant impossible la déambulation prévue pour La dernière soirée chez Fermat.

Il y a péril en la demeure. Que faire ? Que ne pas faire ?

Il ne reste plus à la petite troupe qu’à se réinventer. Si l’on ne peut pas jouer devant un public, pourquoi ne pas enregistrer, au cours d’une représentation à huis-clos, une vidéo qui permettra non seulement de fixer le jeu des comédiens mais aussi de sauvegarder l’image de l’hôtel Fermat dans sa forme actuelle ? Transformer une représentation éphémère en un souvenir durable, tel est le nouvel objectif de la petite troupe décidément bien difficile à abattre.

 

La leçon du grand homme

Et chacun de se rappeler à cette occasion la phrase de Pierre Fermat évoquant ses recherches dans sa correspondance :«  Voilà sommairement le conte de mes rêveries sur le sujet des nombres. Je ne l’ai écrit que parce que j’appréhende que le loisir d’étendre et de mettre au long ces démonstrations me manquera. En tous cas, cette indication servira aux savants pour trouver d’eux-mêmes ce que je n’étends point ».  

Merci M. Fermat !