Erasmus +, Paroles d'experts

Publié par Claire Adélaïde Montiel, le 25 mars 2024   210

Les voyages forment la jeunesse, dit-on. À Fermat Science on en est si bien convaincus que, depuis 2016, les projets Erasmus se succèdent à intervalles réguliers et abordent différents thèmes.
Erasmus +, c’est une série de projets destinés à promouvoir des échanges entre des partenaires pratiquant une éducation non formelle. Les participants sont divers : associations, établissements d’enseignement, structures destinées à favoriser la formation tout au long de la vie. Pour ces échanges de savoirs et des compétences, la communication se fait en anglais sur une durée déterminée en fonction d’un cahier des charges établi par avance où chaque équipe apporte sa pierre pour une construction commune. Â intervalles réguliers, des meetings réunissent les équipes participantes dans l’un ou l’autre des pays d’Europe, ce qui donne lieu à des confrontations passionnantes.


Sur les sept personnes qui constituent l’équipe de Fermat science, trois d’entre elles sont plus spécifiquement responsables des projets Erasmus +. Ce sont : Jordane Bonnet, Sandy Moncassin, et Thomas Ricaud. A cette équipe de base s’adjoignent, en fonction des sujets traités, Camille et Sabine Boltana Arriazu, Audrey Dulieu et Véronique Sauzède. Après 7 années de pratique, il nous a paru intéressant de recueillir leurs impressions.

A la question : C’est quoi pour vous les projets Erasmus ?, chacun, chacune a répondu selon sa sensibilité sans hésiter à pimenter ses réflexions de quelques anecdotes saisies sur le vif et marquées du sceau de la bonne humeur car pareils déplacements ne vont pas sans aléas dont les voyageurs rapportent les récits dans leur équipe qu’ils enrichissent de leurs nouveaux savoirs.


Les premiers de cordée
Jordane Bonnet chargée de gestion

Je suis tombée dans les projets Européens à mon arrivée à Fermat Science puisqu’un nouveau projet démarrait et que notre association en était le leader, donc le gestionnaire administratif et financier. J’aime l’esprit de ces projets : la coopération entre structures et établissements scolaires de différents pays d’Europe, l’échange et le partage. J’ai eu la chance de me rendre en meeting dans des pays tels que la Macédoine du Nord ou la Croatie ou la Roumanie et voir l’organisation scolaire en place. Toucher du doigt la réalité économique de nos partenaires mais également nous rendre compte de l’existence de pratiques différente des nôtres, nous en enrichir, et à notre tour partager notre expérience, notre savoir-faire et nos fonctionnements.
Les projets E+ m’ont apporté beaucoup et m’ont fait progresser sur mon poste de travail, j’ai acquis de nouvelles connaissances sur la gestion financière et administrative de projets, plus de rigueur et plus de compétences. J’ai progressé en anglais également, car il est le langage commun dans la plupart des projets.
J’ai rencontré des personnes intéressantes et j’espère refaire des partenariats avec certaines d’entre elles. Cela crée un réseau qui renforce mon sentiment d’appartenance européenne et de la richesse, de la diversité.

Pour le projet STEAMBuilders nous voyageons au Danemark. L’Hôtel/restaurant où tous les partenaires sont hébergés est une abbaye : l’abbaye de Vitskel, une structure tenue par des jeunes adultes en décrochage scolaire qui suivent un programme de formation professionnelle. Quelques jours avant le départ, un des partenaires nous informe que cet hôtel isolé et en bord de mer serait hanté par une dame bleue… Mais malgré le cimetière de l’abbaye proche des chambres et la vigilance accrue des partenaires due aux grincements de parquets en bois, aucun de nous ne l’a rencontrée. Une chance !


Sandy Moncassin, chargée de projets Erasmus+

Pour moi les projets ERASMUS+ c’est un peu comme le sac de Mary Poppins dans lequel sont rangés des outils d’apprentissage, de la couleur, des échanges, une ouverture auautres, de l’innovation, de la coopération, des rêves…
Ce qui m’anime dans ces projets, c’est le fait de voir de façon tangible le fruit de notre travail et son utilité. De constater que les méthodes proposées et les outils pédagogiques créés, sont adoptés par les élèves et leur permettent de s’approprier des savoirs dans les matières STEM (Sciences, Technologie, Ingénierie et Mathématiques).
Observer les enfants et voir dans leurs yeux, la satisfaction de comprendre et de prendre du plaisir à apprendre des concepts qui semblent souvent si abstraits. Et, pourquoi pas, susciter par ce biais de futures vocations.

La collaboration avec des partenaires européens apporte une diversité dans les approches pédagogiques. Cela nous permet de mettre en commun nos idées, nos expériences et d’identifier les meilleures pratiques, pour engager les élèves et améliorer leur compréhension des notions mathématiques et scientifiques.
Cet enrichissement nous donne l’occasion aussi d’élargir nos propres connaissances et de bénéficier de perspectives différentes. C’est une combinaison gagnant-gagnant.
Nous travaillons et communiquons tous à distance mais de façon proactive, ce qui permet d’aboutir à des résultats qualitatifs dans l’intérêt des enfants et des éducateurs.
Nous nous réunissons également plusieurs fois physiquement pendant le temps de réalisation des projets lors de meetings, ce qui nous donne l’occasion de nous imprégner de cultures différentes et de créer des liens qui renforcent au fur et à mesure notre collaboration. Ce sont des moments de travail mais également de découverte des pays partenaires, des moments de partages conviviaux autour d’une bonne table ou de visites culturelles.

Au fil de ces rencontres, il nous arrive de vivre quelques aventures. Souvent drôles et sympathiques mais parfois moins. Voici la dernière en date qui s’est déroulée lors du meeting MathandMove. Ecole Savremena de Belgrade (Serbie) et école d'Arskeio (Grèce). Après une semaine passée chez nos partenaires européens sur un rythme soutenu, quelle hâte de retrouver nos foyers. Oui mais… C’est sans compter les aléas… Annulation de l’avion à la dernière minute et un reclassement sur une série de trois vols différents pour arriver à destination et il faut partir sur le champ ! Les retards s’enchaînent, alors on court à chaque escale en espérant arriver à temps pour l’embarquement. Partis à 16h30 d’Athènes et arrivés à 23h30 à Toulouse. Pas le temps de manger avec tout ça et tout juste le temps de piquer du nez dans l’avion. Ça y est, Toulouse enfin ! Allez, on récupère la valise et on rentre. Mais mince la valise est toute cassée. Une chose de plus à gérer plus tard… Cette fois-ci plus rien ne peut arriver. Eh bien si ! Arrivés à la voiture sur le parking on découvre que le pneu est crevé… Alors allons-y pour un changement de roue à minuit passé. La galette n’est pas assez gonflée, vitesse de croisière : 20 km/h. Heureusement, un bon samaritain nous donne un coup de main. Ouf ! Bref, nous sommes bien rentrés chacun chez nous, à 3h00 du matin.

Thomas Ricaud, coordonateur de projets

Pour moi, les projets Erasmus+ incarnent l'esprit de collaboration, de découverte et de compréhension interculturelle au-delà des frontières géographiques. Participer à un projet Erasmus+ offre une chance unique d'explorer de nouveaux horizons, tant sur le plan professionnel que personnel.
Ces projets favorisent la création de liens durables entre les individus et les institutions, encourageant ainsi la coopération et l'échange continu même au-delà de la fin du projet. Les relations qui se développent au fil des collaborations Erasmus+ contribuent à la mise en place pour Fermat Science d'un réseau européen dynamique et diversifié.

Les projet Erasmus+, c’est aussi : Les déplacements en bus, train, avion, bateau… Les rencontres toujours inattendues… Nos hôtes tous de cultures différentes… Et les visites de leur ville, originales et passionnantes (Nicosie de nuit, Belgrade au coucher de soleil, la belle Bruxelles, Pise sous la pluie, les cascades de Strumica), les musées étonnants (le musée d’archéologie d’Aars au Danemark, les musées mathématiques et scientifiques de Mons, Barcelone, Giessen…) et les lieux les plus reculés d’Europe (Satu Mare en Roumanie, Ivanec en Croatie, Aars au Danemark, Strumica en Macédoine du Nord…) Les repas si exotiques parfois ! Les périodes de travail intenses pour mener à bien le projet dans les délais impartis. Les kilomètres de lignes de traduction. Et toujours ces discussions et échanges en anglais !

Les indispensables
Les projets Erasmus ne seraient pas possibles à mener sans l’aide de toute l’équipe de Fermat. Ils mobilisent également Sabine, Camille, Audrey et Véronique. Chacune d’entre elles apporte ses compétences pour une réussite commune. Elles partagent également, à l’occasion, l’aventure du voyage vers les autres pays lors des meetings.

Camille Boltana Arriazu, médiatrice scientifique :


Les projets européens pour moi, c’est du travail en partenariat avec d’autres structures ou écoles sur la réalisation d’outils à destination des scolaires ou du tout public. Mon travail porte principalement sur la création de manipulation, l’imagination d’atelier et parfois la création de vidéos.

Nicosie (Chypre) - Février 2023 > projet SMEM. Etant gourmande et adorant goûter les spécialités des pays où nous allons, je suis allée un matin dans une sorte de pâtisserie « Melissa » acheter de quoi petit déjeuner.
Je prends des biscuits que je paye au poids ainsi que des viennoiseries du style chausson aux pommes, chocolatine… Au moment de passer à table pour goûter ces spécialités chypriotes, nous nous apercevons que toutes les viennoiseries sont en fait salées. Une à base de saucisse, l'autre à base de tapenade et la dernière au fromage ! Nous nous sommes du coup rabattus sur les petits biscuits vendus au poids, qui eux, étaient bien sucrés et avons conservé les viennoiseries pour le pique nique du midi !

Sabine Boltana-Arriazu, coordinatrice pédagogique

Échanges, réflexions, créations, sont pour moi les synonymes du travail sur les projets ERASMUS+. En effet, travailler en équipe avec différents partenaires européens nous oblige à avoir une réflexion commune sur un sujet donné et permet au public scolaire d'avoir accès à des outils innovants gratuitement. De plus, les outils inventés dans ce cadre là, augmentent significativement les propositions que nous apportons à nos publics.

Bruxelles (Belgique) - mai 2022 > projets récréaMATHS. Après une journée bien chargée de meeting avec les partenaires, nous décidons Thomas, Camille et moi de rejoindre notre logement en trottinette. Les moments off des projets nous permettent de tester de nouvelles expériences... Ce fut le cas, pour ma part à ce moment précis. Thomas et Camille prennent chacun une trottinette, je décide de monter avec Camille. Nous voilà partis. Une mauvaise manœuvre pour monter sur le trottoir et bim bada boum ! Camille et moi sommes éjectées sur le trottoir... Rien de grave, juste un énorme fou rire avant de repartir sur notre fidèle destrier. Une fois arrivés à l'appartement, nous nous sommes remémoré cette histoire accompagnée d'un autre fou rire avant de se coucher.
Des moments partagés inoubliables, remplis d'anecdotes, durant nos déplacements Erasmus.

Audrey Dulieu, animatrice socioculturelle.

Pour ma part, je vois les projets européens comme une coopération entre plusieurs structures de différents pays ayant pour but commun, la création d’outils pédagogiques autour des mathématiques et des sciences.

Je trouve gratifiant que les ressources créées soient à destination de tous les publics et en accès gratuit par simple téléchargement sur le site de chaque projet.

 
 

Véronique Sauzède, gestionnaire de projets.

Les projets Erasmus + participent à développer des outils d’éducation non formelle qui sont accessibles à tous. Ils permettent de mutualiser des moyens de par leur construction partenariale et offrent des visions variées et plurielles de l’éducation de par la variété et l’origine géographique et culturelle des partenaires.

Je participe au projet Erasmus + avec un œil de médiateur scientifique et patrimonial, en collaborant aux phases de test, de relecture. Les outils créés sont testés au sein de l’Espace de Vie Sociale de Fermat Science et notamment auprès des jeunes lors des séances du Contrat Local d’Accompagnement à la scolarité ou lors de manifestations culturelles, Salon du livre jeunesse, C’Mon Patrimoine.

Quelle suite après les projets Erasmus + ?

Après la mise en œuvre des projets Erasmus+, les outils créés en commun ne restent pas rangés dans des armoires.

Les expositions, manipulations, livrets, guides et brochures et autres matériels mis en place dans le cadre d’Erasmus + sont disponibles en téléchargement gratuit sur le site internet dédié à chaque projet. Puis Fermat Science continue à les faire vivre  en les proposant sous différentes formes in situ ou dans le cadre de l’itinérance de ses produits pédagogiques.

Quant aux écoles de Beaumont, elles bénéficient du matériel informatique acquis par Fermat Science, par exemple les casques de réalité virtuelle. Une formation à l’utilisation de l’imprimante 3 D a permis aux enseignant de maitriser cet outil grâce à la médiation de Fermat Science. D’autre part, les jeunes pourront bénéficier d’une visite de leur ville alliant les maths et le patrimoine et, dans le musée Fermat, l’espace scénographié réservé aux tout petits exposera l’une des expositions produites dans le cadre de ces projets.

Ce sont quelques-unes des multiples manières choisies par Fermat Science pour s’inscrire dans le long terme.

Pour en savoir plus :

Pour en savoir plus, on peut se rendre sur les sites internet dédiés aux projets Erasmus + classés du plus récent au plus ancien dont les adresses suivent :

VisitMath https://visitmath.eu/fr/home-3/

MathandMove https://mathandmove.eu/fr/home-2/

STEMBBot https://www.stembot.eu/fr/

SMEM https://smemlab.eu/?lang=fr

recreaMATHS https://recreamaths.eu/fr/

STEAMBuilders https://steambuilders.eu/fr/

MathReality https://math-reality.eu/fr/home/home-fr/