BâtiTmaths bat son plein

Publié par Claire Adélaïde Montiel, le 30 mars 2023   540

Fort de ses six années d’expérience, le projet BâtiTmaths bat son plein. Depuis 2017, cette manifestation  jouit du soutien sans faille de la région Occitanie (dans le cadre du Feder) et participe activement à la Diffusion de la culture mathématique en Occitanie.

La thématique en est originale : à quoi servent les mathématiques dans les métiers du bâtiment et de la topographie ? Début février, la session 2023 a impliqué pendant deux semaines 6 classes du lycée professionnel Norman Foster de Beaumont-de-Lomagne, soit 94 lycéen-ne-s, 28 enseignant-e-s, et 25 élèves de 3e prépa métiers pour les tests précédant la manifestation proprement dite. L’association Fermat Science était présente avec deux médiatrices, et 425 collégiens sont venus de Colomiers (31) Cahors (46) La Française (82) sans compter les deux collèges de Beaumont de Lomagne.

 

Pour préparer la manifestation

Comme chaque année, les enseignant-e-s du lycée ont formé les élèves des classes de seconde dans le cadre des enseignements de français et professionnel. Il s’est agi d’offrir aux jeunes les conditions pour explorer ces continents inconnus que sont : une réflexion sur leur travail d’apprenants et en particulier sur le métier pour lequel ils se forment ; la préparation d’une visite de leur établissement et la quête d’informations sur la poursuite éventuelle d’études après la formation de base.

Pour les lycéen-ne-s de Norman Forter, le déroulé du programme de travail a été le suivant. Dès septembre, à la rentrée des classes, prise de contact avec Fermat Science grâce à un jeu visite dans la bastide de Beaumont de Lomagne. En visite à Beaumont. Via la Région Occitanie

D’octobre à janvier : création des ateliers mathématiques liés à la spécialité de chaque section avec les enseignant-e-s du lycée en co-enseignement (maths et enseignement professionnel).

Création des visites découvertes du lycée en co-enseignement entre les enseignant-e-s de français et professionnel. A la mi-janvier, semaine test des ateliers et des visites avec l’aide des médiatrices de Fermat Science. Les élèves de seconde endossent le rôle de médiateurs pour leurs collègues des classes de troisième du lycée. Fin janvier-début février, dans le cadre de la manifestation BâtiTmaths, animation durant 2 semaines par les lycéens de Norman Foster pour les collégien-ne-s du département et au-delà.

Le protocole de ces journées hors normes n’est pas sorti tout armé de la tête des professeur-e-s de Norman Foster et des médiatrices de Fermat Science qui ont imaginé ce projet en 2018. Il a été peaufiné au cours du temps par une petite équipe motivée et bien décidée à venir à bout des difficultés et à mettre à profit, grâce à une détermination sans faille, l’expérience accumulée.

Renaître de ses cendres

Les années 2021 et 2022 ont quelque peu été perturbées par l’infection qui a paralysé la France et le monde.

En 2021, les ateliers ont été préparés par les élèves de seconde puis testés par ceux de troisième mais les restrictions liées à la santé publique ont empêché la venue des collégien-ne-s. En 2022, confrontée aux restrictions en matière d’accueil des classes, l’équipe organisatrice de BâtiTmaths a tenté l’expérience du virtuel. Des vidéos envoyées aux collèges ont permis d’entretenir le lien. Les échanges ont eu lieu par petits films interposés et échanges.

Échapper à la frustration d’une action stoppée en plein élan n’a pas été chose facile mais les groupes concernés ont, à chaque fois, rebondi et puisé dans les contraintes rencontrées des forces nouvelles. Enfin 2023 a permis, au grand soulagement de tous, de revenir à un mode de fonctionnement plus convivial, car de l’avis commun, cette médiation entre pairs ne se contente pas de mettre en jeu des savoir-faire. Elle est aussi un moment privilégié d’échanges entre des jeunes d’âges différents invités, du fait de cette rencontre, à découvrir un autre cadre que celui de leur collège, des modes d’enseignement différents et des compétences autres.

Après le temps des épreuves, comme le phénix des mythes antiques, le projet BâtiTmaths renaît de ses cendres et, riche des difficultés rencontrées, trouve sa maturité. On a assisté au fil du temps à une lente montée en puissance, à une meilleure maîtrise du projet tant de la part des lycéen-ne-s et collégien-ne-s que des enseignant-e-s de plus en plus conscient-e-s de l’importance de ce qui se joue au cours de ses rencontres. Les retours d’enquête montrent que non seulement ils s’emparent de l’outil mais qu’ils prennent conscience de son importance dans les cursus scolaires des élèves.

Une moisson de bienfaits

Ce qui est essentiel dans ce projet, c’est qu’il génère les conditions d’une médiation entre pairs avec des objectifs à atteindre. L’analyse des résultats obtenus montre que les bienfaits pour chacun des groupes concernés sont différents.

Pour le collège, cette expérience qui rentre complétement dans le parcours avenir apporte une aide appréciable pour une réflexion des élèves sur leur orientation. Participer à une activité dans l’enceinte d’un lycée professionnel qu’on découvre de l’intérieur, découvrir qu’il y a là aussi des règles mais qu’elles sont différentes de celles auxquelles on est soumis dans le cadre de l’enseignement traditionnel, c’est se donner la chance d’explorer d’autres pistes.

Les élèves sont à même de s’apercevoir qu’il existe des métiers dont ils ne soupçonnaient pas l’existence. Ils/elles rencontrent des jeunes qui, bien qu’à peine plus âgé-e-s, sont en capacité de leur apprendre des notions inconnues d’eux, de manipuler du matériel et des équipements différents, souvent compliqués, des jeunes qui, en se mettant à leur service, leur offrent l’image de personnes épanouies et responsables.

Pour le lycée, l'expérience de cette médiation exceptionnelle permet aux secondes de mettre en pratique ce qui est dans leur socle de compétence. L’utilisation de l’oral pour la transmission de leur savoir face à un groupe d'enfants plus jeunes renforce leur estime de soi. De plus, en expliquant leur pratique, ils/elles sont mieux à même de comprendre leur métier et les relations avec les autres métiers du bâtiment. Et si d’aventure il leur arrive de rencontrer, dans ce cadre nouveau, leurs anciens enseignant-te-s, ils/elles ont le sentiment d’avoir trouvé leur place. Se sentir utiles et nécessaires pour des plus jeunes valorise leur formation mais aussi leur lycée ainsi que les métiers qui y sont enseignés.

Et pour la suite ?

En cette année 2023, les enseignant-e-s et les médiatrices qui ont organisé BâtiTmaths ont eu le sentiment que la relation instaurée entre le lycée Norman Foster et l’association Fermat Science dans le cadre de ce projet innovant rencontrait une bonne écoute auprès de l’Inspection académique représentée par M. Jeauffroy, inspecteur général ; Mme Pavan, inspectrice Maths, Physique ; Mme Nedelec, chargée de mission auprès des IEN lettres, histoire-géographie, EMC et M. DelRey, inspecteur pour l’enseignement technique et les sciences techniques industrielles.

Les réformes visant un co-enseignement sont actuellement promues comme pouvant être un enrichissement pour les élèves et méritent d’être valorisées. La volonté de l’équipe est de ne pas en rester là. La suite envisagée est d’essayer de créer, à partir de ce projet original, un modèle qui pourrait être étendu à d’autres établissements. Adage, la plateforme numérique de l’éducation nationale dédiée à la généralisation de l’éducation artistique et culturelle, pourrait permettre ce type de diffusion d’expérience pour que tous les élèves aient la chance de bénéficier d’un égal accès à la culture. Les dispositifs s’enrichissent de l’ouverture du Pass Culture dans sa déclinaison scolaire.

Affaire à suivre donc.

Vidéo BâtiTmaths