Un grain de sel dans l’éternité des pharaons

Publié par Université de Montpellier UM, le 8 avril 2021   66

Xl photo pistre web

Du sel pour conserver ? Pas toujours… Et c’est bien là le problème des pharaons Osorkon II et Psousennès Ier dont l’éternité est aujourd’hui menacée. Leurs tombeaux, situés à Tanis dans le delta du Nil, subissent des altérations dues à la présence d’eaux salées dans leur maçonnerie. D’où proviennent ces eaux ? Un mystère sur lequel Séverin Pistre, chercheur à Hydrosciences Montpellier*, est parti enquêter.

« Des obélisques, d’énormes blocs de granit et des colosses de pierre sortant avec peine leur tête du sable qui s’étend à perte de vue ». Bienvenue dans la nécropole royale de Tanis, située en plein delta du Nil, demeure éternelle des pharaons Osorkon II et Psousennès Ier. Des tombeaux vieux de 3 000 ans mis en péril par l’infiltration d’eaux salées provoquant la dégradation des gravures et peintures qui les ornent mais aussi l’altération des blocs et des joints qui les constituent. Un drame pour l’Histoire dont la solution ne coule pas de source.

En plein désert et à près de 25 km de la mer, la provenance de ces eaux saumâtres interroge. C’est pour résoudre ce mystère que Séverin Pistre, chercheur au laboratoire Hydrosciences Montpellier a pris le chemin de l’Egypte, avec en tête, beaucoup de questions et quelques hypothèses. « Au départ c’est un conservateur expert au musée du Louvre qui, face à cette problématique de conservation, a pensé qu’il fallait étudier l’eau à l’échelle de ce site. C’est-à-dire les écoulements de surface liés à la pluie mais aussi la probabilité d’une nappe phréatique située sous les tombeaux » explique-t-il.

Le témoignage du sable

Pour tester ces hypothèses, l’hydrogéologue est donc parti de rien ou presque, à savoir de quelques poignées de sable récoltées sur le site. En profondeur, un sable jaune correspondant à la dune ancienne. « On l’appelle la ghezira. C’est un sable typique de ces sites qui est très perméable à l’eau et dans lequel la nappe phréatique pourrait se trouver ». Plus en surface, on trouve un sable marron « qui lui est très imperméable et sur lequel l’eau de pluie peut circuler et ruisseler jusqu’à la nappe relevant ainsi son niveau » décrit Séverin Pistre.

Afin de vérifier la présence de cette nappe souterraine, le chercheur est allé plus loin. À 27 mètres de profondeur exactement grâce à l’utilisation de piézomètres. De petits appareils permettant, grâce aux électrodes dont ils sont munis, de détecter la présence d’eau dans les sous-sols mais également de mesurer son niveau. Un travail facilité par l’existence, sur le site, d’anciens forages datant d’une opération menée par les autorités égyptiennes une quinzaine d’année auparavant. « Grâce à plusieurs points de mesure nous avons ainsi pu confirmer la présence de la nappe à moins d’un mètre de profondeur sous les tombeaux. À partir de là, nous avons aussi pu travailler sur le sens d’écoulement de l’eau par exemple. »

La preuve par l’électricité

Si la coupable semblait toute désignée, restait encore à vérifier la nature salée de ces eaux souterraines. Pour cela une simple analyse en laboratoire et le tour est joué. Sauf qu’au pays des pharaons, aucun échantillon quel qu’il soit ne quitte le territoire. C’est donc sur place, et muni d’un conductivimètre, que Séverin Pistre a poursuivi son enquête. « Cet appareil permet de mesurer la conductivité électrique de l’eau. Plus l’eau est salée, plus le courant passe, c’est une méthode très fiable. Et en l’occurrence je suis tombée sur une eau extrêmement salée, parfois très proche de l’eau de mer. » Un résultat confirmé par les analyses réalisées dans un laboratoire du Caire.

À ce stade, plus de doute, c’est donc bien cette nappe phréatique salée qui, par capillarité, remonte jusqu’aux tombeaux et provoque leur altération. Mais comment empêcher ce phénomène ? Pour le chercheur il existe plusieurs façons de gérer ce problème. La première consiste à « démonter les tombeaux afin de glisser une feuille de plomb sous la nappe avant de les reconstruire. C’est efficace mais très lourd au sens propre comme au sens figuré » souligne le chercheur. La seconde option consiste à rabattre la nappe, « autrement dit à la faire descendre à une profondeur qui ne permette plus aux sels d’atteindre les tombeaux par capillarité. Pour cela il faut un dispositif de pompage quasi-permanent ».

Le sel du mystère

Si l’énigme de l’eau est désormais résolue, celle du sel garde encore tout son mystère ; car comment expliquer sa présence dans cette zone aride et désertique ? « Quand les nappes sont a proximité de la mer comme à Mauguio par exemple, on observe un phénomène de biseau salé. C’est-à-dire que l’eau de mer, qui est plus dense que l’eau douce, s’infiltre petit à petit sous la nappe, mais là nous sommes trop loin de la mer pour que cela se produise » explique Séverin Pistre.

D’autres hypothèses sont envisagées comme celle d’une présence ancienne de ces eaux salées, qui auraient pu être piégées il y a des millénaires, ou encore celle d’un phénomène lié à l’évaporation. « Avec nos collègues du laboratoire Géosciences Montpellier nous procédons à des analyses géo-chimiques sur les isotopes contenus dans ces eaux salées pour tenter d’en déterminer la provenance. Nous devons encore creuser », conclut le chercheur. La preuve qu’au XXIe siècle encore, les mystères des pharaons n’ont décidément rien perdu de leur sel.

*Hydrosciences Montpellier (UM – CNRS – IRD)