Rencontre avec Whitney Jerosme (SpaceExplorerW) : « Mon objectif ? Partager ma passion du spatial avec le plus grand nombre »

Publié par Clémence Armanet, le 9 décembre 2020   980

Xl   whitney jerosme  2

Whitney est une jeune toulousaine passionnée par le domaine de l’espace. Cette étudiante en génie mécanique propose plusieurs contenus liés à ce thème sur sa chaîne Twitch, nommée SpaceExplorerW. Elle vulgarise des termes techniques et transmet ses connaissances à un public de plus en plus nombreux sur ses « lives ». Membre du collectif PogScience, elle souhaite rendre plus accessible le secteur du spatial, parfois complexe. Rencontre. 

1) Bonjour ! Peux-tu te présenter aux internautes ?

Bonjour ! Je m’appelle Whitney Jerosme, aka SpaceExplorerW sur mes réseaux Twitch et Twitter. Je suis étudiante en génie mécanique à l’Université Paul Sabatier et je fais de la vulgarisation scientifique sur le thème du spatial via Twitch depuis avril. Avant, je faisais ça sur Twitter et sur un blog. Je cherchais une nouvelle plateforme, et avec Twitch ça tombait bien ! Je suis beaucoup dans la culture « geek » et « gamer », donc je connaissais énormément ce support, et du coup je me suis dit « Pourquoi pas ! ». Pour l’instant ça se passe plutôt bien, je touche du bois *rire*.

2) La période du confinement liée à la Covid-19 a dû jouer un grand rôle dans la création de ta chaîne Twitch !

C’est ça ! J’ai vu que Corentin Buti, membre du collectif PogScience, réalisait régulièrement des interviews avec des personnes liées au spatial. Ensuite, je me suis dit « J’ai envie de parler d’espace, de ce que j’aime et de le partager en direct ». Surtout avec le confinement, il y a eu ce manque de contact avec les gens et moins d’interactions directes. Comme je connaissais très bien la plateforme Twitch, je me suis lancée pour voir ce que ça donne. Ce qui me tentait le plus, depuis un bon bout de temps, c’était de faire des « lives » sur les lancements de fusées. De plus, il y a un côté très masculin dans le spatial, pas beaucoup de nanas faisaient ça, alors pourquoi pas essayer ? Maintenant, j’ai des connaissances scientifiques grâce à mon parcours et les gens ont plutôt l’air d’apprécier, donc c’est cool !

3) As-tu eu d’autres motivations pour te lancer dans l’aventure du streaming ?

L’objectif principal était de partager ma passion du spatial avec le plus grand nombre. Quand j’ai commencé, il y a trois ans, je voulais faire découvrir ce domaine à des personnes qui n’y connaissaient absolument rien. Je me suis rendue compte que les gens qui m’entouraient trouvaient l’astronomie et les lancements de fusées « cool » de temps en temps, mais en fait, ils n’en savaient pas plus. C’est comme si un mur séparait les personnes qui aiment l’espace et celles qui trouvent cela très compliqué. Je voulais vraiment prouver qu’en vulgarisant et en rendant ça plutôt simple, c’est accessible à tout le monde ! 

4) D’où te vient cette passion pour le cosmos ?

Ça vient d’une visite au Planétarium de Dunkerque. À ce moment-là, j’ai découvert le monde de l’espace et ça a été la révélation ! Depuis, j’ai toujours voulu travailler dans le spatial. À la base, je voulais devenir astrophysicienne, sauf que quand on se rend vraiment compte du milieu et que l'on fait des études de sciences, on se dit « Est-ce que c’est vraiment une bonne idée ? » *rire*. Je suis alors partie dans des études d’ingénierie. Maintenant, ce rêve est devenu plus concret avec mon cursus étudiant et ma chaîne Twitch.

5) Autres que tes « lives » de lancement de fusées, quels contenus peut-on retrouver sur ta chaîne Twitch ?

En ce moment, j’ai lancé quelque chose que je propose de plus en plus : des « papercrafts », des constructions en papier en forme de fusées, pour que les gens puissent accrocher ça chez eux, par exemple. Mais majoritairement, je fais une émission nommée « Mission Control », généralement tous les vendredis sur deux. En fait, je prends n’importe quel sujet, souvent lié à l’actualité du spatial. J’avais pu le faire avec Mars 2020, le nouveau « rover » de la NASA parti sur cette planète il y a quelques mois. Dans ce programme, je parle environ 1h30, puis je laisse la parole aux spectateurs pour qu’ils puissent s’exprimer également. Il y en a peut-être qui s’y connaissent sur le sujet, qui ont quelque chose à rajouter. Dernièrement, j’ai lancé les « Petites actus spatiales ». Je fais ça une semaine sur deux et j’essaye d’inviter quelqu’un de mon entourage ou réseau qui est très pertinent pour parler de ces actualités-là. Par exemple, j’ai récemment demandé à Daniel Chrétien, qui est l’un de mes meilleurs amis, d’intervenir. Il est blogueur et écrit des articles pour un journal spécialisé dans l’espace. Enfin, je fais aussi du gaming sur des jeux comme Kerbal Space Program ou Mars Horizon !

6) As-tu des conseils à donner pour les personnes qui souhaiteraient se lancer dans l’aventure du streaming sur Twitch ?

Se lancer « comme ça » sur Twitch, ce n’est pas facile ! Ce qu’il faut se dire, c’est que c’est composé d’une communauté de « gamer », à la base. Il y a une ambiance et des codes à connaître. Il faut se renseigner dessus, ainsi que sur le fonctionnement de la plateforme, des « lives » ou encore sur les streamers. Je pense à Mister MV, Antoine Daniel ou encore Zerator. Twitch, ce n’est pas YouTube ! Il faut avoir une interaction avec les gens, et c’est ce qui fonctionne ! Il y a un « chat », mais les spectateurs ont besoin qu’on leur parle directement. Des personnes préfèreront s’adresser à une caméra comme si elles filmaient et montaient une vidéo, et d’autres l’inverse. Aussi, la meilleure chose est de rester soi-même. Même si au fond on se créé un personnage au fur et à mesure avec notre communauté, il ne faut pas essayer de ressembler à quelqu’un d’autre. Sans oublier le principal : avoir un bon micro et surtout une connexion avec la fibre *rire*. On ne dirait pas, mais c’est véridique ! Pour la sécurité, il est important de se trouver des modérateurs car ça peut être compliqué parfois. Enfin, il faut s’amuser et ne pas se décourager !

7) Tu es membre du collectif PogScience. Peux-tu nous le présenter ?

C’est un collectif sur Discord, qui marche d’enfer et qui est très bien géré. Il y a quelques streamers principaux. Corentin invite chaque mardi un(e) expert(e) du spatial qui vient raconter son métier. Robin, créateur de l’émission web « Tout se Comprend », traite plus de la science généraliste sous un format conférence. Il reçoit également des invités et les spectateurs du programme débattent dans le « chat » autour du sujet abordé. Il y a aussi d’autres personnes qui interviennent de temps en temps dans le collectif. On commence à avoir du monde sur Discord, c’est cool ! Petite anecdote : Corentin a reçu dernièrement Romain Charles, qui était le support des astronautes à l’Agence Spatiale Européenne et qui s’est occupé de Thomas Pesquet pendant toute sa mission. Il est venu parler de ce qu’il a fait pendant ses années dans cette structure, et après, nous nous sommes retrouvés à jouer tous ensemble sur Among Us en stream ! Je ne sais pas si on arrivera à avoir un jour Thomas Pesquet sur ce jeu vidéo, mais il y a peut-être moyen *rire*.

8) As-tu des projets en cours ou à venir ?

Côté professionnel, je travaille sur un satellite étudiant qui s’appelle TOLOSAT. Je suis rentrée dans l’équipe début octobre. C’est un vrai satellite, sauf qu’il est miniature. Il devrait partir dans l’espace en 2024 ! Pour les prochains mois, l’arrivée du « rover » Mars 2020 en février et la prochaine mission Alpha de Thomas Pesquet vont être très importantes. Ce seront les deux gros événements de ma chaîne Twitch. Je vais aussi continuer de proposer des ateliers « papercrafts »  de fusées. J’aime beaucoup cette activité ludique, qui me permet de parler plus en détail de leur architecture et de leur fonctionnement. Surtout avec cette période, les gens sont souvent enfermés chez eux et ça leur fait faire des activités manuelles, c’est cool ! Ensuite, on peut parler de tout, un peu comme des amis. J’ai envie que les spectateurs se sentent bien et qu’ils ne soient pas jugés parce qu’ils manquent de connaissances sur un sujet, par exemple. C’est cette ambiance-là que j’ai envie d’instaurer sur ma chaîne.


Retrouvez Whitney sur ses réseaux :