Rencontre avec Ludovic Dolez cocréateur d'Ingeniosus et des kits archéo-créatifs : la médiation de l’archéologie à domicile

Publié par Dorine Salvignol, le 24 décembre 2022   640

On oublie souvent que l’archéologie est une science ! C’est la science qui étudie les humains et les sociétés au travers des vestiges qu’ils ont pu laisser. Ludovic Dolez et Ingrid Remer ont voulu mettre en avant cette médiation en créant leur entreprise Ingeniosus et leurs kits archéo-créatifs.

Une envie de liberté dans leur médiation

Créée en 2022, l’entreprise Ingeniosus est toute récente mais a été source d’une longue réflexion avant sa mise en place. Au vu de leur parcours d’études et professionnel, il n’est pas étonnant qu’une entreprise mêlant archéologie, sciences et médiation soit née :

"J’ai fait une prépa sciences suivie d’une licence en biologie. Par la suite, j’ai intégré un master en archéologie et fait une thèse mêlant archéologie et biologie. Du côté d’Ingrid, elle a fait une licence de lettres classiques, puis un master en archéologie. Nous nous complétons, tant d’un point de vue thématique que méthodologique."

C’est leur besoin de liberté et de se renouveler en proposant d’autres manières de faire de la médiation qui les a poussé à monter leur propre entreprise : 

L’idée est venue car on travaillait depuis un moment dans le milieu de la médiation. On voulait proposer une nouvelle approche, parler d’autres périodes et d’autres choses et ne pas être contraints.

Le but d’Ingeniosus est de faire découvrir de nouveaux sujets en archéologie. Pour cela, ils organisent des ateliers auprès de différentes structures comme des écoles, des musées ou encore des comités d’entreprise. Ces ateliers permettent de reproduire des objets d’inspiration historique en utilisant des matériaux et des techniques d’époque. Ils mettent en avant la justesse scientifique (oui, c’est possible même en archéologie) en dissociant les éléments factuels des interprétations et hypothèses. Ils veulent intéresser avec des activités ludiques :

Transmettre l’Histoire des femmes, des hommes et de la nature, par des expériences immersives.

De cette manière, leur concept correspond à tout le monde car il n’y a pas d’âge pour apprendre en s’amusant :

On a voulu tenter d’autres approches en médiation donc on s’est lancés à notre compte et comme on l’a dit on est complémentaire donc on peut partir sur plein de sujets différents. Tout a une histoire.

Vulgariser l’archéologie à domicile

Le confinement a été source d’inspiration pour les deux collaborateurs. En effet, ne pouvant plus faire leur métier de médiateur en présentiel, ils se sont demandés comment apporter directement la médiation chez les gens sans qu’ils aient besoin d’un professionnel à côté. C’est à ce moment que l’idée des kits archéos-créatifs a vu le jour. Ces kits sont des coffrets qui mettent, chacun, l’accent sur une période historique et une pratique artisanale associée.

Aujourd’hui, on compte 3 kits différents :

Parure construite grâce au kit archéo-créatif sur la Préhistoire
Blason créé grâce au kit sur le Moyen-Age avec de la peinture médiévale
Bourse en cuir orange et noire créé avec le kit archéo-créatif

On voulait que le public puisse le faire quand il veut depuis chez lui. Ils ont tout le matériel pour. C’est un mélange de do it yourself et d’activité culturelle.

Les créateurs des kits voulaient absolument faire leurs premières activités sur la Préhistoire, le Moyen-Âge et l’Antiquité car ces périodes sont assez différentes pour ne pas proposer des activités similaires. Toutefois, ils ne se limitent pas à des périodes : 

L’archéologie c’est 50 ans avant aujourd’hui donc on peut aller sur du récent.

Pour les idées d’activité présente dans les kits, ils se sont inspirés de ce qu’ils ont déjà pu mettre en place dans leurs ateliers de médiation et de leurs connaissances. Toutes les activités proposées ont été développées par eux. Le kit autour des bourses en cuir reste tout de même original aux activités que peuvent proposer d’autres médiation : 

C’est quelque chose qu’on voit rarement donc c’est intéressant de proposer des activités moins connues. Tant que ça donne envie aux gens d’apprendre des choses, allons-y! 

Ces kits sont construits de sorte à pouvoir être utilisés par des enfants. Le langage pour les notices est simplifié. C’est une activité parfaite pour une activité parents-enfants. Les adultes peuvent aussi faire ces activités car il n’y pas d’âge pour découvrir et apprendre.

Un projet vite mis sur les rails

Boîte contenant les kits archéo-créatifs

Il n’a fallu que 4 mois pour que les kits puissent être mis en vente. Le temps libre contraint par le confinement les a beaucoup aidés. Ils ont dû tout de même passer par différentes étapes avant d’arriver au bout. Tout d’abord, il a fallu bien mettre en place le concept des kits archéo-créatifs c’est-à-dire faire faire une activité de médiation en autonomie à qui le voudrait. Il a fallu aussi réfléchir aux activités qu’il serait possible de faire mener. Des activités assez simples pour qu’elles soient faites seules mais pas trop faciles pour rajouter du challenge. Une fois que leur activité est choisie, il faut regarder si elle est réalisable, si les matériaux souhaités peuvent être trouvables, pas trop chers, pas trop dangereux, possible à mettre dans les colis… Trouver les matières premières est parfois difficile car l’objectif est de découvrir l’artisanat ancien donc d’utiliser des matériaux et aussi des techniques de cette époque.

La quantité de travail est grande car ils ne sont que deux à gérer ce projet qui demande d’être vigilant aux détails. Leur envie d’être les plus fidèles aux réalités historiques les amène à devoir eux-mêmes concevoir certains produits présents dans les kits :

Par exemple, dans le kit parure, on trouve un perçoir en silex que l’on fait nous-même.”

Une médiation sans médiateur

Chaque kit créé contient chacun des matériaux nécessaires à la réalisation de l’objet ainsi que les outils d’époque utiles à la création, si besoin. On trouve aussi une notice d’explication qui comporte des éléments pédagogiques ainsi que le tutoriel pour la réalisation de son objet et un livret pédagogique. La création de ces livrets pédagogiques est la partie la plus importante. Ce sont eux qui remplacent le médiateur et qui fournissent aux utilisateurs tout le savoir lié à cette activité. On retrouve dedans la présentation du contexte historique et des matériaux utilisés. Il ne faut pas juste proposer des ateliers ludiques, il faut que ces derniers puissent faire découvrir une nouvelle époque historique, des manières de vivre, des coutumes, etc. La création d’un tutoriel pas à pas est elle aussi primordiale, car elle doit être simple tout en contenant toutes les informations nécessaires à la réalisation de l’objet.

De plus, les kits actuels ont beau être déjà en vente, les évolutions et changements sont constants : 

On modifie le texte de temps en temps, les visuels, le contenu pour que cela soit plus facile, les fournisseurs, etc. 

Les créateurs veulent proposer des kits de qualité. Ils sont ouverts à la remarque et au moyen d’améliorer leur projet. Ils demandent notamment l’avis de médiateurs et du tout public pour avoir des points de vue différents.

L’environnement et l’éthique dans la médiation

Le respect de l’environnement dans la création de ces kits est primordial. Ludovic Dolez a fait sa thèse dans ce domaine donc cela lui tient à cœur. Pour cela, ils essaient de créer leurs kits de manière locale. Les deux médiateurs veulent proposer des kits Made in France. Il y a de rares exceptions comme les perles de pierre utilisées dans la création de la parure. Elles viennent de Chine mais ils n’ont pas eu le choix : il n’y a aucun producteur en France, que des revendeurs. Toutefois, même si le produit n’est pas trouvable en France, si ce dernier est primordial dans la connaissance d’une période, ils ne peuvent pas passer à côté. Les pierres étant omniprésentes à la période préhistorique, ils ont dû en inclure. Certaines idées kits ont été abandonnées car ils ne pouvaient pas avoir certains produits sans passer par des matières peu naturelles et issus de productions étrangères :

On va regarder les choses dont les fournisseurs sont le plus proche possible en France ou à proximité. Si ce n’est pas possible, on regarde ce qui est le plus intéressant en termes de coût, de norme sociale et d’environnement.

Des matériaux d’époque à l’ère actuelle

Les matières utilisées dans les kits sont longuement réfléchies car ils souhaitent que leur kit soit éthique et local tout en gardant l’idée de respecter les techniques d’époque. Il y a des contraintes dans la sélection des objets qui vont composer les kits et permettre à l’activité de se faire. Lors de notre entretien, Ludovic Dolez a pu donner des exemples de difficultés rencontrées quant à la création de ces kits :

Par exemple, dans l'héraldique médiéval il y a une couleur particulière qui est faite avec du lapis lazuli. Aujourd'hui, c’est dur de trouver cette poudre, ça coûte un bras et demi. On n’a donc abandonné cette idée. On élimine tout ce qui n’est pas possible.

Pour le cuir de la bourse dans le kit sur l’Antiquité, nous avons choisi le cuir d’une entreprise française qui fait du tannage végétal, plus coûteux, mais qui limite son impact environnemental par rapport aux cuirs modernes classiques .

Autre exemple, le bois pour faire l’écusson du blason dans le kit du Moyen-âge est du contreplaqué car sinon le kit serait trop lourd mais il est de filière française et est découpé dans un entreprise située à Montpellier.

Où trouver ces kits ?

Ces kits sont disponibles sur le site internet d’Ingeniosus. On les retrouve aussi dans certains points de vente. Par exemple, dans des musées en lien avec l’archéologie comme 

le musée de l’Ephèbe à Agde ou dans certains sites touristiques en lien avec la médiation telle que la grotte de Clamouse. On peut aussi les trouver dans des lieux plus originaux comme la boutique de jeux de société Excalibur à Montpellier. 

Chacune des structures a un point de vue différent sur ce genre de kit. L’un le voit comme un réel moyen de découvrir et d’apprendre alors que l’autre voit le kit du côté ludique. Ils veulent aussi avoir des avis sur ce pan là car c’est important. Pour faire apprendre, il vaut mieux faire s’amuser les gens. 

La diffusion reste tout de même limitée :

On privilégie la qualité.

Ces kits intéressent déjà les musées et les écoles comme moyen de médiation. Ces derniers veulent proposer des ateliers sans animateur. Certains kits sont déjà adaptés en mallettes pédagogiques.

Les kits archéo-créatifs sont des outils de médiation scientifique innovants. Ils permettent d’apporter des connaissances à distance sans avoir besoin d’être auprès d’un médiateur. Cela étend la vulgarisation scientifique autour de l’archéologie à un public plus large. Le but est d’acquérir de nouvelles connaissances tout en s’amusant. Les kits archéo-créatifs semblent donc idéaux pour en apprendre plus sur l’histoire et sur les reliques que recèle notre monde.

Si vous souhaitez en savoir plus sur Ingeniosus et vous procurer les kits archéo-créatifs, n'hésitez pas à vous rendre sur le site internet de l'entreprise.

Crédit images : Ingeniosus