Plutôt que de regarder les étoiles, pourquoi ne pas les manger ? Entre dégustation, astronomie et vulgarisation, rencontre avec Frédéric Pitout.

Publié par Camille Wattecamps, le 13 décembre 2020   320

Xl fr d ric pitout photo pour article

Article rédigé par Camille Wattecamps, dans le cadre de la série "Portraits de bénévoles"

Astrophysicien et planétologue à l'IRAP (Institut de Recherche en astrophysique et planétologie) de Toulouse, Frédéric Pitout est aussi passionné de vulgarisation. Son but : faire connaître l’astronomie au plus grand nombre. Pour cela Frédéric Pitout a proposé des initiatives plutôt atypiques. 

Une médiation à destination des scolaires : pallier le manque de formation des enseignants.

« J’ai commencé à répondre à des sollicitations, souvent pour des conférences. » explique Frédéric Pitout quand on lui demande ses premiers pas dans la médiation. Mais l’astrophysicien s’est vite tourné vers d’autres formes de médiation et de vulgarisation afin de toucher un public plus large.  Dans la revue Les Cahiers Clairaut il écrit des articles de vulgarisation scientifique à destination du corps enseignant qui souhaite faire découvrir l’astronomie à ses élèves. Cette initiative s’accompagne d’interventions en milieu scolaire, de la primaire au lycée, afin de pallier le manque de formations en astronomie des enseignants, une matière présente dans les programmes.

Mais l’astrophysien a en tête de pousser plus loin la vulgarisation et la médiation afin de toucher un public plus varié, et en particulier toucher des personnes qui n’ont pas accès à des lieux de culture scientifique, ou qui ne s’y seraient tout simplement pas rendues spontanément.

 

Mieux formé pour mieux vulgariser  

Afin d’être davantage armé pour la médiation au grand public, Frédéric Pitout s’est inscrit à 2 ans de formation à distance délivrée par le CNAM qui l’a formé à la médiation des sciences. « Je n’avais aucun bagage en vulgarisation et en médiation. Je me sentais légitime à parler d’astronomie, mais est-ce que cela me donnait la légitimité à parler à tout public d’astronomie. J’ai voulu faire les choses bien» explique-t-il. Cette formation théorique vise les professionnels à pouvoir répondre aux demandes en médiation ou en organisation d’évènements culturels et scientifiques. Grâce à cette formation, Frédéric Pitout a pu acquérir des bases théoriques et des principes de réflexion qui lui ont permis de prendre du recul sur les différentes techniques de médiation, et de se sentir plus armé pour aborder différents publics.

 

Plutôt que de regarder les étoiles, pourquoi ne pas les manger ?

 Ces réflexions se sont concrétisées avec le lancement d’ateliers qui visent à toucher un public plus divers. Ainsi, il a collaboré avec une pâtisserie : une boutique que nous sommes tous amenés à visiter de temps en temps, et avec grand plaisir. C’est donc avec une amie pâtissière que Frédéric Pitout a décidé de monter les ateliers de « L'astronomie pour les gourmand.e.s ». Les gourmands venaient pour 1h d’atelier. Après avoir choisi une constellation, le groupe réalisait le nombre d’étoiles correspondant en sablés. « Ils faisaient la pâte et pendant qu’elle cuisait, j’expliquais ce qu’il y avait derrière la constellation, les distances des étoiles, les couleurs, etc… », raconte l’astrophysicien. Petits et grands étaient alors amenés dans un cadre décontracté et découvrir des notions d’astronomie.

« L’idée dernière cet atelier était d’attirer les gens qui ne se sentent par forcément à l'aise dans une conférence. La pâtisserie c’est ouvert à tous. », explique t-il. Selon l’astrophysicien, trois choses sont importantes pour une médiation et une vulgarisation réussie : premièrement une activité ludique, deuxièmement un nombre de personnes raisonnable afin d’avoir un échange avec le public, et troisièmement avoir réussi à regrouper un groupe le plus éclectique possible.


Photographie de l'atelier "L'astronomie pour les gourmand.e.s", 8 décembre 2018


« Tout l'Univers dans un verre de vin »

Toujours autour de la dégustation, Frédéric Pitout a également organisé des ateliers autour de l’œnologie, nommé « Tout l’Univers dans un verre de vin », tenu à l’Eurêkafé dans le centre-ville de Toulouse. C’est un autre type de public, peu d’enfants cette fois-ci, comme on s’en doute… Mais une activité toujours plaisante pour discuter d’astronomie autour d’un bon verre de vin ! Noms de domaines ou noms de vin qui évoquent l’astronomie , c’est dans une ambiance totalement informelle que l’astrophysien partage sa science des étoiles. « Tout en dégustant ces vins-là on amène des notions d’astronomie, on discute des étoiles, d’aurores boréales, etc… » se souvient-il.

Pour Frédéric Pitout, le but maintenant serait d’arriver à toucher des personnes hors des villes, pourquoi pas en se rendant dans des domaines viticoles. Alors, en attendant la fin du confinement, à votre santé !

Photographie de l'atelier "Tout l'Univers dans un verre de vin",  20 novembre 2019