Le Pique-nique de 2030 de Simon Carlier

Publié par Quai des Savoirs, le 1 octobre 2020   680


Dans le cadre de l'expo-game sur l'alimentation du futur "Code Alimentation" du Quai des Savoirs (18/12/19 - 6/09/20), trois chefs toulousains vous proposent leur vision du panier de pique-nique de demain.

Comment appréhender les contraintes liées à la préservation des ressources, tout en proposant des mets goûteux et une cuisine créative qui relie la terre à l'assiette ?

Simon Carlier, chef du restaurant "Solides" à Toulouse, nous répond à travers le plat qu'il a choisi de préparer pour illustrer le pique-nique de 2030, en direct depuis sa cuisine.


Faire la cuisine cela représente quoi pour pour vous ? 

Simon Carlier : C'est tout d'abord un retour à mes origines puisque je suis né dans un restaurant, ma grand-mère paternelle était aussi une remarquable cuisinière, elle comme mes parents produisaient leur propres produits, d'où un rapport très tôt avec l'excellence des fournisseurs. Ensuite c'est bien évidemment une notion de plaisir et de faire plaisir pour procurer une émotion chez l'autre. Enfin c'est un métier de transmission avec une richesse de techniques et de savoir-faire incroyable qui doit être un lien de génération en génération en s'améliorant sans cesse. 

Comment imaginez-vous vos approvisionnements dans les années à venir ?

Simon Carlier : Le local prend une part de plus en plus importante car il permet un dialogue direct au-delà des préoccupations écologiques. De plus les gens recherchent des saveurs nouvelles qui n'ont pas besoin de provenir de l'autre bout du monde. Des races et des variétés locales remises sur le devant de la scène permettent un ancrage dans notre terroir et cela parle aux gens. 

Comment voyez-vous votre métier dans 10 ans ?

Simon Carlier : J'espère que des politiques seront menées pour permettre à nos filières d'excellence de continuer à exister sans que ce métier continue d'être autant chronophage. Il faut favoriser l'emploi dans notre secteur où nous avons besoin de beaucoup de main-d’œuvre pour opérer. Je l'espère accessible avec un lien plus fort entre tout les acteurs, du client au restaurateur. 

À quoi ressemble selon vous le pique-nique de 2030 ?

Simon Carlier : Il sera je pense plus végétal, plus local avec un retour à des choses et plaisirs simples. Des bocaux de qualité, de belles salades, des infusions, un bon vin nature, moins de produits industriels, un sourcing local. Il y aura peut-être moins mais mieux dans les baluchons. Il devra aussi être responsable en terme de déchets. 

Avec le confinement, l'alimentation est revenue au cœur de nos préoccupations. Quelles réflexions cela vous inspire-t-il ? 

Simon Carlier : Les gens se sont mis à cuisiner et comprennent peut-être un peu mieux les enjeux et les coûts d'une alimentation saine. Il faudrait plus de temps à chacun pour pouvoir continuer un peu sur cette voie. Si l'alimentation devient une préoccupation forte chez les individus, c'est tout un tissu économique, sanitaire et social qui s'en portera mieux.


Pour aller + loin :

interviews, podcasts, vidéos YouTube ... : retrouvez l'ensemble des ressources numériques autour de "Code Alimentation" dans notre dossier spécial !