Le cycle de vie des objets expliqué par Watty

Publié par Clara Philippe, le 11 mars 2022   380

Le saviez-vous ? Nos téléphones voyagent plus que nous avant d’arriver entre nos mains. Et le cycle de vie de nos écrans n’est pas sans impact sur l’environnement. Cela a fait l’objet de certains ateliers 2 du programme Watty à l’école dans les Pyrénées orientales.

 « Le cycle de vie des objets », kézako ?

Lors des deuxièmes ateliers, l’objectif était de donner un maximum d’idées aux élèves pour participer au concours Watty sur la thématique « Du clic au déclic, moins d’écran pour l’environnement ». Nous avons pu aborder avec les élèves de CE2/CM1 le cycle de vie des objets, et découvrir la thématique de la pollution numérique avec les CM2.

Après un rappel sur ce que nous avons vu durant les ateliers 1, nous introduisons ensemble la thématique de la séance que nous allons faire ensemble, à savoir la vie cachée de nos objets :

  • Que se passe-t-il pour nos téléphones avant leur achat dans le magasin du coin ?
  • Est-ce que les différentes étapes de sa vie ont un impact sur l’environnement ?

Les élèves ont l’occasion de réfléchir rapidement en autonomie ou en groupe, sur leur ardoise ou leur cahier de brouillon, pour essayer de deviner toutes les étapes qui existent dans la vie de nos écrans. Ainsi, après avoir mobilisé des connaissances, les élèves visionnent un court film de l’Agence de la Transition écologique « Le cycle de vie d’un objet, qu’est-ce que c’est ?»

Une fois le retour collectif de réalisé, nous prenons le temps de répondre aux interrogations que la vidéo a suscité. L’atelier se poursuit à l’oral avec les différentes étapes du cycle de vie de l’objet à savoir :

  • l’extraction des matières premières,
  • le transport,
  • la fabrication,
  • le transport à nouveau,
  • la distribution,
  • l’utilisation
  • la valorisation ou la fin de vie de l’objet

Rien de mieux qu’un jeu de rôle pour mieux comprendre

Au cours des précédents échanges, j’ai distribué à huit élèves des pancartes qui représentent les différentes étapes. Ils ont alors chacun.e.s un rôle à jouer dans le cycle de vie de l’objet. Je leur demande de s’organiser : ils doivent se replacer dans l’espace et me reconstituer de manière visuelle ce cycle. Une fois qu’ils ont trouvé une organisation qui leur convient, je leur pose quelques questions sous forme de quizz, comme par exemple « Qui selon vous est la personne qui émet le plus de CO2 au cours du cycle de vie des objets ? » :

  • M. de l’école primaire de Sainte-Marie-la-Mer pense que c’est durant l’extraction des matières premières, puisqu’on a besoin de grosses machines qui vont creuser profondément sous terre.
  • T. de l’école primaire de Trouillas pense que c’est lors du transport car les cargos, avions, camions rejettent beaucoup de CO2.
  • Pour E. de l’école primaire, c’est lors de l’utilisation puisque c’est le moment où on le recharge, et où on a donc besoin d’utiliser beaucoup d’électricité.

Finalement, la bonne réponse est que c’est durant la phase de fabrication que nos objets polluent le plus. Les élèves ont alors pu se rendre compte qu’avant de les trouver dans nos magasins, nos objets ont une vie cachée énergivore qui n’est pas sans impact sur l’environnement. D’ailleurs, beaucoup ne croyaient pas qu’avant d’arriver entre nos mains, un téléphone fait en moyenne 4 fois et demie le tour de la Terre !!

Mais ça n’a aucun sens, nos téléphones voyagent encore plus que nous !!

s’exclame M. à Perpignan. Pour T. de Sainte-Marie-La-Mer, tout s’explique;

Aaah, mais c’est pour ça que notre téléphone peut nous emmener partout avec l’application, c’est qu’il a déjà fait le tour du monde avant !

Une fiche support pour ancrer ce qu’on a évoqué à l’oral

Nous continuons l’atelier par la réalisation de la fiche support, pour que les élèves gardent une trace écrite de tout ce que nous avons évoqué durant la séance.

Qu’est-ce que je peux faire à mon échelle ?

Nous terminons l’atelier sur les écogestes à adopter en ce qui concerne l’utilisation de nos écrans.

En fait, si on laisse nos vieux téléphones dans une boîte dans le
garage, on pollue quand même car il faut à nouveau aller chercher des
matières premières à l’autre bout du monde, le fabriquer, et le
transporter jusqu’à nous

explique V. de l’école primaire de Corneilla-de-Conflent.

Les élèves repartent à la maison avec plein d’idées de réalisation pour le concours artistique.

On va pouvoir montrer nos talents artistiques, et expliquer des bons gestes à faire autour de nous !

 conclue T à Perpignan. J’ai hâte de découvrir les réalisations !

Rendez-vous le 15 avril pour l’annonce des résultats régionaux et le 27 avril pour l’annonce des gagnants nationaux !