De l’importance de l’esprit critique : rencontre avec Neset Mandi, bénévole pour Science Animation

Publié par Science Animation, le 2 mars 2021   110

Xl ekygfehwaaengpm

Article rédigé par Linsey Yvette Mouatcho, dans le cadre de la série "Portraits de bénévoles"

Animé par la satisfaction de comprendre et de transmettre, Neset Mandi s’est dès l'enfance passionné pour les sciences en générale. C’est lors de son arrivée à Toulouse, il y a près de 20 ans, qu’il a vu cette passion s’épanouir. Toulouse, véritable capitale culturelle à ses yeux, lui a permis de participer à des conférences aussi bien en tant que spectateur que conférencier.

Tour d'horizon sur ses engagements associatifs

Neset Mandi est le secrétaire de l'association Science Animation depuis bientôt 2 ans où il valide le fonctionnement de l’association. Avant cela, il a été membre consultant pour l'association pendant près de 9 ans. Cela consiste, entre autres, à discuter des sujets à aborder ou encore de faire le bilan d’évaluation à la suite d’une exposition. 

Il est également membre d’autres associations comme Aldéran où il est directeur du cercle de zététique. En France, cette discipline a été initiée par le bio-physicien Henri Broch, chercheur à l'université de Nice Sophia-Antipolis. Elle s’attache à démystifier des phénomènes dits surnaturels, parapsychologiques et paranormaux.

La satisfaction de comprendre et de transmettre, terreau de sa passion pour la science

Sa passion pour la science débute au lycée et devient décisive lorsqu’il devient jeune adulte grâce au magazine de vulgarisation scientifique Pour la Science. Ce magazine a joué pour lui le rôle de transmission grâce à ses journalistes ayant une casquette de scientifiques à part entière. Son amour pour la science naît donc d’une démarche personnelle, qui trouve par la suite un environnement favorable avec Toulouse, levier dans son cheminement scientifique.

Neset se dit attaché aux connaissances validées et au passage de la controverse scientifique au consensus scientifique. Un exemple de controverse notable selon lui est celle sur le réchauffement climatique. Il y a 20 ans, le lien entre les activités humaines et le réchauffement climatique n’était pas évident. Ce lien est devenu un consensus scientifique depuis les rapports successifs du GIEC. Aujourd'hui, nier les rapports du GIEC relève de l'obscurantisme climatique.

Toulouse, là où tout s'est concrétisé

Quai des savoirs, établissement hébergeant Science Animation à Toulouse (© Patrice Nin)

Lors de son déménagement à Toulouse en 2002, Neset a constaté un activisme marqué pour la médiation scientifique et a été pris dans ce courant. À force de participer aux conférences, aussi bien en tant que spectateur que conférencier (sur les thèmes de la zététique ou encore de l’astrophysique), il s’est laissé entraîner dans un bouillon culturel nous dit-il. C’est ainsi qu’il a commencé par adhérer à la Société d’Astronomie Populaire (SAP) à Toulouse. 

C'est lors d'un déjeuner dans la cantine du pôle météo de cette association qu'il fait la rencontre d'Olivier Moch, alors président de Science Animation. C’est seulement à l’occasion d’une Découvrade (NDLR : cycles de conférences-débats Arts et Sciences proposés au grand public par Science Animation, en partenariat avec Météo France), dont se passionne Neset, qu’ils ont tous deux constatés qu’ils partageaient une même sympathie pour les mêmes thématiques. C’est ainsi que Neset Mandi a rejoint Science Animation.

Objectif chez Science Animation : entretenir l'esprit critique

Apporter et entretenir l’esprit critique, tels sont les objectifs de Neset chez Science Animation. Pour cela, il exploite son bagage en zététique pour transmettre cet art du doute et ainsi combattre le complotisme. Selon lui, ce combat contre l’obscurantisme à l’aide de la zététique n’est possible que dans des régimes démocratiques où la science n’est soumise à d’autres objectifs que la recherche de la vérité. Par vérité, il entend le meilleur modèle du monde à un instant donné. 

Il ajoute que ce combat ne peut s’épanouir dans un régime politique religieux en ce sens que les religions étant des croyances, elles ne relèvent pas du domaine scientifique. Le risque étant que la religion vienne orienter les questions que la science devrait se poser comme ça a pu être le cas avec le créationnisme américain. Il précise que la science ne s’occupe que du vrai, du faux et de l’indéterminé. Pour autant, sur le plan individuel, sciences et croyances peuvent ne pas être incompatibles comme le précise le principe NOMA du paléontologue Stephen Jay Gould, puisqu’elles ne sont pas soumises aux mêmes contraintes. Par exemple, les croyances ne sont pas objectivables à la différence de la science, nous explique Neset.

Dessin du caricaturiste Rod Emmerson

Comme la zététique, la démarche scientifique est pour Neset l'ennemi résolu du complotisme. Et cela, à condition qu'elle soit particularisée avec des outils intellectuels comme l'art de débattre. Malgré la nécessité d'outils intellectuels, l'esprit critique n'est pas lié à l'instruction. Pour preuve, Neset donne l'exemple du prix Nobel de médecine Luc Montagnier, co-découvreur du virus du  SIDA et qui est devenu militant anti-vaccination, sur ces dernières années. L'esprit critique mobilise surtout d'autres aspects de la mentalité humaine comme l'attachement au doute et le dépassement de ce doute. 

Cet attachement à l'esprit critique, Neset l'apporte à Science Animation mais l'y retrouve également. Pour lui, l'association a su se positionner ouvertement sur des combats comme le complotisme. Il cite l'exemple du discours inaugural de la fête de la science 2018 par Olivier Moch qui incite à "réfléchir par soi-même" ou encore d'Instant Cult (NDLR : compte instagram à l'attention des jeunes  et tenu par Science Animation dont l'objectif est de décrypter la pop' culture) où il est question "d'explorer l'univers".

Les Découvrades, véritables fabriques à souvenir

Neset est un grand passionné des Découvrades, lieu de sa rencontre avec Science Animation. Ces Découvrades sont pour lui le reflet de l'aspect multithématique de l'association. Les plus marquantes étant pour lui celles sur le progrès en 2015 intitulée « Les progrès ? Le progrès ? »  et celle sur la mémoire en 2014 intitulée « Mémoire, Mémoires »

Il se passionne également pour les expositions de Science Animation qu'il estime particulièrement réussies dans un contexte difficile. Il a été particulièrement marqué par celle portant sur l’univers sonore (« Electrosound») à l’espace bazacle de Toulouse en 2018-2019.

Les croyances, les jeunes et science animation

Tout individu a ses croyances. En fonction de leur importance, il est possible de les réviser en présence d'informations, affirme Neset. Mais sur le plan psychologique, ça n'est pas toujours chose facile car l'individu associe ses croyances à sa personnalité ; il en est fier et a de la difficulté à y renoncer. Or, les jeunes sont plus plastiques, aussi bien sur le plan neuronal que temporel puisque leurs croyances sont moins ancrées ; ils ont la possibilité de se ressourcer avec internet. Dans un environnement non coercitif et en présence d'informations, les jeunes sont amplement capables de réviser leurs croyances et d’évoluer vers des connaissances. C'est pourquoi Neset estime que Science Animation doit continuer à s'intéresser aux jeunes  pour enrayer le complotisme et faire rayonner la culture scientifique et technique.

Plus d'infos :

Basé à Toulouse et Montpellier, Science Animation développe et anime des lieux, des événements, des communautés et des projets pour rendre accessibles à tous les sciences, les techniques et les innovations. 

Réseaux sociaux de l'association : Facebook, Twitter, Instagram, Youtube

Visuel de couverture : Malik Ghallab (à gauche), Neset Mandi (au centre) et Juan Jimena (à droite) lors de la conférence « Les machines peuvent-elles prendre des décisions ? » le 8 juin 2017. Cette conférence a eu lieu dans le cadre du cycle 2016-2017 des Découvrades sur le  thème « Choix et décision. Vivre c’est choisir, agir c’est décider ! »