D’étudiante à médiatrice scientifique - Manon Herranz, bénévole pour Medios

Publié par Zacharie Tazrout, le 12 février 2019   610

Xl dsc 0082

La médiation scientifique désigne une multitude de pratiques et d’approches qui partagent toutefois une même vision : celui de connecter le monde des sciences au reste de la société. Le métier de médiateur scientifique reste aujourd’hui très peu connu du grand public. Cela a longtemps été le cas pour Manon, qui n’avait aucune idée de ce que pouvait être ce métier. Sa rencontre avec Medios, un soir de novembre 2017, va changer à tout jamais sa vision de la médiation.

Le bénévolat comme une évidence

Depuis toute petite, Manon baigne dans le monde associatif : l’ensemble des membres de sa famille est au moins bénévole dans une association, qu’elle soit scientifique, artistique ou sportive. Logiquement, elle suit la voie du bénévolat : elle oeuvre pour plusieurs associations, que ce soit au collège ou au lycée. Pour Manon, le bénévolat est un moyen de se relaxer après les cours, de faire autre chose que de “gratter du papier toute la journée”.

Au lycée, elle se découvre petit à petit une passion pour la biologie, sa matière préférée. Arrive la Terminale et la terrible épreuve du baccalauréat mais aussi celle de l’orientation post-bac. Elle opte pour l’université avec peu de convictions mais avec la certitude de faire ce qui lui plaît : étudier la biologie. Sa première année se passe sans encombre et la voici en seconde année. Elle entend parler d’une association qui vient de se former : il s’agit de Medios, l’association de médiation scientifique du Master ACCES (Animation, Communication, Culture, Enseignement en Sciences). Le sujet reste très vague pour Manon, mais, piquée par la curiosité, elle décide de rencontrer les membres de l’association lors de leur Café-Projet hebdomadaire.Une réunion-détente avec les différents membres de l’association où l’accès est libre à tous.

D’observatrice à médiatrice

En se rendant au Café Projet, elle rencontre plusieurs membres actifs de l’association qui lui expliquent plus en détail le concept de Medios. L’association a pour but que les étudiants du master ACCES puissent pratiquer le métier de médiateur scientifique. Manon pense alors ne pas pouvoir adhérer à l’association, ne faisait pas partie du Master en question mais elle se trompe.

On lui propose dans un premier temps de venir voir comment se déroule une animation pour l’association. De fil en aiguille, elle prend du plaisir à regarder les étudiants du master sensibiliser les gens autour des sciences. Et un beau jour, c’est à son tour de se prêter au jeu de la médiation scientifique : accompagnée d’un membre plus expérimenté, elle se lance dans l’animation de plusieurs activités. A la fin de la journée, comme d’une évidence, Manon semble avoir trouvé sa voie : “Je suis tombée amoureuse de la médiation scientifique.”

Tout s’enchaîne par la suite. Elle prend part aux différents “Défis Medios” qu’organise l’association en tant que jeune apprentie médiatrice. Le but de ces défis : amener la science là où on ne l’attend pas sous la forme d'événements avec un sujet défini à l’avance. C’est aussi faire comprendre au public que la science est présente partout au quotidien. Elle prend en charge plusieurs “Défis Medios” dont un sur la mitose (la division cellulaire) qui lui tient à cœur : “On demandait aux gens de mimer les chromatides qui se divisent pendant la mitose. C’est vraiment le but : que les gens soient impliqués à 100% dans l’animation”.

L’année 2018 débute, et dans la continuité de 2017, Manon continue à donner de son temps et de son énergie pour Medios lors d’autres événements. L’association prend en compte les fêtes du calendrier pour en faire des animations. A Noël, Manon se retrouve alors à expliquer aux passants du marché de Noël de Montpellier comment le chocolat se conçoit ou comment les animaux se protègent du froid en hiver. Manon prend de plus en plus de plaisir et d’assurance.

La médiation en ligne de mire

Pendant plus d’un an, Manon s’est épanouie grâce à Medios : “C’est une association qui reste très bon enfant tout en restant sérieuse. [...] J’ai découvert un métier. Je rencontre du monde, je me crée un réseau. Et ça m’apporte humainement. J’en apprends tous les jours dans des domaines où je n’étais pas si à l’aise.”

Aidée par les plus “anciens” de l’association qui gardent encore contact avec cette dernière, elle apprend, innove. Comme un jour, où, au cours d’un “Défi Medios” dans les quartiers sensibles de Montpellier, elle se retrouve avec quatre jeunes au lieu de la quarantaine qui était prévu à la base : “Au final, c’est bénéfique. Les enfants sont restés avec nous tout l’après-midi et ils étaient très intéressés. Ils ont cherché à comprendre, à s’amuser”. Manon Herranz prend du plaisir, transmet sa passion pour les sciences.

Aujourd’hui, Manon est en troisième année de licence en biologie, écologie et sciences de la terre à l’université de Montpellier et souhaite s’orienter l’année prochaine vers le Master ACCES. Elle continue à œuvrer pour Medios et son prochain défi se réalisera en maison de retraite. En collaborant chaque jour pour cette association, elle espère ainsi, telle une chenille tissant son cocon pour devenir un papillon, se métamorphoser d’étudiante à médiatrice scientifique.


Plus d'infos :

Medios est une association montpelliéraine et étudiante de vulgarisation scientifique


Medios>> D'autres portraits à découvrir