20 mg de sciences in situ : Favoriser les échanges de nutriments entre les plantes et les bactéries

Publié par Morgane Bouterre, le 19 juillet 2018   1.9k

Première diffusion le dimanche 2 novembre 2014 sur Campus FM Toulouse. (94 MHz)


Les mycorhizes résultent de l’association de symbiotique entre des champignons et les racines des plantes.

Cette symbiose permet à la plante de bénéficier des minéraux et d’eau drainés par les longs filaments du champignon, en échange de glucides (sucres) rétrocédés par la plante, qui les produit par photosynthèse. Les sols sont plus structurés, et les racines des plantes plus étendues. Certaines bactéries peuvent aussi vivre en symbiose avec certaines plantes, en échangeant de l’azote, de l’engrais pour la plante, contre des sucres.

La jachère et la rotation des cultures permettaient autrefois de favoriser cette symbiose, et permettait d’un apport d’engrais fourni par les plantes.

Véréna Poinsot, directeur de recherches au laboratoire des IMRCP (CNRS Toulouse), travaille sur les molécules échangées par les bactéries, les champignons et les plantes pour « discuter ». Ces messagers chimiques sont à l’origine des processus symbiotiques. En identifiant les morceaux d’ADN qui codent pour ces messagers chimiques (pour l’émission et la réception du message), on peut envisager de les inclure dans le matériel génétique d’autres plantes pour les aider à communiquer et mettre en place des associations symbiotiques avec les bactéries.  Il en résultera un apport accru d’azote et donc un moindre besoin en azote…

A l’opposée des idées reçue sur les OGM, et des pratiques aliénantes de grandes multinationales voulant écouler leurs stocks d’engrais et de pesticides, les travaux de Véréna Poinsot appliqués à des plantes « rustiques » ont pour objectif de redonner vie aux sols cultivés et de limiter les apports en engrais et en eau.

Interview : Cédric Olivier Turrin / Mise en onde : Thomas Delafosse


Plus d'infos :

  • Le Laboratoire des IMRCP
  • FAO (sections biodiversité et biotechnologies)
  • M. Guillou et G. Matheron : 9 milliards d’hommes à nourrir, François Bourin 2011
  • A. Euzen, L. Aymard, F. Gaill : le développement durable à découvert, CNRS éditions, 2013