20 mg de sciences in situ : Des nano-aimants pour traiter les tumeurs

Publié par Morgane Bouterre, le 24 juillet 2018   200

Xl ferromagnetism 2262296 960 720

Première diffusion le dimanche 19 octobre 2014, campusfm (Toulouse, 94 MHz). Image de bannière : doctor-a (Pixabay, CC)


Certaines nanoparticules magnétiques (nano-aimants) soumises à un champ magnétique haute-fréquence peuvent dégager jusqu’à 2000 Watt par gramme (autant que 4 fers à repasser). Cette propriété dépend beaucoup de la taille de la nanoparticule et de la nature des atomes qui la composent.

Si d’infimes quantités de ces nanoparticules sont injectées dans un site tumoral, l’exposition de la tumeur à un champ haute-fréquence permet d’élever la température de la tumeur à  43°C, température à laquelle les cellules sont plus sensibles aux chimio- et radio-thérapies.

Julian Carrey, chercheur au Laboratoire de Physique et Chimie des Nano-Objets (LPCNO), étudie les propriétés magnétiques de nanoparticules de fer ou d’oxyde de fer, pour optimiser ces propriétés d’hyperthermie. Ses travaux de recherche se font en étroite collaboration avec des chimistes qui synthétisent ces nanoparticules et des biologistes qui testent ces nanoparticules sur cellules.

Nanoparticules d’oxyde de fer


Interview : Cédric Olivier Turrin / Mise en onde : Thomas Delafosse