20 mg de sciences in situ : Les matériaux commutables

Publié par Morgane Bouterre, le 18 juillet 2018   640

Xl slide0002 image004

Première diffusion le dimanche 18 mai 2014 sur CampusFM Toulouse. Image d'illustration - matériau bistable émettant de la lumière lorsqu’il est chauffé (le fil fait quelques dizaines de nm d’épaisseur)


Une molécule commutable existe sous deux états parfaitement définis, avec des propriétés différentes pour chaque état. En fonction de la nature de la molécule et de ses propriétés, la commutation, c’est-à-dire le passage d’un état à l’autre, peut être déclenché par différents stimuli qui modifient l’environnement de la molécule (signal électrique, différence de pression, modification de la température ou de la lumière…). Les matériaux moléculaires commutables sont composés de ces molécules commutables, où elles sont suffisamment bien « rangées » les unes à côté des autres pour commuter ensemble. Le matériau possède ainsi les propriétés des molécules qui le composent et il peut lui aussi commuter si on lui envoie le stimulus adapté.

Luminescence thermo-induite de molécules commutables sur une surface. Chaque point mesure quelques dizaines de nm de diamètre.

Gabor Molnar, directeur de recherches au CNRS, et José Sanchez Costa, chercheur post-doctoral, travaillent tous les deux dans l’équipe « matériaux moléculaires commutables » au laboratoire de chimie de coordination. Ils conçoivent des molécules commutables et les organisent dans des matériaux ou des systèmes électroniques en contrôlant leur disposition à l’échelle du nanomètre. Ces recherches ont par exemple permis de mettre au point des peintures pour la délimitation de terrains de sport qui changent de couleur.

Oscillations d’une molécule commutable entre deux états.

Inteview : Cédric Olivier Turrin / Mise en onde : Thomas Delafosse

Plus d'infos : 
Le laboratoire de Chimie de Coordination