Conférences

L'exploration de Mars à Decazeville

L'exploration de Mars : du rêve à la réalité ?

Conférence de Camille Gontier, ingénieur et membre de l'association Planète Mars

Depuis 1965 de nombreuses sondes automatiques ont survolé Mars, ont été placées en orbite ou se sont posées sur la Planète Rouge. Nos connaissances sur ce nouveau monde ont fortement progressé. Mars, la planète « désert », a connu dans son lointain passé des conditions plus clémentes avec des océans et des lacs, et une atmosphère plus épaisse. La vie y est peut être apparue. Aujourd’hui la planète a une atmosphère raréfiée mais active, des calottes polaires de glace d’eau et de dioxyde de  carbone. Des écoulements sporadiques y ont été détectés récemment et l’activité volcanique n’a cessé que depuis quelques dizaines de millions d’années.

L’exploration du système solaire et de Mars en particulier, à terme par des hommes,  est importante pour la science (compréhension du « fonctionnement » des planètes, recherche des origines de la vie), la technologie (robotique, sources d’énergie, recyclage), la coopération mondiale et la dynamisation de nos sociétés. A plus long terme la question est de savoir si l'homme pourra devenir une espèce multiplanétaire.

Depuis une cinquantaine d’années les projets et scénarios de voyage aller retour pour un équipage d’astronautes se succèdent et s’affinent. Les technologies sont probablement plus mûres qu’elles ne l’étaient lorsque le président Kennedy décida les missions lunaires Apollo. Mais dans l’état actuel de nos connaissances l’aller et le retour demandent 6 mois, auxquels il faut ajouter 500 j sur place.

En attendant l’arrivée de l’homme, l’exploration robotique continue. trois sondes américaines, deux européennes et une indienne tournent autour de la planète. Le gros rover Curiosity qui s’est posé avec succès sur Mars en 2012, est venu ajouter ses énormes capacités d’exploration à celles du petit rover Opportunity en fonction depuis 13 ans. Curiosity opère dans le cratère Gale, un cratère vieux de 3,6 milliards d’années qui a eu une histoire géologique mouvementée. Sa montagne centrale de plus de 5000 m porte la trace de nombreux dépôts sédimentaires. Des vallées d’écoulement en descendent. Elles vont constituer l’objectif à long terme du nouveau rover américain. Celui-ci a déjà découvert des alluvions en provenance d’une ancienne rivière qui entaille les remparts du cratère Gale à quelques dizaines de kilomètre au Nord de sa position actuelle. Curiosity n’est pas équipé pour détecter la vie mais est capable de déterminer la composition des molécules qu’il trouve dans les roches et sables qui l’entourent. Ainsi il pourrait mettre en évidence les signes indirects d’une vie passée ou présente. La France participe à l’opération car des laboratoires nationaux ont contribué à deux instruments d’analyse importants du rover, SAM et Chemcam

Sur Terre,  pour préparer les différentes étapes de la grande aventure de l’exploration humaine de la planète les agences spatiales et d’autres organismes, dont la Mars Society, conduisent déjà des opérations de simulation qui visent à mettre des équipages dans des conditions proches de celles d’une exploration martienne.

 

Biographie du conférencier : 

Membre d'Association Planète Mars (APM) depuis plusieurs années, Camille Gontier est passionnépar les possibilités de l'exploration martienne. Il a participé, en février 2015, à une mission de simulation de vie martienne de quinze jours dans le désert de l'Utah (MDRS 164), où il a travaillé à de nombreuses expériences scientifiques. Ingénieur diplômé de Supaéro, il travaille actuellement comme ingénieur d'études à Airbus Defence & Space, à Toulouse ; il a également une formation en neurosciences, et s'intéresse particulièrement aux liens qui existent entre l'ingénierie spatiale, les neurosciences et la psychologie des astronautes.

le
oct. 13 2017

De 20:45 à 22:15