Opération immersion : un partenariat atypique pour préparer la Fête de la Science

Publié par Kimiyo - Éveiller votre curiosité, le 6 octobre 2016   2.1k

« En région, ce n’est pas si fréquent qu’une médiathèque et une association soient partenaires. C’est même assez exemplaire » préciseprécise John Bandelier, responsable de Kimiyo - membre du Réseau CPIE Bassin de Thau

Sous l’égide de la Fête de la Science, ce partenariat novateur réunit la médiathèque et le réseau du CPIE du Bassin de Thau (Centre Permanent d'Initiatives pour l'Environnement) dédié au Bassin de Thau.

Rencontre avec une des initiatrices de ce partenariat : Sylvie Mathe.

Propos recueillis par Véronique Lajarige - Kimiyo

Aperçu de l’espace réservé aux discussions informelles, lors de la Fête de la Science, entre chercheurs et public. Ici, Sylvie Mathe (à gauche), responsable de l’équipe adulte de la Médiathèque Montaigne de Thau Agglo à Frontignan en compagnie de sa collaboratrice, Monique Motais (à droite) et de John Bandelier, responsable de Kimiyo membre du réseau CPIE Bassin de Thau.

Pour quelles raisons participez-vous à la Fête de la Science, ce 8 octobre 2016 ?

Bien que davantage habitués à proposer des conférences, des expositions, cela nous a paru évident de nous engager dans ce partenariat qui s’inscrit dans la lignée de notre travail au quotidien. Cela fait complètement partie de nos missions, en l’occurrence : contribuer à l’information et la culture pour tous, rendre la culture accessible à tous gratuitement. Rappelons que pour venir à la médiathèque, il n’y a pas obligation d’être adhérent. On peut lire la presse, consulter internet, même y travailler sans adhésion, comme on peut venir aux cafés littéraires, rencontrer un auteur, écouter un concert...

Puis ouvrir les portes de la Médiathèque à la Fête de la Science permet non seulement d’engager une dynamique interne mais aussi d’attirer un nouveau public.

Enfin, la médiathèque n’est pas simplement un lieu de consommation, ni même un lieu d’accueil, mais bien un lieu de vie où chacun peut se nourrir, créer des liens sociaux. De tels évènements permettent d’amener peu à peu les uns vers des questionnements, de répondre aux préoccupations des autres, ou simplement de donner confiance pour aller discuter d’un sujet.


Exposition de livres sélectionnés sur des thèmes scientifiques, en avant-première de la Fête de la Science. A consulter ou emprunter pour les curieux de sciences !



Comment accueillir dans vos murs un évènement tel que la Fête de la Science ?

Premièrement, la médiathèque est un lieu, tout simplement, avec des espaces différents qui peuvent se prêter à différents types de rencontres. Par exemple, dans le cadre de la Fête de la Science, l’Auditorium, que nous appelons Le Grand Bazar, va proposer au public la projection du documentaire « Science et Origami », suivie d’une discussion avec un mathématicien. Autre espace alloué, la salle multimédia. Cet espace va permettre d’accueillir l’atelier Programmation de robots. Ou encore, la Ludothèque qui a l’habitude de proposer des ateliers-jeux va axer ses animations vers des thématiques scientifiques.


Quel lien allez-vous créer entre votre public et la Fête de la Science ?

A Frontignan, nous accueillons un public très familial, du tout petit jusqu’au plus âgé. Aussi allons-nous proposer un évènement consacré à la vulgarisation scientifique car nous touchons tout le monde. En complément, les collections de livres, DVD et autres supports multidisciplinaires vont permettre au public de poursuivre ses recherches dans les revues, le fonds documentaire. Il peut aussi satisfaire sa curiosité bien avant en consultant notre sélection de livres à caractère scientifique touchant des domaines comme l’astronomie, l’origami, l’alimentation, la géologie… Nous proposons également des thématiques en lien avec la citoyenneté telles que la consommation d’énergie, l’évolution, l’environnement… Sur Frontignan, il existe de nombreuses associations qui œuvrent autour de l’environnement. C’est une thématique largement traitée mais la Fête de la Science permet d’aborder aussi des « sciences dures » grâce à l’atelier multimédia sur la programmation de robots. Je pense que le public sera assez présent sur cette animation car des jeunes nous ont déjà demandé des informations sur cet atelier robotique. Ils l’attendent !


Et vous-même, quelles sont les animations qui vous attirent le plus parmi celles que vous proposez ce samedi 8 octobre ?

A titre personnel, je suis attirée par les rencontres informelles avec les chercheurs. Je n’ai jamais vu cela auparavant. J’ai vu des conférences, des débats scientifiques mais jamais la possibilité de discuter avec un chercheur. La Recherche est un monde assez intimidant. C’est donc l’occasion de poser des questions aux chercheurs sur leur travail, leur parcours, leur formation...

Boule labyrinthe 3D, Docteur Eureka, Logik Ville, Timeline, Le petit chaperon rouge… la ludothèque de la Médiathèque Montaigne à Frontignan, propose une multitude de jeux pour ses animations Fête de la Science.



De quelle manière s’est porté votre choix en termes d’animations et de contenus pour fêter la science ?

Nous avons choisi les sujets scientifiques grâce au CPIE ! C’est notre interlocuteur, par le biais de son coordinateur John Bandelier en charge de la Fête de la Science. Celui-ci nous a permis de choisir des animations scientifiques parmi ses nombreuses propositions. Cette façon de procéder facilite largement la préparation et la programmation de l’évènement. Nous avons d’ailleurs l’habitude de travailler ensemble et avons instauré une relation de confiance au fil du temps. De plus, sur le bassin de Thau, le CPIE est un réseau qui regroupe plusieurs associations aux thématiques différentes, ce qui permet d’organiser des rencontres plus riches. Inversement, les associations qu’il regroupe, peuvent ainsi mieux connaître la médiathèque et ses missions.


Les ateliers des membres du CPIE Bassin de Thau : ARDAM, LPO Hérault, L'Abeille en jeux

Au cours de l’année, proposez-vous à votre public d’autres actions liées aux sciences ?

Une fois par trimestre, nous développons une action de diffusion de la culture scientifique auprès du grand public sous forme d’une Pecha Kucha. Organisée par l’association Kimiyo, cette rencontre consiste en une discussion entre un chercheur et le public, sur un sujet présenté en 20 diapositives.



Cocon lecture pour les enfants, créé en fibre naturelle lors de l’atelier mené par l’artiste plasticienne Christine Boileau. Lecture intime ou rencontre festive, la Médiathèque Montaigne et la Fête de la Science offre au public de multiple façon de d’apprendre et de comprendre.



Comment préparez-vous en interne la Fête de la Science ?

On la prépare en équipe. Tous les secteurs participent : secteurs adultes, jeunesse, ludothèque, adolescent, multimédia, ciné & musique. Chaque équipe mène une action car on peut tous aborder les sciences. Il suffit de rassembler tous les secteurs et de coordonner l’ensemble. On définit les rôles de chacun, les horaires et les espaces alloués... Les équipes apprécient ces moments festifs.


Avez-vous en charge la communication ?

Nous nous occupons de la communication au sein de la médiathèque, à l’accueil et dans le secteur Sciences par le biais d’affiches et flyers. Nous informons également le public lors de nos échanges. La diffusion en dehors de la médiathèque est prise en charge par le CPIE Bassin de Thau.





Sylvie Mathe, responsable du secteur adulte de la Médiathèque d’agglomération Montaigne à Frontignan La Peyrade